Fermeture de Dans un jardin – Le ministre Jean Boulet offre son soutien aux travailleuses et travailleurs touchés

 

 20 novembre 2018

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, annonce que le gouvernement accompagnera dès maintenant les travailleuses et travailleurs concernés par la fermeture de l’entreprise Dans un jardin et de sa filiale de fabrication Art de Vivre Fabrication inc., prévue le 31 janvier 2019.

En plus de s’assurer que l’entreprise s’acquittera de ses obligations légales à l’égard du personnel licencié, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale offrira un accompagnement aux travailleuses et travailleurs par l’intermédiaire de programmes et mesures existants, tels que des services d’aide à l’emploi, des services psychosociaux, des services d’orientation professionnelle et de formation.

« La perte d’un emploi ne doit jamais être considérée comme un évènement anodin. Des conséquences financières et psychologiques importantes peuvent atteindre les personnes touchées par un licenciement. C’est pour cela que je tiens à assurer aux membres du personnel de Dans un jardin que notre gouvernement mettra tout en œuvre pour les aider à demeurer sur le marché du travail. La situation actuelle de rareté de la main-d’œuvre offre de nombreuses occasions à saisir pour les chercheurs d’emploi. », a souligné Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable
de la région de la Mauricie.

Faits saillants :

  • Lors d’un licenciement collectif, l’employeur doit participer sans délai à la constitution d’un comité d’aide au reclassement ou convenir avec le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale d’autres moyens équivalents ou supérieurs pour favoriser le maintien ou la réintégration en emploi de ceux-ci.
  • Le Ministère effectue par la suite un suivi en continu auprès de l’entreprise afin de vérifier si les travailleuses et travailleurs licenciés ont été en mesure de réintégrer le marché du travail ou s’ils participent à une mesure active d’emploi.
  • Les travailleuses et travailleurs licenciés sont soutenus dans leurs démarches. Ils peuvent en tout temps se présenter à un centre local d’emploi ou à un bureau de Services Québec, même s’ils n’ont pas encore été licenciés, et bénéficier de mesures et services du Ministère.

« Notre gouvernement est activement engagé dans la lutte contre l’intimidation. »

 

 16 novembre 2018

À l’occasion de la Journée internationale de la tolérance qui est célébrée aujourd’hui, le ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Outaouais, M. Mathieu Lacombe, rappelle l’importance de promouvoir l’inclusion de tous et toutes dans notre société, au quotidien.

« Notre gouvernement est activement engagé dans la lutte contre l’intimidation. D’ailleurs une vaste campagne gouvernementale de sensibilisation est en cours. En cette Journée internationale de la tolérance, je tiens à réitérer l’importance que j’accorde à la lutte contre l’intimidation et à souligner que j’entends poursuivre nos efforts en ce sens partout au Québec. Individuellement ou collectivement, adoptons au quotidien des attitudes et des rapports respectueux, inclusifs, égalitaires et ouverts à la différence. Nous croyons que l’atteinte de l’égalité des chances pour tous les individus passe par la tolérance et le respect des différences. C’est pourquoi notre gouvernement appuie de nombreuses organisations qui luttent contre l’intimidation au quotidien. Parce que chaque parole et chaque geste comptent, je nous invite à faire la promotion de la tolérance et de l’inclusion dans nos milieux de vie. », Mathieu Lacombe, ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Outaouais.

Faits saillants

Diffusé jusqu’au 18 novembre 2018, le volet intimidation de la campagne gouvernementale pour contrer la violence sous toutes ses formes met en lumière le fait que nous pouvons tous agir contre l’intimidation et la cyberintimidation.
Créée en 1995 à la suite d’une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies, cette journée vise principalement à promouvoir la compréhension mutuelle entre les cultures et les peuples.

La ministre Sylvie D’Amours participe à l’inauguration des nouveaux locaux du Centre d’amitié Eenou de Chibougamau

 

 15 novembre 2018

Aujourd’hui, la ministre responsable des Affaires Autochtones, Mme Sylvie D’Amours a participé à l’inauguration officielle des nouveaux locaux du Centre d’amitié Eenou de Chibougamau.

