Politique bioalimentaire : Une annonce préélectorale qui ne rassure pas les agriculteurs


En bref, selon la CAQ :

  • La politique bioalimentaire est un énième rapport, issu de 4 ans de discussions, mais surtout de 15 ans d’inaction libérale
  • En pleine année électorale, le gouvernement annonce un tas de mesures, alors que rien n’a été fait pour l’agriculture en 15 ans
  • C’est un festival d’annonces en tout genre qui ne règlera pas les problèmes de fond
  • Un gouvernement de la CAQ mettra en place un fonds d’investissement de 50 millions, adapté aux réalités de l’agriculture québécoise

Le Parti libéral de Philippe Couillard multiplie à nouveau les annonces à des fins électoralistes et cette fois-ci, ce sont les agriculteurs du Québec qui en sont visés, a dénoncé la porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’agriculture, Sylvie D’Amours.

Bien qu’elle salue la présentation d’une politique bioalimentaire pour le Québec, après des années d’attente, Sylvie D’Amours ne peut s’empêcher d’être sceptique quant à son déploiement, alors que les élections s’en viennent dans moins de 6 mois et que les libéraux avaient l’opportunité d’agir au cours des 15 dernières années.

La députée de Mirabel a rappelé que ce qui pénalise cruellement les agriculteurs et producteurs du Québec, ce sont les diminutions constantes des investissements en agriculture sous les libéraux depuis 2011, qui ont eu pour effet de nuire à la compétitivité de ce secteur, comparativement à l’Ontario. La CAQ entend donc bonifier ce que le gouvernement libéral vient d’annoncer, notamment par la mise en place d’un fonds d’investissement de 50 millions.

La transformation agroalimentaire devrait être une des priorités d’Investissement Québec, a ajouté Sylvie D’Amours. Le premier ministre Philippe Couillard refuse de mettre Investissement Québec à la disposition des agriculteurs, des entrepreneurs, de l’ensemble de l’industrie de la transformation agroalimentaire, qui ont des projets en attente.

Finalement, la députée de Mirabel a déploré l’inaction du gouvernement libéral dans le cadre de la fiscalité foncière agricole. Le gouvernement vient de pelleter l’enjeu en avant, en ajoutant 10 millions de dollars pour compenser la hausse des taxes foncières en 2018, mais en ne mettant pas en place un véritable programme viable à long terme. En 15 ans, les libéraux n’ont toujours pas réglé ce problème qui est un enjeu majeur pour nos producteurs québécois.

Citations :

« Avec les annonces de cette semaine, on vient de changer quatre trente sous pour une piastre. Comme dans tous les domaines, les libéraux ont redonné à l’agriculture avec la main droite ce qu’ils ont enlevé avec la main gauche. Nos secteurs agroalimentaire et bioalimentaire veulent d’abord et avant tout un gouvernement qui va croire en nos travailleurs et nos entrepreneurs tout en leur donnant les outils et les moyens de rivaliser avec les autres provinces. La CAQ fera de l’agriculture un puissant levier économique, ce que les libéraux ont été incapables de faire en 15 années de pouvoir.  Avec un fonds d’investissement adapté et des politiques cohérentes, la CAQ saura répondre aux attentes de l’agriculture »

 

– Sylvie D’Amours

députée de Mirabel, porte-parole de la CAQ en matière d’agriculture