Harmoniser l’offre de divertissement à l’offre touristique – La CAQ déménagera le Salon de jeux de Québec


En bref, selon la CAQ :

  • La CAQ estime que le Salon de jeux de Québec n’a pas sa place dans un quartier défavorisé, là où on retrouve le plus faible revenu des ménages au Québec.
  • Elle propose de déménager le Salon de jeux dans un secteur touristique de la Capitale-Nationale.
  • Un gouvernement de la CAQ profitera du déménagement pour demander à Loto-Québec de réaliser une étude d’opportunité sur la transformation du Salon de jeux en véritable casino.

Le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de Finances publiques et député de Granby, François Bonnardel, la porte-parole en matière de Famille et députée de Louis-Hébert, Geneviève Guilbault, ainsi que le candidat dans la circonscription de Vanier-Les Rivières, Mario Asselin, ont annoncé ce matin qu’un gouvernement de la CAQ déménagera le Salon de jeux de Québec vers un secteur touristique et étudiera l’opportunité de renouveler l’offre de divertissement en le transformant en casino.

Situé aux limites des circonscriptions de Vanier-Les Rivières et Jean-Lesage, où on retrouve le plus bas revenu moyen des ménages au Québec, le Salon de jeux a des impacts importants sur la santé publique de l’aveu même de la Direction de la santé publique (DSP) de Québec, qui plaide depuis plusieurs années pour le déménagement de l’établissement. De plus, selon la DSP, les joueurs évoluant sur les appareils de loterie vidéo, comme c’est le cas dans la presque totalité du Salon de jeux, sont les plus susceptibles de développer des problèmes de dépendance aux jeux de hasard. Jusqu’à 20 % d’entre eux seraient à risque de devenir des joueurs pathologiques. D’un autre côté, la région de la Capitale-Nationale a la chance d’accueillir des centaines de milliers de touristes annuellement, et leur nombre est en constante augmentation. Les entrées des touristes internationaux au Québec ont crû de 8,4 % entre 2016 et 2017, dans une proportion de 5,4 % pour les Américains et de 13,3 % pour les touristes en provenance des autres pays. De notre point de vue, il paraît idéal de viser une clientèle touristique plus fortunée et de plus en plus nombreuse, qui vient dépenser de l’argent neuf au Québec, plutôt que la clientèle locale présentement ciblée.

Citations :

« Depuis plusieurs années, la CAQ talonne le gouvernement libéral pour que Loto-Québec cesse de piger dans la poche des plus démunis pour renflouer les coffres de l’État. C’est profondément insensé que le gouvernement s’appuie sur le jeu pathologique dans les quartiers défavorisés pour engranger des revenus. Plutôt que de lutter contre le phénomène du jeu pathologique, le gouvernement
Couillard en a profité ! »

– François Bonnardel

député de Granby, porte-parole de la CAQ en matière de Finances publiques

« Déménager le Salon de jeux de Québec dans un secteur touristique est une décision socialement responsable et économiquement profitable, tant pour le gouvernement du Québec que pour les entreprises de la région. Nous croyons également que sa transformation en casino pourrait connaître un succès retentissant. Québec est une des grandes villes touristiques en Amérique du Nord. Des milliers de touristes débarquent ici chaque année avec de l’argent neuf à injecter dans notre économie. Misons sur cela plutôt que sur les plus
démunis ! »

– Geneviève Guilbault

députée de Louis-Hébert, porte-parole de la CAQ en matière de Famille

« Dans Vanier, je sais que le Salon de jeux est populaire, mais ça demeure une grosse tache en plein cœur du quartier. Si certains ont les moyens d’y aller, pour plusieurs, le plaisir de jouer peut prendre des proportions démesurées et devenir
pathologique. Les conséquences pour les familles de ces personnes et pour la communauté peuvent être alors très graves. Comme député de Vanier-les-Rivières, je serais très fier d’annoncer que le Salon de jeux va déménager d’ici. J’en ferai un combat personnel ! »

– Mario Asselin

candidat de la CAQ dans Vanier-Les Rivières