C’est en partie grâce à une subvention de 600 000 $, provenant du Programme d’aide aux Autochtones en milieu urbain – volet Infrastructures, que les responsables du Centre d’amitié ont pu mener à bien la reconstruction du bâtiment.

Bénéficiant désormais de locaux mieux adaptés et plus fonctionnels, le Centre pourra poursuivre le déploiement de divers services à l’intention de sa clientèle qui est constituée d’Autochtones résidant ou de passage à Chibougamau, dont des membres des communautés cries de Mistissini et d’Oujé-Bougoumou.

Ces services sont de divers ordres : on parle principalement de l’emploi et de l’éducation, des activités culturelles, du développement communautaire ainsi que de la santé et des services sociaux.

« Le gouvernement du Québec est heureux de faire partie des partenaires ayant soutenu cette belle initiative, grâce à une subvention qui représente le quart de l’investissement requis pour cet important chantier. Le Centre d’amitié a toujours été une précieuse ressource et le sera encore pour longtemps, avec des services culturellement adaptés et un environnement plus convivial. », Sylvie D’Amours, ministre responsable des Affaires autochtones.

François Legault et son Conseil des ministres

 

 18 octobre 2018

OIF : Le gouvernement désigné du Québec fait le point sur la nomination de la prochaine secrétaire générale de la Francophonie

 

 9 octobre 2018

Après analyse et considérant le consensus africain qui se dessine au Sommet de la Francophonie d’Erevan, le premier ministre désigné du Québec, M. François Legault, annonce qu’il ne soutiendra pas le renouvellement du mandat de Mme Michaëlle Jean au poste de secrétaire générale de la Francophonie.

« L’Afrique recèle de potentiels énormes, tant pour notre économie, que pour l’avenir de la langue française. C’est pourquoi j’ai l’intention d’appuyer une candidature provenant de ce continent », a déclaré François Legault. « Je me réjouis du plan de transparence de l’OIF qui a été adopté, aujourd’hui, durant les travaux en marge du Sommet ; un plan mis de l’avant par un groupe de travail présidé par le Québec. Le Québec doit continuer de montrer l’exemple, par ses mesures de saine gestion, de promotion de la démocratie et des droits de la personne. Le gouvernement désigné de la Coalition Avenir Québec prévoit donner son appui à une candidature qui entendra promouvoir résolument la langue française, la gouvernance démocratique et développer la francophonie économique sur la scène internationale et qui assurera au Québec un rôle actif au sein de l’OIF » a ajouté M. Legault.

« Je veux reconnaître le travail de Mme Jean au cours des dernières années, notamment auprès des femmes et des jeunes, mais il est maintenant temps de laisser place à un nouveau style de gestion » a conclu le premier ministre désigné du Québec, M. François Legault.

Le nouveau Conseil des ministres du gouvernement du Québec sera dévoilé le 18 octobre

 

 8 octobre 2018

Le premier ministre désigné et député de L’Assomption, François Legault, annonce qu’il dévoilera la composition de son Conseil des ministres le 18 octobre prochain.

« Nous venons de vivre une élection historique. Pour la première fois depuis près de 50 ans, les députés qui composeront le Conseil des ministres ne proviendront pas du Parti libéral ou du Parti québécois », a affirmé le premier ministre désigné.

« Le 1er octobre, les Québécois ont voté en faveur du changement. Ils ont voté pour une équipe compétente. La composition du Conseil des ministres que je m’apprête à leur présenter sera paritaire et témoignera bien de la qualité et de la grande valeur des personnes qui forment cette équipe », a-t-il souligné.

M. Legault a mentionné que son équipe et lui étaient déjà au travail et qu’ils étaient impatients à l’idée de répondre aux engagements pris lors de la campagne électorale. « Nous voulons livrer la marchandise. Mais nous allons faire les choses dans l’ordre. Nos grandes priorités au cours des prochains mois sont claires : l’économie en remettant de l’argent dans le portefeuille des Québécois, assurer des services de qualité en santé et améliorer notre système d’éducation », a-t-il conclu.

