15 M$ pour la requalification de la main-d’œuvre


 Publié le 26 novembre 2020

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, lance le Programme d’aide à la relance par l’augmentation de la formation (PARAF), une mesure ambitieuse de 114,6 millions de dollars, pour accompagner un plus grand nombre d’individus dans leur processus de requalification ou de rehaussement de leurs compétences. À terme, ce nouveau programme devrait profiter à près de 20 000 Québécois et Québécoises.

Un soutien financier sera offert pour permettre aux chômeurs pandémiques d’effectuer des démarches menant à l’obtention des compétences recherchées en ce qui concerne les emplois disponibles. Ainsi, une allocation de requalification d’un montant de 500 $ par semaine sera versée, pour toute la durée de la formation, aux personnes qui suivront une formation menant à des professions présentant de bonnes perspectives d’emploi.

Des efforts seront notamment consentis pour mettre sur pied des parcours individualisés afin d’intégrer rapidement davantage de personnes dans les secteurs d’activité en déficit de main-d’œuvre qualifiée, comme la santé, la construction et les technologies de l’information.

« La formation est un moyen efficace pour répondre aux besoins de main-d’œuvre de secteurs en pénurie de main-d’œuvre. Cela permet à ceux et celles qui ont perdu leur emploi de se requalifier pour réintégrer le marché du travail. Votre gouvernement est là pour accompagner les chômeurs pandémiques dans leur réorientation de carrière. Le PARAF découle des consensus établis au Forum virtuel sur la requalification de la main-d’œuvre et sur l’emploi, tenu le 16 octobre dernier. Ce programme se veut une réponse à la situation actuelle liée à la pandémie et contribue à la relance économique. Il permettra à des milliers de personnes d’acquérir de nouvelles compétences, sans soucis financiers. Je le répète, la formation est essentielle à la réussite professionnelle et bénéficie à l’ensemble de la société québécoise! »

Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie

Faits saillants :

Pour être admissibles, les participants devront avoir rencontré un agent d’aide à l’emploi pour établir un parcours individualisé d’ici le 31 mars 2021. Pour avoir droit à l’allocation de 500 $ par semaine, ils devront avoir commencé leur formation au plus tard le 25 septembre 2021.
Les réseaux de l’éducation et de l’emploi vont collaborer, dans le cadre du PARAF, afin d’offrir un plus vaste accès aux formations, dont celles de courte durée menant aux métiers et professions en demande, et ce, partout au Québec.
Cette annonce découle des travaux entamés dans le cadre du Forum virtuel sur la requalification de la main-d’œuvre et sur l’emploi, qui s’est tenu le 16 octobre dernier à l’initiative du ministre Jean Boulet et qui a permis d’établir les fondements qui orienteront les actions du gouvernement en matière d’emploi et de développement de la main-d’œuvre au cours des prochaines années.
Rappelons qu’au terme du Forum, la requalification et le rehaussement des compétences sont apparus comme des leviers incontournables pour contrecarrer le phénomène de pénurie de main-d’œuvre. Ceci permettra de favoriser la création d’emplois de qualité et d’accroître la productivité des entreprises québécoises.
Le PARAF s’inscrit dans les efforts de requalification de la main-d’œuvre énoncés dans Le point sur la situation économique et financière du Québec, qui totaliseront 459 M$ d’investissements d’ici 2022.

Pour en savoir plus sur les activités du Ministère, suivez-le sur les médias sociaux :

facebook.com/TravailEmploiSolidaritésocialeQuébec

twitter.com/Gouv_MTESS

linkedin.com/company/ministere-travail-emploi-solidarite-sociale-quebec

Grève illégale des grutiers : Où est la ministre Vien?


 Publié le 21 juin 2018

La CAQ dénonce les gestes d’intimidation et la fermeture des chantiers en raison des moyens de pression inacceptables des grutiers. Le parti demande au gouvernement libéral et à la ministre du Travail, Dominique Vien, quasi invisible depuis lundi dernier, de prendre la situation rapidement en main et de faire preuve de leadership dans le dossier.

