Actualité

Légalisation du cannabis : Le pot n’est pas le bienvenu sur les campus


En bref, selon la CAQ :

  • Le gouvernement Couillard regarde de haut les préoccupations des Québécois face à la légalisation du cannabis en ouvrant la porte à sa vente sur les campus
  • Le cannabis est une source de nombreux problèmes et de maladies mentales précoces chez nos jeunes. Elle n’a pas sa place dans les établissements scolaires
  • Il est temps pour Philippe Couillard de fournir des réponses claires précises aux familles du Québec


Légalisation du cannabis : Le pot n’est pas le bienvenu sur les campus

L’improvisation libérale doit cesser : la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, doit dire clairement aux Québécois si elle accepte que le cannabis soit en libre circulation sur les campus des cégeps et universitaires. Le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de justice, Simon Jolin-Barrette, somme le gouvernement libéral à cesser de tergiverser avec une question aussi sérieuse pour nos jeunes.

À la CAQ, c’est clair : le cannabis n’est pas le bienvenu sur les campus. Comme l’ont si bien expliqué les psychiatres québécois jeudi, la marijuana est la source de nombreux dommages dans les écoles, en plus d’être un déclencheur de maladies mentales précoces chez les plus jeunes. Que la ministre responsable de l’Enseignement supérieur, dont la mission première est d’encourager et d’assurer la réussite scolaire des Québécois, ouvre la porte à une drogue forte dans les cégeps et universités, en toute légalité, est hautement préoccupant, a indiqué Simon Jolin-Barrette.

La CAQ présentera prochainement son propre cadre réglementaire afin de protéger les familles québécoises des effets pervers de la marijuana.

Citations :

« On ne peut pas se permettre d’être flou dans des questions aussi sérieuses et primordiales pour l’avenir de notre jeunesse. Permettre le cannabis dans les cégeps et les universités pourrait avoir des répercussions monstres sur leur développement mental, mais également sur leur performance scolaire. Pendant ce temps-là, la ministre Hélène David joue sur les mots, refuse de se prononcer clairement et laisse planer un doute dangereux. J’invite le gouvernement libéral à faire part, dès aujourd’hui, de ses intentions et de dire clairement aux Québécois où il se loge sur cette question »

– Simon Jolin-Barrette
député de Borduas, porte-parole de la CAQ en matière de justice