Nos idées

Éducation

Prématernelle 4 ans

La prématernelle 4 ans universelle et gratuite (mais non obligatoire), pour assurer à nos enfants un bon départ au tout début de leur parcours scolaire; pour dépister les troubles d’apprentissage et démocratiser l’accès à des ressources spécialisées aux enfants manifestant des difficultés.

Services professionnels spécialisés

Plus d’orthopédagogues, d’orthophonistes, de psychoéducateurs et autres professionnels pour le dépistage et l’accompagnement d’enfants ayant des difficultés d’apprentissage, des handicaps ou des retards de développement. Parce qu’on ne doit abandonner aucun enfant à son sort.

De belles écoles

Une remise à niveau du parc immobilier scolaire. Chaque nouvelle école à bâtir devra faire l’objet d’un concours d’architecture. Un environnement d’apprentissage beau et stimulant contribuera à la réussite de nos enfants.

Une gouvernance proche des gens

L’abolition des élections scolaires et des commissions scolaires, qui seront transformées en centres de services aux écoles pour donner plus de pouvoirs à ceux qui s’occupent directement de nos enfants : les directions d’école, les enseignants, les professionnels, le personnel de soutien et les parents.

Récréations

Un minimum de deux périodes par jour d’au moins 20 minutes dans toutes les écoles primaires.

Activités parascolaires et aide aux devoirs au secondaire

Une heure d’activité parascolaire supplémentaire par jour pour plus de sports, d’activités culturelles et d’aide aux devoirs pour nos jeunes qui bénéficieront d’un milieu stimulant, propice à la réussite.

Formation professionnelle et technique

Valorisation des parcours de formation professionnelle et technique, notamment par la multiplication des programmes études-travail.

Valorisation de la profession enseignante

Un meilleur salaire à l’entrée dans la profession, un programme de mentorat efficace, davantage d’autonomie professionnelle et une meilleure formation continue.

Cégeps

Davantage d’autonomie dans le développement de programmes adaptés aux besoins réels des régions.

Collaboration universités-entreprises

Le Québec dispose d’universités de calibre mondial, capables de jouer un rôle de pôles de développement. Il faut en tirer parti en favorisant davantage l’arrimage entre la recherche universitaire et les entreprises innovantes.