Actualité

Politique d’affirmation du Québec : Philippe Couillard lance un « Faut qu’on se parle » constitutionnel


En bref, selon la CAQ :

  • Il n’y a rien de véritablement nouveau dans le document dévoilé par Philippe Couillard et Jean-Marc Fournier
  • Il s’agit de 194 pages d’évidences et de principes déjà connus, mais la timidité de la démarche libérale est plutôt décevante
  • La CAQ propose des mesures beaucoup plus fortes et une démarche beaucoup plus efficace pour que le Québec fasse des gains à l’intérieur du Canada


Politique d’affirmation du Québec : Philippe Couillard lance un « Faut qu’on se parle » constitutionnel

Le document constitutionnel et la déclaration d’affirmation présentés par le premier ministre Philippe Couillard ne sont qu’une suite de principes déjà connus, des évidences théoriques, un recyclage du lexique constitutionnel, a indiqué le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’affaires intergouvernementales canadiennes, Simon Jolin-Barrette.

Le député de Borduas s’est dit déçu de la timidité et du manque d’ambition de la démarche proposée par Philippe Couillard et Jean-Marc Fournier.

De son côté, la CAQ a présenté en novembre 2015 un projet nationaliste pragmatique, doté de véritables mesures pour obtenir rapidement des changements positifs pour le Québec, notamment par des ententes administratives, des modifications constitutionnelles bilatérales et des lois de l’Assemblée nationale.

Citations :

« Il n’y a rien de nouveau dans le document du Parti libéral. Rien pour écrire à sa mère ! Il s’agit de 194 pages d’affirmation de principes déjà connus et établis. En fait, le gouvernement libéral recycle le lexique constitutionnel et en a fait un recueil. C’est un genre de “Faut qu’on se parle” constitutionnel »

 

« Notre démarche, à la CAQ, est très différente. Nous souhaitons des gains concrets et réels, à court terme, pour défendre les intérêts du Québec. On pourrait très bien, par exemple, négocier une entente pour une déclaration d’impôt unique ou encore obtenir tous les pouvoirs en matière d’immigration. Le gouvernement Couillard se contente d’une tournée pédagogique. Ce n’est pas de cette façon-là qu’on va faire mûrir le fruit et accroître les pouvoirs du Québec à l’intérieur du Canada »

 

– Simon Jolin-Barrette
député de Borduas, porte-parole de la CAQ en matière d’affaires intergouvernementales canadiennes