Francisation des immigrants : La CAQ exige que le gouvernement écoute les Québécois

 

 24 avril 2018

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 84% des Québécois sont d’avis que les cours de français pour les nouveaux arrivants devraient être obligatoires, alors qu’au troisième trimestre de 2017, trois immigrants sur cinq ne parlaient pas français. Pour la CAQ, il s’agit d’une réelle distorsion entre le souhait des Québécois et la réalité.

Claire Samson, porte-parole de la CAQ en matière de protection et de promotion de la langue française, exige que le gouvernement libéral écoute les Québécois, qui estiment que l’apprentissage de la langue française des nouveaux arrivants est un enjeu vital pour l’avenir du Québec.

Rappelons que la Coalition Avenir Québec est la seule formation politique à proposer la francisation obligatoire pour ceux et celles qui souhaitent faire du Québec leur terre d’accueil.

Fusion des C.A. et de la direction du CHUM et du CHU Sainte-Justine : Philippe Couillard refuse d’admettre son erreur

 

 24 avril 2018

Il a fallu deux ans et demi pour que le gouvernement libéral se rallie au bon sens et entende raison. Malgré que la CAQ ait talonné à plusieurs reprises le gouvernement de faire marche arrière dans le dossier de la fusion entre les C.A. du CHUM et du CHU Sainte-Justine, les libéraux ont persisté à affirmer que les effets de cette centralisation étaient positifs pour les deux établissements.

Pendant ce temps, ce sont les professionnels œuvrant dans le domaine de la santé qui ont écopé de cette erreur de gestion du ministre Barrette, en leur faisant perdre temps et énergie. Selon François Legault, la conséquence de cette volonté du ministre de faire fi de l’opinion des professionnels en matière de santé à Sainte-Justine a été de démotiver un grand nombre de ceux-ci.

Arrivée massive de migrants : La pression augmente en milieu scolaire au Québec

 

 24 avril 2018

Selon les derniers chiffres publiés sur le site d’Immigration Canada, 59% des passages illégaux au pays ont eu lieu à la frontière québécoise, au cours du mois de mars. Pour la Coalition Avenir Québec, l’inaction des libéraux depuis le début de la crise jusqu’à tout récemment fait en sorte que le réseau scolaire n’a toujours pas les ressources nécessaires pour accueillir convenablement ces jeunes migrants. Ceux-ci arrivent au Québec avec des besoins particuliers de francisation, de soutien psychologique et d’éducation. Il est de notre responsabilité de veiller à ces besoins, et ce, sans qu’il n’y ait de répercussions, d’aucune façon, sur l’apprentissage et le cheminement scolaire des élèves.

Jean-François Roberge, porte-parole de la CAQ en matière d’éducation, soutient que des centaines d’enfants subiront les contrecoups de la mauvaise gestion libérale dans le dossier et exige un plan concret du ministre de l’Éducation, pour soulager nos écoles qui sont à bout de bras.