Actualité

Bombardier : Philippe Couillard refuse d’entendre la colère des Québécois


En bref, selon la CAQ :

  • Philippe Couillard est déconnecté de la réalité et des préoccupations des Québécois
  • Ce ne sont pas les Québécois qui nuisent à Bombardier, mais Philippe Couillard, qui défend l’indéfendable
  • Le gouvernement du Québec devrait avoir un représentant sur le conseil d’administration de l’entreprise


Bombardier : Philippe Couillard refuse d’entendre la colère des Québécois

Philippe Couillard doit exiger que Bombardier revoie la rémunération de ses dirigeants, a répété le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, mardi à l’Assemblée nationale.

Pour lui, le premier ministre a une fois de plus démontré qu’il est loin des préoccupations des Québécois. Plutôt que d’écouter la population et prendre acte de leur colère, Philippe Couillard lui conseille de se taire et de ne pas nuire à Bombardier.

De son côté, le député d’Arthabaska, Éric Lefebvre, a demandé au gouvernement libéral qu’il renégocie son entente avec Bombardier, afin notamment d’exiger qu’il obtienne un représentant au conseil d’administration de l’entreprise. Suite à l’investissement historique de 1,3 milliard de dollars, les familles québécoises sont devenues des partenaires de Bombardier et le gouvernement devrait donc être présent au conseil, a-t-il souligné.

Citations :

« Depuis plus d’un an, je dis au premier ministre qu’il aurait dû investir dans la compagnie mère de Bombardier et qu’il aurait dû poser des conditions. Il a négocié en culottes courtes. Aujourd’hui, il est sur les lignes de côté et il applaudit tout ce que font les dirigeants de Bombardier. Il dit qu’il ne veut pas trop intervenir dans l’entreprise. Je m’excuse, mais quand on investit 1,3 milliard de dollars de l’argent des contribuables, on a la responsabilité de le faire »

– François Legault
député de L’Assomption, chef de la CAQ

« On ne peut pas injecter 1,3 milliard de dollars dans une entreprise et ne pas avoir au moins un représentant au conseil d’administration. C’est inconcevable. Je pense aux familles des milliers de travailleurs qui ont perdu leur emploi et aux travailleurs de Bombardier à qui on a dit de se retrousser les manches et de se serrer la ceinture. Si le gouvernement libéral pensait réellement aux familles, il comprendrait peut-être leur colère »

– Éric Lefebvre
député d’Arthabaska, porte-parole de la CAQ en matière de développement économique régional