La cérémonie de prestation de serment des membres du nouveau Conseil des ministres se déroulera le 18 octobre. La cérémonie d’assermentation des députés de la Coalition avenir Québec (CAQ) se tiendra quant à elle le 16 octobre.

Équipe du changement : Christian Dubé sera candidat de la CAQ dans La Prairie

 

 3 septembre 2018

EN BREF, SELON LA CAQ :

  • Christian Dubé sera le candidat de la CAQ dans la circonscription de La Prairie
  • M. Dubé était jusqu’à tout récemment premier vice-président à la Caisse de dépôt et placement du Québec
  • M. Dubé possède une longue feuille de route économique et constitue un ajout remarquable à l’équipe du changement

François Legault est fier d’accueillir le dernier candidat de l’équipe du changement : Christian Dubé. Désormais, l’équipe de la CAQ est complète. Les 125 candidats caquistes sont sur les rangs.

Christian Dubé était jusqu’à tout récemment premier vice-président à la Caisse de dépôt et placement du Québec. Il constitue un ajout de taille à une équipe économique déjà impressionnante. « C’est comme si on avait Crosby, Ovechkin et McDavid sur la même équipe », a déclaré François Legault, tout sourire.

Christian Dubé a travaillé pour Price Waterhouse avant de cofonder MIA Biron Lapierre Dubé & associés en 1986. Il est ensuite devenu directeur, Fusions et acquisitions au sein de l’entreprise Coopers & Lybrand. De 1996 à 2004, il a occupé différents postes de cadre au sein de Domtar, dont ceux de vice-président principal et chef de la Direction financière avant de devenir vice-président et chef de la Direction financière de Cascades de 2004 à 2008. Finalement, il a dirigé la filiale européenne de la papetière de 2009 à 2012.

De 2012 à 2014, il a été député de Lévis et s’est illustré par sa grande maîtrise des enjeux de finances publiques. Il s’est retiré après les élections de 2014 pour répondre à l’appel de Michael Sabia, le PDG de la Caisse de dépôt et placement en devenant Premier vice-président Québec. Rappelons que M. Dubé fut un des seuls députés qui, ayant quitté en cours de mandat, a refusé de toucher l’allocation de départ à laquelle il avait droit.

« J’ai décidé de replonger pour les mêmes raisons qu’en 2012 : je veux servir le Québec, je veux améliorer la gestion de l’État. Je veux que les Québécois en aient pour leur argent, avec un État efficace et efficient. Un autre aspect qui m’a séduit, c’est l’équipe de grande qualité rassemblée par François Legault. Je suis impressionné et je suis très heureux de me joindre à cette équipe et de retrouver mes anciens collègues », a déclaré Christian Dubé, qui s’est engagé à compléter son mandat s’il est élu.

 

CITATION :

« Christian revient en politique pour servir le Québec. Je suis profondément admiratif de la décision qu’il a prise de consacrer les dernières années de sa vie active professionnelle à la politique. Je suis vraiment très heureux de le retrouver. »

– François Legault,

député de L’Assomption et chef de la Coalition Avenir Québec

Élections générales du 1er octobre 2018 : La CAQ s’engage à éliminer la taxe famille de Philippe Couillard

 

 14 août 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, annonce qu’un gouvernement de la CAQ abolira la taxe famille des libéraux de Philippe Couillard et rétablira un tarif unique de 8,05$ par jour, pour ainsi corriger la grave injustice causée par le Parti libéral du Québec au début de son mandat. Ce tarif sera par la suite indexé.

Lors de la dernière campagne électorale, le premier ministre actuel avait fait la promesse aux parents Québécois de ne pas augmenter la facture des parents pour les frais de garde de leurs enfants. C’est pourtant exactement l’inverse qu’il a fait en mettant en place une contribution additionnelle s’ajoutant au tarif de base, modulée en fonction du revenu familial. Pour de nombreux parents, cette promesse rompue a provoqué à une facture salée de plusieurs milliers de dollars.

