65 M$ pour soutenir l’amorçage et le démarrage d’entreprises innovantes


 Publié le 11 février 2021

Le gouvernement du Québec prévoit investir, par l’entremise d’Investissement Québec, un montant maximal de 65 millions de dollars dans deux nouveaux fonds de capital de risque, soit jusqu’à 50 millions dans le fonds Anges Québec Capital II (fonds AQC II) et jusqu’à 15 millions dans le fonds Boréal Capital de risque I (fonds Boréal).

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon, en a fait l’annonce.

Ces investissements contribueront à appuyer les entreprises innovantes aux stades de l’amorçage et du démarrage dans des secteurs d’avenir ainsi qu’à soutenir la relance économique à la suite de la pandémie de la COVID-19.

D’une part, le fonds AQC II vise à financer de jeunes entreprises innovantes tout en leur faisant bénéficier de l’expérience, des réseaux et de l’engagement d’investisseurs membres du réseau Anges Québec.

D’autre part, le fonds Boréal vise à réaliser des investissements au stade de l’amorçage, principalement dans les entreprises du Centre de l’entrepreneurship technologique de l’ETS – Centech. Affilié à l’École de technologie supérieure, cet incubateur offre de l’accompagnement pour accélérer la création et le développement d’entreprises de haute technologie à fort potentiel de croissance.

Les détails des modalités de ces fonds d’investissement seront annoncés prochainement en collaboration avec les partenaires financiers du gouvernement du Québec.

« En participant au développement des fonds AQC II et Boréal, nous répondons à une demande claire de la communauté des entrepreneurs et nous soutenons une industrie d’investissements privés qui les encourage à innover et à prendre des risques. Ces interventions permettront à nos innovateurs d’avoir accès au capital nécessaire pour se lancer en affaires et créer de la richesse au Québec. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation

« C’est notre rôle d’appuyer les projets porteurs en soutenant l’amorçage et le démarrage. Les fonds AQC II et Boréal pourront répondre aux besoins financiers des jeunes entreprises innovantes ainsi qu’à leur besoin d’accompagnement dans toutes les régions. En plus de susciter la réalisation d’initiatives stratégiques pour la relance, ces nouveaux outils de financement pourront appuyer le développement économique régional et l’innovation partout au Québec. »

Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Faits saillants :

  • Le fonds AQC II succède au fonds Anges Québec Capital, s.e.c. (fonds AQC I), créé en 2012 et dont la capitalisation a atteint 86 millions de dollars. La période d’investissement du fonds AQC I, qui a investi dans 53 entreprises innovantes, a pris fin en 2019.
  • Tous les entrepreneurs sont admissibles aux programmes du Centech, lequel privilégie les équipes multidisciplinaires. L’incubateur compte actuellement des entrepreneurs issus de 26 universités et de 11 pays.

Ministère de l’Économie et de l’Innovation sur les réseaux sociaux :

twitter.com/economie_quebec
facebook.com/EconomieQc
linkedin.com/company/économie-québec
youtube.com/user/MDEIEQuebec
instagram.com/economieqc

97,5 M$ pour renforcer l’accompagnement des entrepreneurs


 Publié le 10 novembre 2020

Le gouvernement du Québec annonce la création d’Accès entreprise Québec pour renforcer les services d’accompagnement et d’investissement offerts aux entrepreneurs et aux entreprises dans toutes les régions du Québec et ainsi accélérer le développement économique régional.

À cet effet, une somme de 97,5 millions de dollars sur cinq ans a été octroyée par le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI). De ce montant, 90 millions de dollars serviront à l’ajout de ressources dans les municipalités régionales de comté (MRC) et 7,5 millions de dollars seront réservés pour améliorer les compétences des ressources, le développement d’outils d’intervention, le maillage et la synergie des interventions entre les régions.

La ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Mme Marie-Eve Proulx, accompagnée du ministre de l’Économie et de l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon, en a fait l’annonce aujourd’hui.