La formation politique de François Legault exige que la ministre du Travail réunisse rapidement les acteurs concernés et trouve une solution à la présente crise, alors que la convention collective qui lie les associations patronales et les syndicats est pourtant en vigueur jusqu’en 2021.

Selon la CAQ, il est légitime pour les grutiers de se questionner sur la décision du gouvernement concernant la formation des travailleurs, notamment en lien avec les enjeux de sécurité. Mais les moyens de pression actuels dépassent la limite de l’acceptable. Il est déplorable que la ministre Vien soit autant absente.

Projet de loi contre les clauses « orphelins » : Il faut cesser de punir injustement la jeunesse québécoise


 Publié le 23 novembre 2017

 Au nom de l’équité intergénérationnelle, la Coalition Avenir Québec passe à l’étape supérieure et tend la main au gouvernement libéral en déposant le projet de loi 1092, visant à interdire complètement les clauses dites « orphelins » dans les milieux de travail.

Ces mesures discriminatoires, basées uniquement sur la date d’embauche, n’ont plus leur place au Québec, a déclaré le porte-parole de la CAQ en matière de travail et député des Chutes-de-la-Chaudière. Au pouvoir depuis 15 ans, le gouvernement libéral n’a jamais mis fin à ce traitement inéquitable, qui vise en premier lieu la jeunesse québécoise.

Son projet de loi, intitulé Loi modifiant la Loi sur les normes du travail afin d’interdire les clauses de disparité de traitement entre les salariés, vise donc l’abolition des clauses « orphelins » pour qu’il n’y ait plus deux catégories de travailleurs au sein d’une même entreprise.

Marc Picard a souligné que l’enjeu est sérieux : ces clauses touchent plus de 150 000 travailleurs. Au nom de l’équité intergénérationnelle, la CAQ demande à la ministre du Travail, Dominique Vien, d’appeler son projet de loi, qui pourrait être adopté rapidement, au bénéfice de milliers de jeunes.

Fermeture de 14 magasins Sears au Québec : Le gouvernement libéral doit accompagner les familles touchées


 Publié le 22 juin 2017

Le député de Johnson pour la Coalition Avenir Québec, André Lamontagne, s’inquiète grandement des conséquences de la fermeture, au Québec, de 14 magasins de la chaîne Sears Canada. Les hommes et les femmes qui perdront prochainement leur emploi peuvent compter sur le soutien de sa formation politique, mais M. Lamontagne espère qu’ils et elles auront surtout celui du gouvernement libéral.

Le porte-parole de la CAQ en matière d’économie, André Lamontagne, estime que tout doit être mis en œuvre pour aider les travailleurs touchés en cette période difficile. Il a souligné que les difficultés liées au secteur du commerce de détail ne datent pas d’hier, puisque plusieurs chaînes ont fermé leurs portes au cours des dernières années, notamment JACOB, Zellers, Mexx et Target. La ministre de l’Économie, Dominique Anglade, et la ministre du Travail, Dominique Vien, doivent plancher sur une stratégie pour soutenir les travailleurs de ce secteur qui ont récemment été affectés par des fermetures et ceux et celles qui risquent de l’être dans un avenir rapproché ; le commerce de détail étant en proie à de grands bouleversements.

Le caquiste a ajouté que ce sont des centaines de familles, dans toutes les régions du Québec, qui sont touchées par la fermeture des magasins Sears Canada. Il a proposé au gouvernement Couillard que la stratégie qui sera mise en place assure un accompagnement convenable à tous ceux qui sont affectés par des fermetures dans le secteur du commerce de détail, notamment en donnant un mandat spécifique à Emploi Québec pour mettre en place un processus de relocalisation pour les travailleurs concernés.

