Loi sur la neutralité religieuse : Une mauvaise loi qui accouche de mauvaises lignes directrices


En bref, selon la CAQ :

  • Les lignes directrices de la loi sur la neutralité religieuse, dévoilées hier, ajoutent à la confusion en place depuis de nombreuses années au Québec et s’en remettent à la subjectivité la plus totale pour évaluer les demandes
  • Les libéraux ouvrent grande la porte de l’État au port de la burqa et du niqab, deux symboles d’oppression, d’asservissement d’instrumentalisation de la femme
  • Il faut établir des balises claires quant aux accommodements et avoir le courage de décréter que l’État québécois est laïc

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a dévoilé les lignes directrices de sa loi sur la neutralité religieuse, attendues depuis son adoption il y a sept mois. Celles-ci laissent place à l’interprétation, à la subjectivité la plus totale lorsque viendra le temps de déterminer ce qui distingue une « croyance sincère » de ce qui ne l’est pas. Rien n’est clair et le gouvernement libéral s’est assuré de faire entrer plus de religion dans l’État, a dénoncé la porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de laïcité, Nathalie Roy.

La députée de Montarville a par ailleurs déploré le fait que le gouvernement libéral de Philippe Couillard ouvre grande la porte de l’État au port de la burqa et du niqab, deux symboles d’oppression, d’asservissement d’instrumentalisation de la femme. Pourtant, avant qu’il ne devienne premier ministre, Philippe Couillard s’était prononcé ouvertement contre ces tenues, a rappelé Mme Roy.

Mercredi, la ministre Vallée a également admis que chaque organisme pourra prendre une décision différente, d’un répondant à l’autre, pour une même demande d’accommodement religieux. C’est le festival de la subjectivité, a lancé Nathalie Roy, qui dénonce ce manque flagrant d’équité. Un gouvernement de la CAQ annulera la loi 62 du gouvernement libéral, pour la remplacer par une loi qui décrétera l’État québécois comme étant laïc.

Citations :

« Les mots magiques pour obtenir un accommodement religieux seront maintenant « croyance sincère ». Le gouvernement libéral nous avait promis des exemples clairs de ce qui est permis ou non… et c’est tout le contraire qu’il a fait. Avec les libéraux, c’est le festival de la subjectivité ! »

– Nathalie Roy

députée de Montarville, porte-parole de la CAQ en matière de laïcité