Loto-Québec doit être relevée de sa mission de prévention du jeu excessif, dit la CAQ

 

 24 octobre 2016

Les révélations des dernières semaines quant à l’exploitation et la répartition des appareils de loterie vidéo au Québec sont trop troublantes pour ne pas réagir et maintenir le statu quo, estime la Coalition Avenir Québec, qui souhaite que la prévention du jeu pathologique ne relève plus de la gouverne de Loto-Québec.

Dans le cadre d’une interpellation à l’Assemblée nationale, le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de finances publiques, François Bonnardel, a proposé de ressusciter la Fondation Mise sur toi. Selon lui, le gouvernement Couillard doit :

–          retirer de la responsabilité de Loto-Québec sa mission de sensibilisation et de prévention du jeu excessif auprès des Québécois, pour les confier à Mise sur toi;

–          restituer entièrement le financement de la Fondation Mise sur toi.

« Si c’est bon pour Éduc’alcool et la Société des alcools du Québec, pourquoi ne serait-ce pas bon pour Loto-Québec et Mise sur toi? Loto-Québec qui s’autoréglemente, c’est un problème majeur, une contradiction totale. La société d’État, qui mise sur la dépendance des joueurs pour remplir ses coffres, ne peut pas avoir le mandat de lutter contre le jeu excessif, c’est tout simplement illogique. C’est comme si “Rambo” Gauthier était responsable de contrer l’intimidation sur les chantiers de construction! Il est temps pour Mise sur toi de retrouver toute son indépendance et son pouvoir d’agir, afin de prendre des décisions éclairées et développer des comportements responsables auprès des plus vulnérables de notre société face aux jeux de hasard et d’argent. Y a-t-il vraiment quelqu’un qui croit sincèrement que c’est Loto-Québec qui mettra les solutions en place pour éradiquer ce cancer de société? », s’est interrogé François Bonnardel, précisant que déjà en 2010, le Groupe de travail instauré par Québec recommandait que la prévention du jeu soit confiée à un organisme entièrement indépendant et autonome de Loto-Québec.

Le député de Granby a rappelé que la CAQ veut réduire le nombre d’appareils de loterie vidéo à 10 000 sur le territoire québécois, en plus de véritablement assurer le respect de la limite de 5 machines par établissement. Au cours des dernières semaines, des enquêtes journalistiques ont démontré que dans certains quartiers défavorisés, c’est loin d’être le cas. L’octroi de licences à des personnes en lien avec le crime organisé est aussi problématique, a souligné M. Bonnardel. Pour mettre de l’ordre dans ce dossier et puisque le jeu pathologique est d’abord et avant tout un problème de dépendance, la CAQ souhaite que Mise sur toi relève entièrement de la ministre Lucie Charlebois, déléguée à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie.

« L’objectif premier de Loto-Québec, c’est de faire le plus d’argent possible… peu importe l’endroit ou le passé des titulaires des licences. Si la soif de revenus de Loto-Québec fait qu’elle n’écoute même plus les policiers concernant l’octroi de licences, pourquoi écouterait-elle Mise sur toi? Le jeu pathologique est un problème sérieux qui, en plus de coûter cher en termes de santé publique, brise des familles. Il est temps de cesser d’exploiter la misère humaine par l’entremise de ces machines. Ramenons Mise sur toi et mettons toutes les choses de notre côté », a souhaité François Bonnardel.

858 chirurgies d’un jour toujours en attente depuis plus de six mois

 

 24 octobre 2016

Plus de sept mois après l’annonce officielle du ministre de la Santé d’un projet pilote avec trois cliniques de chirurgies, seulement une clinique opère des patients et comme par hasard, elle se situe dans la circonscription de La Pinière, détenue par Gaétan Barrette, a révélé récemment mon collègue, François Paradis.

Pourtant, le ministre Barrette avait annoncé un projet pilote avec non pas une, mais bien trois cliniques de chirurgie, situées à Laval, Montréal et Brossard, dont le but est de réduire les listes d’attente et d’évaluer les coûts d’un nouveau modèle de financement.

Dans la région de Lanaudière, 858 patients attendent une chirurgie d’un jour depuis plus de 6 mois, ce qui ne respecte pas les cibles du ministère de la Santé.

Ce projet pilote a sa raison d’être, puisqu’il ne vise pas simplement à réduire les listes d’attente pour certaines chirurgies, mais aussi à comparer leurs coûts entre les établissements. Le ministre peut se défendre en disant que le projet en est à ses débuts mais, après sept mois, c’est le fondement même du projet pilote qui est retardé. Il y a des médecins qui veulent participer au projet et il y a des patients qui attendent désespérément une chirurgie. Il faut que le projet pilote commence pour les cinq régions visées.

À titre informatif :

attente_chirurgie