Accès entreprise Québec sera la porte d’entrée des entreprises vers les services et les organismes voués aux entrepreneurs. Le gouvernement du Québec veut s’assurer que les entreprises ont accès à des services d’accompagnement, de capital de croissance et d’investissement de haute qualité comparables d’une région à l’autre et respectueux des spécificités régionales. De plus, l’objectif est d’augmenter le nombre d’entreprises qui réussissent et de faire valoir le rôle de chaque MRC selon une approche complémentaire d’accompagnement et de financement des entreprises avec Investissement Québec régional, national et international.

Le gouvernement compte également adapter les fonds locaux d’investissement (FLI) aux nouvelles réalités auxquelles les entrepreneurs et les entreprises sont confrontés et continuer de collaborer avec les MRC afin de compléter le réseau des fonds locaux de solidarité (FLS), le fonds Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD) et les autres sources de financement régionales.

La coordination d’Accès entreprise Québec sera assurée par le MEI, qui s’adjoindra un comité d’orientation national composé des principaux acteurs du développement économique dans les régions. La mise en œuvre sera réalisée en partenariat avec la Fédération québécoise des municipalités, l’Union des municipalités du Québec et d’autres partenaires.

« Il faut permettre aux régions de se développer en fonction de leurs spécificités afin que leur économie devienne agile, innovante et stimulante. Accès entreprise Québec viendra renforcer et bonifier l’accompagnement de proximité et de première ligne des entrepreneurs en leur facilitant l’accès aux services et aux ressources qui sont mis à leur disposition pour réaliser leurs projets d’affaires. Les entreprises seront davantage outillées pour poursuivre leurs activités et atteindre leur plein potentiel, des conditions essentielles à une croissance économique soutenue des régions, particulièrement en cette période de conjoncture difficile. La vitalité économique d’une région dépend beaucoup de la collaboration et de l’implication accrues des acteurs et des organismes locaux de même que du dynamisme et de la performance de ses entreprises. », a déclaré Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

« Depuis deux ans, notre gouvernement intensifie ses efforts pour soutenir les écosystèmes économiques régionaux. La création d’Accès entreprise Québec arrive à point : les entreprises en région seront encore mieux dirigées dans leurs démarches de croissance et de diversification. Avec l’appui d’Investissement Québec régional, nous maintenons notre engagement de soutenir l’entrepreneuriat, de favoriser l’innovation et sa commercialisation, et d’accroître la productivité et la compétitivité des entreprises. De plus, avec le nouvel Investissement Québec, nous allons renforcer la présence du Québec sur les marchés extérieurs. La relance de l’économie qui s’est amorcée sera notamment tributaire de la performance de nos entreprises dans chacune des régions. », a indiqué Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation.

« L’annonce de la mise en place du réseau Accès entreprise Québec et des mesures qui seront adoptées vont permettre de bonifier l’accompagnement et le soutien aux entrepreneurs. Ainsi, nos élus et nos responsables des services de développement économique dans les MRC partout au Québec se mobiliseront encore davantage pour leur permettre de réaliser leurs projets. À titre de porte-parole des régions, la Fédération québécoise des municipalités salue l’ouverture et le travail du gouvernement du Québec et s’engage à tout mettre en œuvre pour assurer le succès de cette nouvelle approche. », a souligné Jacques Demers, président de la Fédération québécoise des municipalités, maire de Sainte-Catherine-de-Hatley et préfet de la MRC de Memphrémagog.

« Les municipalités et les MRC jouent un rôle majeur en matière de développement économique local et régional. Le palier local agit en tant que catalyseur et le palier supralocal en tant qu’accompagnateur. C’est pourquoi l’annonce d’aujourd’hui est bienvenue puisqu’elle consolide la complémentarité des pôles de développement et des MRC. Le milieu municipal est un partenaire de premier plan pour les entreprises, et Accès entreprise Québec lui permettra de continuer à les soutenir efficacement, et cela, dans toutes les régions. », a mentionné Suzanne Roy, présidente de l’Union des municipalités du Québec et mairesse de Sainte-Julie.

