Pour un réseau de la santé plus accessible, plus efficace et plus décentralisé

 

 26 mai 2018

Cliquez ici pour télécharger le document.

Élection générale de 2018 – Nadine Girault et Stéphane Le Bouyonnec sont candidats pour la CAQ

 

 26 mai 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a profité du lancement du Congrès national de la CAQ au Centre de congrès et d’expositions de Lévis pour annoncer que Nadine Girault et Stéphane Le Bouyonnec porteront les couleurs de sa formation politique lors de la prochaine élection générale, dans les circonscriptions de Bertrand et de La Prairie respectivement. François Legault se réjouit de pouvoir compter sur ces gestionnaires de grande expérience au sein de son équipe.

Pour François Legault, ces ajouts à sa formation politique démontrent à quel point le Québec aura une équipe de gestionnaires exceptionnelle avec un éventuel gouvernement de la CAQ. « Partout où ils sont passés, ils ont fait preuve d’excellence. Nadine a actuellement sa propre boîte de consultants en gestion. Auparavant, elle a été vice-présidente au Fonds de solidarité FTQ, de Boutique Jacob, de BMO Groupe financier, de Desjardins Sécurité financière, vice-présidente associée à RBC Banque Royale, et elle a aussi siégé au conseil d’administration d’Investissement Québec. De son côté, Stéphane est actuellement le président de la CAQ. Il est diplômé de l’École Polytechnique de Montréal en génie industriel. Il a d’abord travaillé chez Lavalin, pour ensuite être vice-président exécutif de l’entreprise Hypocrat, vice-président du Fonds de solidarité FTQ, président d’Innovitech et de Métaforia. Il a aussi fondé Synergis Capital, une firme spécialisée en fusions, acquisitions et finance corporative, en plus d’avoir été député de la CAQ dans La Prairie de 2012 à 2014 », a détaillé le chef de la CAQ.

« Les Québécois veulent que leur État soit mieux géré. Depuis des années, on a l’impression que le gouvernement libéral a baissé les bras. Nous, on est convaincu que le gouvernement peut être beaucoup mieux géré. Les Québécois en ont assez de payer toujours plus pour toujours moins de services. Les Québécois veulent que le gros bon sens et la bonne gestion fassent leur retour au gouvernement. Ce changement est incarné par Nadine et Stéphane», a ajouté François Legault.

Dynamiser Investissement Québec en région

Nadine Girault soutient avoir choisi la Coalition Avenir Québec « pour son ouverture au changement dans la façon de gouverner le Québec. J’ai trouvé à la CAQ une harmonie de vue avec mes propres convictions, que ce soit en immigration, en éducation ou dans la vision de M. Legault du développement économique régional. Je crois, comme lui, qu’il faut rendre Investissement Québec plus dynamique en région et qu’on doit prendre plus de risques pour aider nos entreprises. Ayant siégé sur le conseil d’administration de cet organisme pendant plusieurs années et jusqu’à tout récemment, je suis bien placée pour voir le potentiel d’Investissement Québec. Cependant, Investissement Québec doit agir selon les orientations que lui donne le gouvernement et je pense qu’avec un gouvernement de la CAQ, Investissement Québec sera encore plus un outil de développement économique régional », a déclaré la nouvelle candidate.

Le service public, le plus beau métier du monde

Pour sa part, Stéphane Le Bouyonnec espère sincèrement que l’équipe de la CAQ aura une vraie chance de faire les choses autrement après le 1eroctobre prochain.« Après avoir connu une carrière active et valorisante dans le monde des affaires, tout en gardant toujours un pied dans la politique militante, je suis prêt à nouveau à embrasser le plus beau métier du monde, celui du service public. J’ai la conviction profonde qu’une bonne équipe de parlementaires, dirigée par un leader authentique et déterminé, qui est lui-même guidé par un programme ambitieux et inspirant, peut faire une grosse différence pour le Québec.  Au niveau économique, je crois fermement que nous pouvons faire mieux. Avec François Legault à la tête du prochain gouvernement, nous ferons mieux !», a-t-il conclu.

