Clauses orphelin : Le gouvernement libéral manque de courage


En bref, selon la CAQ :

  • Le gouvernement libéral fait seulement la moitié du chemin en interdisant uniquement les nouvelles clauses orphelin 
  • Lors de négociations sur le renouvellement des conventions collectives existantes, les clauses de disparité de traitement devraient dorénavant être interdites 

Le gouvernement libéral de Philippe Couillard vient de tourner le dos à des milliers de jeunes travailleurs au Québec et de reléguer l’équité intergénérationnelle aux oubliettes, a vivement déploré le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de travail, Marc Picard.

Le projet de loi libéral sur la réforme des normes du travail comporte des idées intéressantes, notamment celle de donner plus de temps aux familles et d’améliorer leur qualité de vie, mais il laisse tomber un élément essentiel : l’abandon complet et total des clauses orphelin. La ministre Dominique Vien n’a fait que la moitié du chemin, a dénoncé le caquiste Marc Picard, en abolissant les clauses seulement pour les futurs travailleurs. Selon lui, le gouvernement libéral doit prévoir dans son projet de loi un règlement visant à ce que lors des prochaines négociations de conventions collectives entre employeurs et employés, aucune clause de ce type ne pourra être incluse.

C’est une solution responsable que la ministre Vien a aussitôt rejetée du revers de la main. Le choix que fait son gouvernement, c’est de sacrifier une génération de 150 000 travailleurs, a souligné le député de Chutes-des-Chaudières.

Citations :

« Les clauses orphelin n’ont plus leur raison d’être au Québec. Il faut les abolir pour tous les salariés. La CAQ propose une solution pragmatique, aussitôt rejetée par la ministre Dominique Vien. Pourquoi faire seulement la moitié du chemin ? Nos jeunes travailleurs méritent mieux »

 

– Marc Picard
député de Chutes-de-la-Chaudière, porte-parole de la CAQ en matière de travail