Actualité

Crise du bois d'oeuvre : Philippe Couillard doit prendre le dossier en main, exige la CAQ


En bref, selon la CAQ :

  • Les régions du Québec qui vivent de l’industrie forestière s’apprêtent à traverser une crise sans précédent
  • Si le gouvernement fédéral devait accepter une forme de quotas dans ses négociations avec les États-Unis, l’impact pour le Québec serait désastreux
  • Alors qu’aux États-Unis, le président Donald Trump porte le dossier du bois d’œuvre sur ses épaules, le premier ministre Philippe Couillard, lui, refuse de s’en mêler


Crise du bois d’oeuvre : Philippe Couillard doit prendre le dossier en main, exige la CAQ

Le premier ministre Philippe Couillard doit prendre personnellement en main le dossier du bois d’œuvre, a exigé le député d’Arthabaska, Éric Lefebvre, alors que le gouvernement américain confirme aujourd’hui qu’il va imposer une surtaxe sur le bois d’œuvre exporté aux États-Unis.

Ce dossier est d’une importance cruciale pour les régions du Québec. La nouvelle crise qui guette notre industrie forestière représente un danger sans précédent, qui menace rien de moins que les 60 000 emplois de l’industrie forestière.

Éric Lefebvre estime que c’est à Philippe Couillard de mener le dossier de front et de défendre personnellement les intérêts des travailleurs dans les régions du Québec.

Citations :

« Avec les déclarations du président américain sur la gestion de l’offre, sur l’ALENA, avec la surtaxe sur le bois d’œuvre, on a raison de s’inquiéter. Les négociations menées par Québec ne nous mènent nulle part. Aux États-Unis, c’est le président Donald Trump qui porte le dossier. Pourquoi ce n’est pas Philippe Couillard ici ? »

« Des usines risquent de fermer, des emplois risquent d’être perdus. Lors de la dernière crise forestière, ce sont 30 000 emplois qui ont été perdus. Le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Mauricie, l’Abitibi-Témiscamingue vont être durement touchés. Raymond Chrétien a mentionné aujourd’hui que M. Trump était un “deal maker”. Le premier ministre peut-il nous garantir qu’il est le “deal maker” du Québec ? »

– Éric Lefebvre
député d’Arthabaska, porte-parole de la CAQ en matière de développement économique régional