Cours d’éducation sexuelle : Les libéraux parlent des deux côtés de la bouche


En bref, selon la CAQ :

  • Le ministre Proulx a déclaré avec raison que les parents qui invoquent des motifs religieux ne pourront recevoir d’exemption au cours d’éducation sexuelle pour leurs enfants
  • Pourtant, sa loi 144, sanctionnée en novembre dernier, permet aux parents d’éduquer leur enfant à la maison sans suivre le programme du ministère de l’Éducation, notamment pour des raisons religieuses
  • Les libéraux parlent des deux côtés de la bouche : ils interdisent d’un côté pour mieux permettre de l’autre

Ce n’est pas la première fois que les libéraux tiennent deux discours en parfaite contradiction. Cette fois-ci, le gouvernement libéral, qui affirme que les parents ne pourront implorer des motifs religieux afin que leurs enfants soient exemptés du cours d’éducation sexuelle, a pourtant légalisé l’école religieuse illégale.

 

La CAQ est évidemment d’accord avec le ministre de l’Éducation lorsque celui-ci affirme qu’aucune exemption ne sera permise dans les écoles pour des motifs religieux. Mais malheureusement, ses politiques permettent expressément le contraire. En novembre dernier, les libéraux ont en effet sanctionné la loi 144, permettant ainsi à des milliers d’enfants de ne pas suivre les programmes établis par le ministère de l’Éducation. Jean-François Roberge, porte-parole de la CAQ en matière d’Éducation, ajoute que le ministre, avec l’adoption de ce projet de loi, ne dispensera pas ces jeunes exclusivement des cours d’éducation sexuelle : il les privera également de cours essentiels, tels que l’histoire et la science.

Citations :

« Le gouvernement manque à son devoir de protéger notre jeunesse. En n’émettant aucune exigence pour l’école à la maison, les libéraux ouvrent la porte à d’autres parents qui, pour des motifs religieux, ne permettront pas à leurs enfants de suivre les programmes établis par le ministère de l’Éducation et enseigneront ce que bon leur semble à la maison. Ce double discours est totalement inacceptable! »

 

– Jean-François Roberge

député de Chambly, porte-parole de la CAQ en matière d’Éducation