Faits saillants :

  • Investissement Québec a pour mission de participer activement au développement économique du Québec en stimulant l’innovation dans les entreprises, l’entrepreneuriat et le repreneuriat ainsi que la croissance de l’investissement et des exportations. Active dans toutes les régions administratives du Québec, la Société soutient la création et le développement des entreprises de toute taille au moyen d’investissements et de solutions financières adaptées.
  • Les FLI, constitués à partir de prêts du gouvernement du Québec, représentent le principal outil financier des MRC mis en place pour soutenir les entreprises de leur territoire. Chacun des FLI vise à stimuler l’entrepreneuriat local en favorisant l’accès aux capitaux pour le démarrage ou la croissance d’entreprises traditionnelles ou d’économie sociale et pour le soutien à la relève entrepreneuriale.
  • Le MEI collabore avec le Fonds local de solidarité FTQ afin de compléter le réseau des FLS partout au Québec et ainsi augmenter la disponibilité financière pour les entreprises dans les territoires des MRC.
  • Le fonds Capital régional et coopératif Desjardins, géré par Desjardins Capital, une composante du Mouvement Desjardins, a pour mission de valoriser, d’accompagner et de garder les PME au Québec tout en promouvant l’épargne des Québécois.

MEI sur les réseaux sociaux :

twitter.com/economie_quebec
facebook.com/EconomieQc
linkedin.com/company/économie-québec
youtube.com/user/MDEIEQuebec
instagram.com/economieqca

Technologie « chaîne de blocs » : Le gouvernement libéral met un frein à l’innovation au Québec


 Publié le 18 mai 2018

La technologie chaîne de blocs révolutionne actuellement l’univers du stockage de données. Depuis quelques mois, un certain d’entreprises ont approché Hydro-Québec afin de s’approvisionner en énergie et ainsi faire profiter la province d’importants investissements, à même nos surplus d’électricité.

 

Alors que ces entreprises voudraient investir chez nous et y créer des emplois et qu’Hydro-Québec est prêt, le gouvernement libéral, lui, se traine les pieds. Plutôt que d’encadrer l’industrie comme on lui demande de le faire, d’être proactif afin que le Québec soit pionnier de cette nouvelle technologie, le gouvernement libéral met littéralement un frein à ces investissements en imposant un moratoire.

 

Selon son PDG, la société d’État serait en mesure de vendre 5TWh de ses surplus d’électricité aux entreprises actives dans la chaîne de blocs d’ici quatre ans, mais le ministre l’en empêche. La Coalition Avenir Québec soutient que le gouvernement libéral doit saisir cette opportunité économique que représente cette technologie, puisque le Québec a des atouts importants pour se tailler une place de choix dans ce marché naissant : de l’électricité verte et un climat favorable. La CAQ propose de réserver un bloc d’énergie à ces entreprises, qui souhaitent développer un écosystème relié à la chaine de blocs.

Stratégie numérique : #ToutResteÀFaire


 Publié le 20 mai 2016

Ce qui aurait dû être la présentation d’un véritable plan stratégique pour voir émerger le Québec numérique s’est plutôt avéré être le dépôt d’une simple feuille de route peu ambitieuse, a constaté le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’innovation, André Lamontagne.

S’il a au moins le mérite de poser le bon diagnostic, le document présenté vendredi par la ministre de l’Innovation, Dominique Anglade, contient peu de pistes de réponses concrètes et efficaces pour appuyer et accompagner les entreprises québécoises dans le virage numérique inévitable.

« Une fois de plus, le gouvernement libéral démontre son manque d’ambition face à cet enjeu du 21ème siècle : l’émergence d’une économie numérique. Après Uber, c’est au tour du numérique d’être victime de la panne d’innovation du Parti libéral. Le gouvernement ne manifeste pas une grande compréhension de la réalité numérique. Son approche est celle des silos, alors que c’est en déployant une approche globale que nous ferons émerger le Québec numérique », a déclaré André Lamontagne.

Le député de Johnson a dit rester sur sa faim, d’autant plus que la ministre de l’Innovation a confirmé la tenue de consultations, malgré les débats qui se sont déjà tenus depuis le Forum des idées organisé en 2014. « Après deux années de travail avec les acteurs du milieu, le temps des grands discours est révolu. L’heure est à l’action. #ToutResteÀFaire. À quand le #QuébecNumérique? » a conclu André Lamontagne.