Refus de transfusion sanguine pour motifs religieux : La CAQ réclame des balises claires

 

 18 octobre 2016

Le décès d’Éloïse Dupuis, suite à des complications liées à son accouchement et à son refus de recevoir une transfusion sanguine pour des motifs religieux, est une histoire tragique et ne doit plus jamais se reproduire, soutient le député de la Coalition Avenir Québec Simon Jolin-Barrette, qui réclame qu’un mécanisme formel soit instauré lorsque des cas similaires surviennent dans les hôpitaux.

Concrètement, le critique caquiste en matière de justice demande à ce que dans des situations semblables à celles de Mme Dupuis, une procédure soit mise en place pour qu’un juge soit saisi du dossier et puisse valider le consentement réel, libre et éclairé de la personne de rejeter des soins.

« Cette mort tragique soulève de sérieuses questions et la première est de savoir si on aurait pu agir autrement. Une transfusion sanguine aurait peut-être permis à cette jeune mère de vivre et de voir grandir son enfant. Le coroner devra déterminer si Éloïse Dupuis avait exprimé clairement son refus de recevoir une transfusion sanguine. Le consentement de Mme Dupuis sera examiné, mais après sa mort, faisant en sorte qu’un enfant ne connaîtra jamais sa mère. Lui qui est médecin, qu’aurait fait le premier ministre face à une situation pareille? » a déclaré Simon Jolin-Barrette. Le premier ministre a toutefois refusé de se lever pour répondre à la question.

La mission principale des intervenants du milieu hospitalier est de soigner les Québécois et sauver des vies et non de régler des questions juridiques, a tenu à souligner le député de Borduas. « Il faut aider les hôpitaux à faire face à ce genre de situation. L’enjeu du refus de recevoir des soins pour fin religieuse est trop complexe et délicat pour laisser le personnel médical trancher tout seul. Établissons des directives claires et précises afin de s’assurer du consentement libre et éclairé de la patiente », a exigé Simon Jolin-Barrette.