Santé

Enfants handicapés majeurs : La ministre Charlebois a trahi la confiance des parents


En bref, selon la CAQ :

·         Les parents d’enfants lourdement handicapés et majeurs sont victimes d’une grave injustice financière de la part du gouvernement

·         Pendant un an, les fonctionnaires et la ministre Charlebois ont travaillé avec le groupe Parents pour toujours, mais récemment, le gouvernement libéral a annoncé que leur dossier relevait finalement du ministère de la Famille

·         La ministre Charlebois a brisé la confiance de ce groupe de parents


Enfants handicapés majeurs : La ministre Charlebois a trahi la confiance des parents

La ministre des Services sociaux, Lucie Charlebois, a promis, il y a plus d’un an, de s’occuper des cas de parents qui subissent une injustice, alors qu’il est financièrement plus avantageux pour eux de confier leur enfant handicapé majeur en famille d’accueil, plutôt que de le garder à la maison. Une injustice chiffrée à près de 13 000 $ par année, selon les données du Ministère de la Santé et des Services sociaux.

 

Après un an de travail entre le groupe Parents pour toujours, les fonctionnaires et la ministre Charlebois, le gouvernement libéral a finalement annoncé, le 28 mai dernier, que le dossier relevait plutôt du ministère de la Famille.

 

Le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de services sociaux, François Paradis, a porté la voix de ces parents, mercredi à l’Assemblée nationale, et a dénoncé la façon cavalière dont la ministre a brisé la confiance des parents, qui doivent maintenant retourner à la case départ. 

Citations :

« Au final, le gouvernement libéral ne veut rien faire pour rétablir un certain équilibre entre l’aide financière versée aux parents d’enfants handicapés majeurs et celle accordée aux familles d’accueil. »

– François Paradis

député Lévis, porte-parole de la CAQ en matière de services sociaux

 

 

« Parents pour toujours est extrêmement déçu que la ministre Charlebois n’ait pas respecté sa promesse. Pourtant, pendant un an, nous avons collaboré avec la ministre et ses fonctionnaires avant d’apprendre que nous n’étions pas du bon département et que nous devions nous adresser au ministère de la Famille. La ministre aurait pu nous rediriger bien avant, mais elle a préféré gagner du temps avant de pelleter le problème ailleurs.  Pour nous, c’est une trahison. »

 

– Marie France-Beaudry

Fondatrice de Parents pour toujours