Orientations de la CAQ en santé : Pour un réseau plus accessible, efficace et décentralisé

 

 26 mai 2018

Après avoir parcouru de nombreuses régions au Québec lors des derniers mois, le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de santé, François Paradis, émet les constats suivants : les Québécois trouvent qu’ils n’en ont toujours pas pour leur argent, que l’accès aux soins de santé est encore long et compliqué et que le ministre a imposé ses réformes sans consulter personne au détriment des patients, des professionnels de la santé et des régions. Dévoilé dans le cadre du congrès de la CAQ ce samedi, ce plan santé est constitué de 25 mesures concrètes et détaillées et se décline en 4 grandes orientations.

Il est maintenant possible de consulter le document Orientations en santé de la CAQ 2018, qui présente en détail les mesures proposées par la Coalition Avenir Québec en matière de santé et qui serviront de base à la plateforme électorale que le parti dévoilera dans le cadre des prochaines élections.

Le document est disponible ici : http://v2018.lacaq.org/fr/blog/2018/05/26/pour-un-reseau-de-la-sante-plus-accessible-plus-efficace-et-plus-decentralise/

Liste des 4 orientations et des 25 mesures :

Orientation 1 : accès plus rapide à des soins de qualité

  • Voir un médecin de famille ou une infirmière le jour même ou le lendemain
  • Offrir un médecin de famille à tous les Québécois
  • Revoir le mode de rémunération des médecins de famille
  • Accélérer le déploiement de l’accès adapté
  • Redonner l’accès aux consultations sans rendez-vous dans les CLSC, les cliniques-réseau et les GMF
  • Améliorer l’accès aux soins le soir et la fin de semaine dans les CLSC et les GMF et les cliniques-réseau
  • Continuer le déploiement de Rendez-vous Santé Québec
  • Réduire l’attente à 90 minutes en moyenne avant de voir un médecin à l’urgence
  • Améliorer substantiellement l’accès aux soins de première ligne
  • Revoir l’organisation du travail dans les urgences
  • Ouvrir des lits en dehors des hôpitaux pour désengorger les urgences
  • Investir dans les soins à domicile
  • Augmenter le taux d’utilisation des blocs opératoires
  • Accélérer le déploiement du Centre de répartition des demandes de services pour les médecins spécialistes
  • Poursuivre le déploiement des 2000 nouvelles infirmières praticiennes spécialisées
  • Ouvrir des postes d’infirmières à temps complet et abolir le temps supplémentaire obligatoire
  • Poursuivre les 17 projets-pilotes des ratios de patients par infirmières
  • Décloisonner la pratique médicale pour permettre aux professionnels de la santé d’utiliser toutes leurs compétences
  • Valoriser le travail des infirmières-auxiliaires et des préposés aux bénéficiaires en améliorant leurs conditions de travail

Orientation 2 : reprendre le contrôle de la rémunération des médecins

  • Renégocier l’entente avec les médecins spécialistes
  • Revoir la tarification de certains actes médicaux
  • Resserrer les règles de l’incorporation des médecins
  • Reprendre le contrôle de la gestion des enveloppes budgétaires des médecins et abolir les primes cachées

Orientation 3 : un réseau décentralisé, moderne et efficace

  • Redonner plus d’autonomie aux régions, aux usagers, aux gestionnaires et aux conseils d’administration des établissements de santé
  • Rétablir le poste de Commissaire à la santé et au bien-être
  • Favoriser la pluralité des fournisseurs de soins et de services de santé en faisant appel au secteur privé, en respectant le principe d’universalité qui garantit la gratuité des soins
  • Engager le virage vers le financement « à l’activité » des hôpitaux
  • Propulser le réseau de la santé du Québec dans l’ère numérique
  • Abolir les tarifs abusifs de stationnement dans les hôpitaux
  • Poursuivre et planifier adéquatement un vaste chantier de rénovation des hôpitaux et des CHSLD

Orientation 4 : prévenir et guérir

  • S’attaquer au surdiagnostic médical et à la surconsommation de médicaments
  • Prévention : agir sur les déterminants de la santé
  • Poursuivre le déploiement du plan d’action en santé mentale
  • Prévenir et réduire les accidents mortels dans le réseau de la santé
  • Accélérer l’approbation des nouveaux médicaments et investir dans la recherche clinique effectuée au Québec