Technologie « chaîne de blocs » : Le gouvernement libéral met un frein à l’innovation au Québec

 

 18 mai 2018

La technologie chaîne de blocs révolutionne actuellement l’univers du stockage de données. Depuis quelques mois, un certain d’entreprises ont approché Hydro-Québec afin de s’approvisionner en énergie et ainsi faire profiter la province d’importants investissements, à même nos surplus d’électricité.

 

Alors que ces entreprises voudraient investir chez nous et y créer des emplois et qu’Hydro-Québec est prêt, le gouvernement libéral, lui, se traine les pieds. Plutôt que d’encadrer l’industrie comme on lui demande de le faire, d’être proactif afin que le Québec soit pionnier de cette nouvelle technologie, le gouvernement libéral met littéralement un frein à ces investissements en imposant un moratoire.

 

Selon son PDG, la société d’État serait en mesure de vendre 5TWh de ses surplus d’électricité aux entreprises actives dans la chaîne de blocs d’ici quatre ans, mais le ministre l’en empêche. La Coalition Avenir Québec soutient que le gouvernement libéral doit saisir cette opportunité économique que représente cette technologie, puisque le Québec a des atouts importants pour se tailler une place de choix dans ce marché naissant : de l’électricité verte et un climat favorable. La CAQ propose de réserver un bloc d’énergie à ces entreprises, qui souhaitent développer un écosystème relié à la chaine de blocs.

Stratégie numérique : #ToutResteÀFaire

 

 20 mai 2016

Ce qui aurait dû être la présentation d’un véritable plan stratégique pour voir émerger le Québec numérique s’est plutôt avéré être le dépôt d’une simple feuille de route peu ambitieuse, a constaté le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’innovation, André Lamontagne.

S’il a au moins le mérite de poser le bon diagnostic, le document présenté vendredi par la ministre de l’Innovation, Dominique Anglade, contient peu de pistes de réponses concrètes et efficaces pour appuyer et accompagner les entreprises québécoises dans le virage numérique inévitable.

« Une fois de plus, le gouvernement libéral démontre son manque d’ambition face à cet enjeu du 21ème siècle : l’émergence d’une économie numérique. Après Uber, c’est au tour du numérique d’être victime de la panne d’innovation du Parti libéral. Le gouvernement ne manifeste pas une grande compréhension de la réalité numérique. Son approche est celle des silos, alors que c’est en déployant une approche globale que nous ferons émerger le Québec numérique », a déclaré André Lamontagne.

Le député de Johnson a dit rester sur sa faim, d’autant plus que la ministre de l’Innovation a confirmé la tenue de consultations, malgré les débats qui se sont déjà tenus depuis le Forum des idées organisé en 2014. « Après deux années de travail avec les acteurs du milieu, le temps des grands discours est révolu. L’heure est à l’action. #ToutResteÀFaire. À quand le #QuébecNumérique? » a conclu André Lamontagne.