De façon responsable, un gouvernement de la CAQ abolira sur quatre ans cette taxe famille en ramenant les frais de garde en milieu subventionné à un taux unique, ce qui permettra au bout de la quatrième année de remettre une somme de 160 millions de dollars par année dans les poches des parents de jeunes enfants. La CAQ maintiendra par ailleurs la bonification et l’indexation annuelle annoncées au dernier budget pour le crédit d’impôt pour frais de garde d’enfants dont bénéficient les parents dont l’enfant fréquente un milieu de garde non subventionné.

François Legault choisit Sarah Beaumier dans Hochelaga-Maisonneuve

 

 6 août 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est très fier d’accueillir dans son équipe la stratège marketing, Sarah Beaumier, pour porter les couleurs de sa formation politique dans Hochelaga-Maisonneuve en vue de l’élection générale du 1er octobre prochain. « Sarah représente absolument tout ce que les citoyens d’Hochelaga-Maisonneuve peuvent espérer d’une candidate. Elle est jeune, dynamique, elle inspire la confiance et a une vision bien établie des enjeux chers aux Québécois. Déjà, elle possède des expériences de travail et de vie bien garnies et particulièrement impressionnantes. Sa fougue, son désir de créer un changement positif dans sa communauté et la passion qu’elle déploie dans tout ce qu’elle entreprend sont incontestablement ce qui fera d’elle une candidate accomplie auprès de ses concitoyens », a déclaré M. Legault.

Une candidate d’expérience et de résultats

Sarah Beaumier est maman de deux enfants et bientôt d’un troisième. Elle a complété une maîtrise en marketing de l’école des Hautes études commerciales (HEC) de l’Université de Montréal, en plus d’un baccalauréat en commerce de l’Université Concordia. Elle cumule les emplois en marketing et en gestion depuis plusieurs années, notamment chez Merck Canada, Novo Nordisk, au Consulat général du Canada à New York, au Globe and Mail et plus récemment, à l’agence Touché!. Grande voyageuse et aventurière, elle a habité dans plusieurs parties du monde : Allemagne, Nouvelle-Zélande, Australie, Toronto et New York. 

« J’ai le profond désir de changer les choses. Pour moi, il n’y a rien de plus naturel que de poser ma candidature auprès d’une formation politique qui représente mes valeurs et avec laquelle je partage l’espoir d’un Québec meilleur. Depuis le jour un, je suis membre de la Coalition Avenir Québec. J’ai d’emblée été séduite par les propos d’un entrepreneur et d’un gestionnaire accompli comme François Legault, qui proposait aux Québécois, dès la formation de la CAQ, une toute nouvelle vision pour le Québec et qui comprend l’importance d’une saine gestion des finances publiques. Je crois sincèrement qu’il est primordial que chacune des dépenses d’un gouvernement ait le plus d’impacts positifs sur la communauté. J’ai senti en François Legault ce réel désir d’apporter un souffle nouveau pour tous les Québécois » a déclaré Sarah Beaumier.

Plusieurs enjeux pour Hochelaga-Maisonneuve

Pour la nouvelle candidate, les enjeux et les défis sont nombreux et de taille dans Hochelaga-Maisonneuve. Résultat de la mauvaise gestion libérale, la circonscription se classe parmi l’une des pires au Québec en matière d’accès aux soins de santé. Selon les récentes données, 35 % des gens n’ont toujours pas de médecin de famille. « C’est inacceptable. Sur le terrain, les gens sont inquiets et beaucoup d’aînés peinent à recevoir les services pour lesquels ils ont payé toute leur vie. Pour la CAQ, il est primordial d’améliorer l’accès aux soins de santé » a ajouté la candidate. Les citoyens sont également préoccupés par les centres d’injections supervisées, qui peuvent se retrouver à proximité des parcs et des écoles. Bien qu’ils soient nécessaires, a-t-elle expliqué, ceux-ci doivent être mieux localisés pour permettre aux usagers d’en bénéficier, tout en protégeant les zones fréquentées par les enfants. L’offre de logements sociaux fait par ailleurs partie intégrante des défis sur lesquels un prochain gouvernement devra se pencher. La CAQ est sensible à cet enjeu qui touche notamment les aînés et les jeunes familles.

