Actualité

Dons illégaux : Le PQ a mis en place une fiducie bidon


Dons illégaux : Le PQ a mis en place une fiducie bidon

« Après s’être fait traîner en cour par le Directeur général des élections du Québec, le Parti Québécois a mis en place une fiducie bidon. On aura tout vu! », s’est exclamé le député de Borduas et porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de réforme des institutions démocratiques, Simon Jolin-Barrette.

Lundi, on apprenait que la somme de 159 000 $ de dons illégaux réclamés par le DGEQ n’avait pas été versée dans la fiducie instaurée par le chef du PQ Jean-François Lisée, tel qu’il l’avait promis. Pour Simon Jolin-Barrette, cette situation est inacceptable, d’autant plus que le PQ poursuit ses dépenses, puisées à même la subvention que lui octroie annuellement le DGEQ.

« Le PQ n’est plus seulement déconnecté, il est complètement désespéré. Sa fiducie bidon n’est qu’une diversion, un écran de fumée. Mais tous les Québécois voient clair dans son jeu. Endetté jusqu’au cou, Jean-François s’achète du temps et n’a aucun problème à ce que les contribuables québécois épongent sa dette. Je n’arrive pas à croire qu’après tout ce qu’on a entendu au cours des dernières années en matière de financement, le PQ accepte de garder dans ses coffres de l’argent sale, qui, je le rappelle, lui a servi à payer des élections partielles. Le parti fondé par René Lévesque a perdu toutes ses racines, toutes ses valeurs. Jean-François Lisée doit cesser de se penser au-dessus de tout et rembourser immédiatement les 194 950 $ de dons illégaux exigés par le DGEQ. C’est non-négociable », a déclaré Simon Jolin-Barrette.

Pour le député de Borduas, il s’agit avant tout d’une question de principe. Cette fiducie bidon contribue à alimenter le cynisme de la population envers la classe politique. « Si Jean-François Lisée est incapable d’administrer et de balancer les comptes de son propre parti, comment peut-il aspirer à gérer les finances publiques du Québec ? Les Québécois ne sont pas dupes. Que Jean-François Lisée cesse de trouver des excuses auprès du DGEQ et qu’il passe à la caisse, une bonne fois pour toutes », a conclu Simon Jolin-Barrette.