Actualité

Aéroport des Îles-de-la-Madeleine : La CAQ demande au gouvernement libéral d'être plus combatif envers le fédéral


En bref, selon la CAQ :

  • Si le projet d’allongement de la piste de l’aéroport des Îles-de-la-Madeleine est sur la voie d’arrêt, c’est en partie en raison du manque de combativité du gouvernement Couillard
  • Le prolongement permettrait d’assurer en tout temps l’atterrissage de l’avion d’urgence du gouvernement du Québec
  • Les familles des Îles-de-la-Madeleine méritent un aéroport moderne, fonctionnel et sécuritaire. La communauté le réclame


Aéroport des Îles-de-la-Madeleine : La CAQ demande au gouvernement libéral d’être plus combatif envers le fédéral

Dans le cadre d’une interpellation vendredi à l’Assemblée nationale portant sur les défis à relever pour les régions de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, la députée de la Coalition Avenir Québec, Sylvie D’Amours, a tenté de savoir les gestes qu’avaient posés jusqu’à aujourd’hui le gouvernement libéral de Philippe Couillard pour convaincre le fédéral de réaliser l’allongement de la piste de l’aéroport de Havre-aux-Maisons. La réponse fut courte et brève : pas grand-chose, a constaté Mme D’Amours.

Dans les cartons depuis plusieurs décennies, le projet est particulièrement réclamé par la communauté locale depuis la tragédie aérienne qui a coûté la vie à 7 personnes, dont le regretté chroniqueur et ex-politicien Jean Lapierre, il y a déjà un an.

Alors que le gouvernement fédéral ne fait pas avancer le projet, le ministre responsable de la région, Sébastien Proulx, ne le priorise pas suffisamment et la CAQ lui demande de faire les représentations qui s’imposent. Le gouvernement du Québec doit défendre les intérêts de tous les Québécois, où qu’ils soient.

Citations :

« Les Madelinots ne sont pas des citoyens de seconde zone. Chaque année, des dizaines de vols sont annulés, parce que la piste est trop courte et que les conditions météorologiques ne permettent pas un atterrissage en sécurité. Même l’avion d’urgence du gouvernement ne peut atterrir quand bon lui semble »

« Le projet n’avance pas assez vite. Quand Québec ne demande rien, Québec n’obtient rien. J’aimerais voir le gouvernement plus combatif avec le fédéral. Il est temps de faire preuve de leadership et de mettre la pression nécessaire pour que ce projet se concrétise »

– Sylvie D’Amours
députée de Mirabel, porte-parole de la CAQ pour la région de la Gaspésie-îles-de-la-Madeleine