La Mauricie traitée injustement : Marc H. Plante, Pierre-Michel Auger, Julie Boulet, Pierre Giguère et Jean-Denis Girard doivent défendre leurs citoyens et faire entendre raison à Philippe Couillard


En bref, selon la CAQ :

  • Selon Philippe Couillard, les Québécois de la Mauricie doivent encaisser un taux de taxe scolaire qui atteint le triple qu’ailleurs au Québec en raison du niveau de services offerts dans cette région
  • Or, la Mauricie n’a pas un plus grand niveau de services que les autres régions
  • Marc H. Plante, Pierre-Michel Auger, Julie Boulet, Pierre Giguère et Jean-Denis Girard doivent faire entendre raison à Philippe Couillard. S’ils n’y parviennent pas, ils devront expliquer aux citoyens de la Mauricie comment ils peuvent continuer à défendre l’iniquité régionale que souhaite leur imposer Philippe Couillard
  • La CAQ assurera l’équité pour toutes les familles du Québec en appliquant le plus bas taux de taxe scolaire dans toutes les régions du Québec
  • Dans la région, la proposition de François Legault permettrait une économie annuelle de 520 $ pour une résidence de 280 000$, par rapport à la proposition de Philippe Couillard

 L’heure de vérité a sonné pour les députés libéraux de la Mauricie, Marc H. Plante (Maskinongé), Pierre-Michel Auger (Champlain), Julie Boulet (Laviolette), Pierre Giguère (Saint-Maurice) et Jean-Denis Girard (Trois-Rivières) : ils doivent défendre leurs citoyens et faire entendre raison à Philippe Couillard, sans quoi ils devront dire pourquoi ils sont d’accord avec l’iniquité que leur chef Philippe Couillard souhaite imposer à leurs citoyens dans le cadre de sa réforme sur les taxes scolaires.

Le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’éducation, Jean-François Roberge, a vivement dénoncé le mutisme de M. Plante, M. Auger, Mme Boulet, M. Giguère et M. Girard à la suite des propos du premier ministre Philippe Couillard qui, cette semaine à l’Assemblée nationale, a justifié le fait d’imposer des taux de taxes scolaires différentes d’une région à l’autre, en raison de la qualité des services offerts en région et de la superficie du territoire.

Ces explications de M. Couillard ne tiennent pas du tout la route, a fait savoir Jean-François Roberge. D’abord, parce qu’il est totalement faux de prétendre que les élèves de la Mauricie ont plus de services que ceux ailleurs au Québec. D’autre part, puisqu’il n’y a aucune corrélation entre le niveau de taxation scolaire décrété par les libéraux et la superficie du territoire. Si on suit la logique libérale, le taux de taxe le plus bas devrait être en vigueur dans la région avec le territoire le plus petit, alors qu’il n’en est rien. En effet, les Laurentides bénéficient du taux de taxe le plus bas, mais ne forment absolument pas la région avec le plus petit territoire au Québec.

La proposition de Philippe Couillard va pénaliser les citoyens de la Mauricie, a dénoncé M. Roberge, qui invite Marc H. Plante, Pierre-Michel Auger, Julie Boulet, Pierre Giguère et Jean-Denis Girard à faire entendre raison à leur chef. Pour la CAQ, il faut un taux unique, le plus bas actuellement en vigueur, pour tout le territoire du Québec. C’est ainsi qu’on assurera une équité pour tous les citoyens du Québec, peu importe où ils habitent.

Voici un tableau démontrant l’iniquité proposée par Philippe Couillard, Marc H. Plante, Pierre-Michel Auger, Julie Boulet, Pierre Giguère et Jean-Denis Girard pour la région de la Mauricie :

  Taux proposé pour les taxes scolaires
PLQ 30,9 cents par 100 $ d’évaluation
CAQ 10,5 cents par 100 $ d’évaluation

Citations :

« Philippe Couillard est dans l’erreur la plus totale. Ce qu’il propose est non seulement profondément inéquitable, mais aussi injustifiable. Les Québécois de la Mauricie veulent comprendre pourquoi les libéraux veulent leur faire payer plus de taxes scolaires qu’ailleurs au Québec. Marc H. Plante, Pierre-Michel Auger, Julie Boulet, Pierre Giguère et Jean-Denis Girard doivent sortir de leur mutisme, tenter de raisonner Philippe Couillard. S’ils n’y parviennent pas, ils devront expliquer à tous leurs citoyens comment ils peuvent être d’accord avec leur chef »

 

– Jean-François Roberge
député de Chambly, porte-parole de la CAQ en matière d’éducation