Actualité

Clauses orphelins : Le gouvernement avance à pas de tortue


En bref, selon la CAQ :

  • Fidèle à lui-même, le gouvernement libéral se contente du statu quo et n’envisage pas d’interdire les clauses orphelins de sitôt
  • Plus de 150 000 travailleurs sont pourtant touchés par ces mesures discriminatoires et responsables de plusieurs cas de discrimination salariale basée sur l’âge


Clauses orphelins : Le gouvernement avance à pas de tortue

La ministre du Travail, Dominique Vien, a été incapable de dire si elle comptait interdire les clauses orphelins d’ici la fin du mandat libéral, a regretté le député de la Coalition Avenir Québec pour les Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard.

Adoptée en 1999, la Loi sur les normes du travail n’est plus adaptée à la réalité d’aujourd’hui. L’utilisation de clauses orphelins dans les contrats de travail est toujours présente dans les régimes de retraite et les assurances complémentaires de santé, si bien que ce sont plus de 150 000 travailleurs québécois qui sont touchés et désavantagés.

Picard demande de modifier la loi pour corriger fin à la brèche.

Citations :

« En tant que père de deux jeunes adultes, la question de l’équité intergénérationnelle me touche particulièrement. En 1999, un grand pas a été franchi pour éviter la discrimination salariale basée sur l’âge, mais malheureusement, on ne peut plus se contenter de cette avancée. Des centaines de travailleurs ont milité ces dernières années afin d’éviter les cas de discriminations sur le marché du travail. Pendant ce temps, le gouvernement libéral ne bouge pas »

– Marc Picard
député de Chutes-de-la-Chaudière, porte-parole de la CAQ en matière de travail

 « Il faut s’attaquer maintenant aux discriminations relatives aux assurances santé et aux régimes de retraite. Aucune discrimination basée sur l’âge ne devrait être tolérée. L’équité intergénérationnelle, ce n’est pas négociable ! »

Jean-François Roberge
député de Chambly, porte-parole de la CAQ en matière d’éducation