Un projet de loi pour améliorer la qualité de vie des proches aidants


 Publié le 8 juin 2017

La Coalition Avenir Québec a déposé, mercredi dernier, à l’Assemblée nationale, son projet de loi 796, Loi modifiant la Loi sur les normes du travail afin de faciliter le soutien aux proches, proposant les quatre mesures suivantes :

 

– Permettre à tout proche aidant de prendre 10 journées de congé par année, sans solde, pour fournir des soins ou du soutien à un proche, que ce dernier soit membre ou non de sa famille immédiate ;

– Permettre le fractionnement de ce congé, en demi-journées ou en heures ;

– En cas de maladie ou de blessure grave, faire passer de 12 à 17 semaines la période pour laquelle un employé qui agit comme proche aidant peut s’absenter ;

– Si cette maladie ou cette blessure comporte un risque de décès important, l’absence de l’employé peut être étirée à 28 semaines.

 

Pour la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, ce projet de loi répond à un besoin criant du milieu. « Au Québec, on estime qu’il y a plus de 1,2 million de personnes qui s’occupent d’un proche à autonomie restreinte et 60 % d’entre elles sont sur le marché du travail. J’ai visité les centres de soutien pour proches aidants à Saint-Hyacinthe. J’ai pu constater que les besoins sont grandissants et que les ressources sont limitées. Les proches aidants sont à bout de souffle. Ces gens consacrent leur temps, leur énergie et parfois même leur santé à prendre soin de leurs proches. Il est temps qu’eux aussi reçoivent l’aide dont ils ont besoin et que le marché du travail s’adapte à leur réalité. En ce sens, notre projet de loi est une avancée majeure, qui viendrait faire une vraie différence dans la vie de ces travailleurs », a déclaré l’élue caquiste.

 

Proches aidants : La CAQ dépose un projet de loi pour améliorer leur qualité de vie


 Publié le 7 juin 2017

Pour améliorer la qualité de vie de milliers de Québécois qui font le choix courageux d’être proches aidants, le député de la Coalition Avenir Québec, Marc Picard, a déposé mercredi à l’Assemblée nationale le projet de loi 796, Loi modifiant la Loi sur les normes du travail afin de faciliter le soutien aux proches.

Le caquiste Marc Picard propose les 4 mesures suivantes :

  1. Permettre à tout proche aidant de prendre 10 journées de congé par année, sans solde, pour fournir des soins ou du soutien à un proche, que ce dernier soit membre ou non de sa famille immédiate ;
  2. Permettre le fractionnement de ce congé, en demi-journées ou en heures ;
  3. En cas de maladie ou de blessure grave, faire passer de 12 à 17 semaines la période pour laquelle un employé qui agit comme proche aidant peut s’absenter ;
  4. Si cette maladie ou cette blessure comporte un risque de décès important, l’absence de l’employé peut être étirée à 28 semaines.

Chaudement appuyé par le Regroupement des aidants naturels du Québec, le député des Chutes-de-la-Chaudière espère que son projet de loi trouvera un écho favorable auprès de la ministre du Travail, Dominique Vien.

Construction : La CAQ réclame une solution permanente


 Publié le 29 mai 2017

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a indiqué que sa formation politique appuiera le projet de loi spécial déposé par le gouvernement libéral pour mettre fin à la grève dans l’industrie de la construction, mais il a dénoncé avec vigueur le manque de leadership de Philippe Couillard, qui aurait pu agir il y a bien longtemps pour modifier les mécanismes actuels de négociation, désuets et inefficaces.

La grève générale dans l’industrie de la construction était prévisible et n’aurait pas dû s’éterniser aussi longtemps, a souligné François Legault. Une fois de plus, les libéraux ont attendu qu’un conflit éclate au grand jour avant d’agir.

Le porte-parole de la CAQ en matière de travail, Marc Picard, a de son côté rappelé que les négociations avaient pourtant débuté en octobre 2016. La ministre Dominique Vien était donc bien au fait des demandes et n’a pas su favoriser une entente négociée.

François Legault a ajouté qu’il est urgent pour le gouvernement libéral de mettre en place un nouveau mécanisme de négociations, permanent, afin d’éviter que le Québec joue dans le même film tous les 4 ans.