Personnes âgées et vulnérables

Aidants naturels et aînés : la CAQ adoptera une véritable politique pour les proches aidants


En bref, selon la CAQ :

  • Un gouvernement de la CAQ adoptera une véritable politique pour les proches aidants
  • La bonification de l’offre de services de répit cours des prochaines années fait partie intégrante de l’engagement envers les proches aidants
  • La CAQ souhaite également lutter contre l’isolement social chez les aînés et améliorer la qualité de vie en CHSLD


Aidants naturels et aînés : la CAQ adoptera une véritable politique pour les proches aidants

Les députés de la CAQ dans Lanaudière souhaitent soutenir davantage les proches aidants et améliorer la qualité de vie des aînés. En accueillant nulle autre que Marguerite Blais, une grande alliée de la cause des aidants naturels, au sein de son équipe, le député de L’Assomption et chef de la CAQ, François Legault, a notamment profité de cette occasion pour annoncer qu’un gouvernement de la CAQ adoptera une véritable politique des proches aidants, une réalité qui touche près de 1,5 million de Québécois.

À cet effet, la CAQ s’assurera entre autres de la création d’une série de maisons Gilles-Carle au cours des prochaines années dans l’ensemble des régions afin d’assurer l’accès à des services de répit.

Pour lutter contre l’isolement social des aînés, François Legault propose de s’inspirer des pratiques du Dr Julien en matière de pédiatrie sociale et mettre sur pied plus d’initiatives en gériatrie sociale.

Citations :

« Il est plus que temps que le Québec se dote d’une véritable politique nationale pour les proches aidants.  Le travail que ces gens font auprès de leurs proches qui sont malades est trop important pour notre société pour qu’on ne les reconnaisse pas à leur juste valeur.  On doit leur donner les outils et le support nécessaire pour mener à bien leur mission.  »

– François Legault
député de L’Assomption, chef de la CAQ

« La reconnaissance des proches aidants est un enjeu préoccupant, tant pour l’aidant que pour la personne aidée. Près du tiers des personnes qui soutiennent un proche sur une base régulière n’ont pas conscience qu’ils sont aidants naturels. Ces personnes dévouées risquent davantage de souffrir d’isolement ou s’épuiser. Comme société, on doit évidemment s’assurer que le soutien aux aidants soit accessible, mais on doit également s’assurer que les proches qui s’occupent d’un être cher se reconnaissent et aient le réflexe de solliciter l’aide dont ils ont besoin »

– Lise Lavallée
députée de Repentigny, porte-parole de la CAQ en matière de santé publique