Éducation

Bureaucratie scolaire : Les parents doivent pouvoir choisir l'école de leurs enfants


En bref, selon la CAQ :

  • Ce sont les parents qui devraient choisir l’école de leurs enfants, pas les commissions scolaires
  • Pour la CSDM, les critères de proximité et de fratrie ne sont pas recevables pour permettre à un enfant de fréquenter l’école de leur choix
  • Le gouvernement libéral doit cesser de cautionner les vieilles règles bureaucratiques déconnectées des commissions scolaires


Bureaucratie scolaire : Les parents doivent pouvoir choisir l’école de leurs enfants

La Coalition Avenir Québec interpelle le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, pour que les commissions scolaires ne puissent plus imposer aux parents le choix de l’établissement scolaire fréquenté par leurs enfants, a déclaré le député de Chambly, Jean-François Roberge.

Les commissions scolaires sont un obstacle bureaucratique injustifié à la liberté de choix des parents. La CAQ l’a démontré à nouveau, mardi, alors que M. Roberge était accompagné de parents qui désirent que leurs enfants puissent fréquenter une école en dehors des limites territoriales de leur commission scolaire. Le député caquiste a notamment déploré que les critères de proximité et de fratrie ne soient même pas considérés.

Citations :

« Si les parents sont prêts à transporter leurs enfants et si l’école choisie est capable de les accueillir, pourquoi refuse-t-on de les accommoder ? Le ministre Sébastien Proulx ne peut pas défendre l’indéfendable. Il a plié devant le lobby des commissions scolaires. Il devrait comprendre que ce sont les parents qui sont les personnes les plus qualifiées pour déterminer la meilleure école pour leur enfant »

 

« On doit considérer le bien-être des familles avant la bureaucratie scolaire. Si les critères de proximité et de fratrie ne sont pas considérés dans le formulaire, qu’on jette le formulaire, pas la demande du parent ! C’est une question de gros bon sens. Contrairement aux libéraux, la CAQ fait confiance aux familles » 

 

– Jean-François Roberge
député de Chambly, porte-parole de la CAQ en matière d’éducation