« Mes suggestions pour la journée du livre québécois »


 Publié le 11 juillet 2023
 

Depuis ma jeunesse, j’ai toujours été un passionné de lecture. Les livres nous permettent de nous évader, de rire, de pleurer : ils nous font du bien. Encore aujourd’hui, avec mon horaire chargé de premier ministre du Québec, j’essaie de prendre entre 30 minutes et 1 heure chaque soir pour lire avant de me coucher. Ça me permet de me vider la tête, mais aussi de mieux comprendre toutes sortes de réalités qui font de moi, je pense, un meilleur premier ministre.

Le 12 août, c’est la journée du livre québécois. Il s’agit d’un moment tout désigné pour partager notre amour de la lecture, et surtout faire connaître des auteurs du Québec à un nouveau public. Voici donc 6 ouvrages québécois que j’ai lus dans la dernière année et dont je vous recommande la lecture.

Raté, Hugo Meunier

Hugo Meunier est journaliste chez Urbania, il a aussi travaillé pour La Presse et Québecor. Dans Raté, il raconte l’histoire d’un homme qui a raté son suicide, et qui retrouve sa vie après plusieurs mois dans le coma. Il conserve de graves séquelles, et doit surtout réparer sa relation avec son fils adolescent, qui ne lui pardonne pas d’avoir voulu l’abandonner.

Évidemment, le suicide est un sujet grave et tragique. Malgré tout, l’auteur sait rester léger et même drôle par moments. Il aborde des sujets importants comme la réalité des proches aidants et la manière dont on traite les personnes avec un handicap. L’écriture est belle, et c’est une réflexion très touchante sur la vie, et sur la valeur inestimable qu’elle représente.

Le Schisme identitaire, Étienne-Alexandre Beauregard

Étienne-Alexandre Beauregard est un jeune intellectuel de 22 ans, qui travaille désormais dans mon équipe. Je me compte chanceux! Dans Le Schisme identitaire, il explique comment le débat politique québécois est passé d’un affrontement entre souverainistes et fédéralistes à un nouveau débat entre nationalistes et multiculturalistes. Selon lui, c’est la définition de la nation québécoise qui est en jeu, et de grandes questions comme l’État-nation, l’intégration des immigrants et la place des libertés individuelles qui sont désormais au centre de nos débats politiques.

C’est un essai exceptionnel, à lire pour mieux comprendre le renouvellement du nationalisme québécois, et les débats autour de l’âme de la nation québécoise.

L’Horizon des événements, Biz

On connaît Biz comme chanteur du groupe Loco Locass, comme commentateur de l’actualité sportive et politique, et comme auteur. L’Horizon des événements, son 8e livre, est une satire mordante du monde universitaire, avec ses malheureuses dérives et la censure qui fait désormais les manchettes. Il raconte la vie d’un professeur de littérature divorcé, un peu désabusé, qui renoue avec la vie lorsqu’il rencontre une nouvelle flamme. Passionné de Michel Houellebecq et de Louis-Ferdinand Céline, leurs œuvres accompagnent le récit.  

Non seulement l’écriture de Biz a du style, elle est aussi très drôle. J’ai eu un gros coup de cœur pour ce roman, et particulièrement pour la relation tendre et touchante qu’il met en scène avec 2 enfants adolescents. Comme il le dit avec poésie : « Un enfant est un vaccin contre le cynisme. »

Mille secrets mille dangers, Alain Farah

Né à Montréal de parents libanais d’Égypte, Alain Farah est professeur de littérature française à l’Université McGill. Dans Mille secrets mille dangers, un roman autobiographique, il met en scène un mariage à l’Oratoire Saint-Joseph, où de vieilles histoires du passé ressurgissent. Le récit se déroule en 24 heures, ce qui n’empêche pas l’auteur d’aborder de grandes questions : les amours de jeunesse, les chicanes entre parents, les relations père-fils, l’angoisse, les troubles anxieux, la maladie et la mort.

C’est un magnifique roman qui met en scène notre métropole, en particulier le Petit Liban dont les personnages sont originaires. Il sera bientôt adapté au cinéma par Philippe Falardeau, et je suis impatient de voir le film!

En plein cœur de Saturne, Marie-Christine Chartier

Originaire de Repentigny, Marie-Christine Chartier est une de mes jeunes auteures préférées, qui en est déjà à son 5e roman. En plein cœur de Saturne raconte l’histoire d’Élise et Félix, un couple très amoureux. Élise souffre de problèmes d’anxiété, et Félix veut la quitter à cause de ça.  C’est un beau roman pour mieux comprendre l’anxiété et le trouble obsessionnel compulsif, alors qu’on parle beaucoup des enjeux de santé mentale, avec raison.

L’auteure explique qu’une personne anxieuse se pose beaucoup de questions, un peu comme un vieux gramophone : « Parfois, j’ai l’impression que l’aiguille se bloque et que je reste pognée dans la même ‘track’. Ça joue en boucle dans ma tête et je suis pas capable de passer à la prochaine chanson, à la prochaine pensée. »

L’Anglais, Denise Bombardier

Véritable monument de la culture québécoise, Denise Bombardier nous a quittés le 4 juillet dernier. Journaliste, chroniqueuse, écrivaine, on connaît tous son courage et sa franchise. Dans L’Anglais, elle livre sans pudeur un autre côté d’elle, qu’on connaissait moins. Ce roman autobiographique retrace son histoire d’amour avec son mari, un Anglais francophile qui vit désormais avec elle au Québec. Elle le rencontre lors d’un colloque en Irlande du Nord, et tombe immédiatement sous son charme.

J’ai été profondément touché par ce roman sensible et intime, qui prouve que l’amour n’a pas d’âge.

Vive les livres québécois!

J’espère que mes lectures vous auront donné envie de lire davantage, et de découvrir des auteurs de chez nous. Comme premier ministre, je prends toujours plaisir à encourager la lecture, et je suis convaincu qu’un Québec qui lit plus sera à la fois plus instruit et plus heureux. Après tout, lire un bon roman, c’est un grand plaisir de la vie.

Bonne journée du livre québécois!