Lise Lavallée trace un bilan positif de ses quatre années à titre de députée de la circonscription de Repentigny et sollicite un deuxième mandat

 

 27 juin 2018

La dernière session parlementaire de l’Assemblée nationale du Québec a pris fin le 15 juin dernier. Lise Lavallée revient sur ses activités de son premier mandat à titre de députée de Repentigny. Élue en avril 2014, madame Lavallée s’est vue confier le rôle de porte-parole de la Coalition Avenir Québec pour la Famille, les Ainés et la Lutte à l’intimidation. Au cours des deux dernières années de son mandat, elle a été la porte-parole en Santé publique, de la Condition Féminine ainsi que de la Lutte à l’Intimidation.

Aux dires de la députée de Repentigny, deux dossiers ont mobilisé temps et énergie dans le dernier droit de la session parlementaire soient celui du cannabis et celui de la prostitution juvénile.

La légalisation du cannabis

«À l’été 2017, ma participation à un Forum d’experts de tous horizons m’a permis de circonscrire l’ampleur de la tâche qui nous attendait. Plusieurs groupes d’intervenants ont été consultés et dès septembre 2017, nous étions en mesure de présenter notre position et plusieurs amendements au projet de loi ont été soumis au gouvernement en place soient : l’âge légal de consommer à 21 ans, la distribution exclusive du cannabis par un réseau public  , l’utilisation des revenus et profits des ventes à la prévention, la  recherche, la sécurité et la santé publique, l’interdiction de consommer dans les lieux publics et l’interdiction de faire de la culture à domicile», précise madame Lavallée. La loi a été adoptée en juin dernier. Même si la CAQ n’a pas obtenu gain de cause sur tous les changements souhaités, un encadrement sera mis en place afin d’être prêt pour la légalisation prévue par le gouvernement fédéral en octobre prochain.

La prostitution juvénile

En ce qui concerne le dossier de la prostitution juvénile, la députée de Repentigny n’a pas ménagé ses efforts afin d’identifier des pistes de solutions viables pour nos jeunes aux prises avec ce fléau. «J’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup de groupes d’intervenants oeuvrant dans le milieu de la prostitution juvénile et me familiariser avec les problématiques vécues par ces adolescentes», de relater madame Lavallée. Selon la députée, la première étape d’une intervention concrète dans ce milieu par le gouvernement est d’établir un portrait global de la réalité de la prostitution juvénile à la grandeur du Québec. «Toutes mes interventions à ce sujet auprès du gouvernement libéral se sont avérées vaines. Ce dernier agit comme un capitaine qui navigue sans plan ni boussole. J’ai présenté cette année mon plan de lutte pour contrer la prostitution juvénile et ma formation politique promet d’agir», souligne madame Lavallée.

La députée de Repentigny a fait état de plusieurs dossiers locaux et régionaux ayant nécessité sa participation au cours des quatre dernières années tels la construction de l’école Valmont-sur-Parc, l’agrandissement de l’hôpital Pierre-Le Gardeur, l’acquisition d’un appareil d’imagerie médicale de type Tep Scan pour cet hôpital ainsi que le projet de salle de spectacle à Repentigny.

«C’est avec la satisfaction du devoir accompli que je termine ce premier mandat. Ce fut un privilège de représenter mes concitoyennes et concitoyens de la belle circonscription de Repentigny au cours des quatre dernières années et c’est avec beaucoup d’humilité et une grande fierté que je me porterai à nouveau candidate sous la bannière de la Coalition Avenir Québec aux prochaines élections provinciales du 1er octobre prochain», de conclure madame Lavallée.