Actualité

Bombardier : Philippe Couillard refuse de se prononcer sur le salaire du président du C.A.


En bref, selon la CAQ :

  • Philippe Couillard agit comme porte-parole de Pierre Beaudoin et de la direction de Bombardier plutôt que porte-parole de tous les Québécois qui ont investi 1,3 milliard de dollars dans l’entreprise
  • Philippe Couillard ne voit aucun problème à ce que le président du C. A. de Bombardier touche un salaire de 5 millions de dollars par année, beaucoup plus que ses homologues chez Airbus ou Boeing
  • La moyenne des salaires des présidents de C. A. d’entreprises importantes est pourtant de 350 000 $ par année


Bombardier : Philippe Couillard refuse de se prononcer sur le salaire du président du C.A.

Le premier ministre Philippe Couillard refuse de sortir de son indifférence et d’assumer ses responsabilités dans le dossier Bombardier, a constaté le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault.

Mercredi, Philippe Couillard a confirmé qu’il n’éprouve aucun malaise à ce que le président du conseil d’administration de Bombardier s’accorde un salaire de 5 millions de dollars par année, alors que celui des présidents de C.A. d’entreprises importantes au Québec oscille plutôt autour de 350 000 $. Il a dévoilé que les présidents des C.A. d’Airbus et Boeing gagnent respectivement 240 000 euros par année et 326 000 dollars américains par année.

Le chef de la CAQ a rappelé que le chef libéral a investi 1,3 milliard de dollars dans la seule division de Bombardier qui a des difficultés, sans aucun droit de regard sur la rémunération de ses dirigeants, contrairement à ce que fait habituellement Investissement Québec.

Citations :

« Philippe Couillard ne comprend toujours pas l’indignation justifiée des Québécois. Le président du C.A. de la compagnie Airbus gagne 240 000 euros par année. Le président du CA de Boeing gagne 326 000 $ US par année. Le président du C.A. de Bombardier veut gagner 5 millions $ par année ! On a un premier ministre du Québec qui se laisse impressionner par un président de compagnie »

« Quand on investit 1,3 milliard de notre argent, oui, on est en droit d’avoir un droit de regard sur la rémunération des hauts dirigeants. Dans le dossier de Bombardier, le premier ministre est le porte-parole de Pierre Beaudoin et de la direction de Bombardier, plutôt que d’être le porte-parole des Québécois »

– François Legault
député de L’Assomption, chef de la CAQ