Opinion

Simplifier la vie des endeuillés


Simplifier la vie des endeuillés

Savez-vous qui parmi vos proches a conclu une entente préalable de services funéraires? Et qui, parmi vos proches, a souscrit à une assurance-vie?

En fait, il n’y a pas de façon de s’en assurer de manière exhaustive puisqu’il n’existe aucun registre officiel. Ainsi, des familles qui ignoraient que leur proche avait déjà signé—et payé!—un contrat de services funéraires dans le cadre de préarrangements se retrouvent à débourser de l’argent à un autre salon, alors que tout était en fait réglé.

C’est un peu la même chose avec les assurances-vie : si le défunt n’a pas laissé toutes les informations nécessaires, il n’y a pas de manière de savoir s’il s’en était procuré une.

Clarifier… et protéger

C’est pour organiser et clarifier ces choses que j’ai récemment déposé à l’Assemblée nationale deux projets de loi qui demandent en gros à ce que les renseignements concernant les contrats préalables de services funéraires ainsi que les souscriptions à des assurances-vie soient consignés dans des registres officiels. S’il en était ainsi, il serait plus simple pour les familles endeuillées de savoir à quoi s’attendre. Ces deux projets de loi ont également comme objectif de mieux protéger les consommateurs : pourquoi débourser des sommes pour des services funéraires si le défunt avait déjà tout prévu? Les services funéraires ne sont pas remboursables. Et pourquoi ne pas recevoir son dû lorsqu’un proche a payé pendant des années une assurance-vie pour justement soutenir sa famille en cas de décès?

Les solutions que je propose sont, en outre, faciles à mettre en place et peu coûteuses. Ne manque maintenant que la volonté politique du gouvernement libéral.