Un ultime hommage pour René Angélil

Un ultime hommage pour René Angélil

Le décès de René Angélil, une figure importante, une figure aimée de notre paysage culturel, a beaucoup ému les Québécois.

Nous avons pu le constater lors de la chapelle ardente qui s’est tenue le 21 janvier dernier à la Basilique Notre-Dame. De nombreux Québécois se sont déplacés pour lui rendre un dernier hommage. Son épouse, Madame Céline Dion, a comme toujours fait preuve de dignité et d’une grande générosité.

René Angélil a écrit avec Céline Dion ce qui se présente comme un des chapitres les plus exceptionnels de notre histoire culturelle. René Angélil était un visionnaire. On se rappelle la réaction lorsqu’il a prédit, au début, que Céline serait une chanteuse internationale. Plusieurs étaient sceptiques. Mais il a eu de l’ambition, il a vu grand et il a gagné! Quel entrepreneur! Quel modèle pour moi et pour les jeunes!

Mais René Angelil était aussi un mari, un père, un philanthrope. Un Québécois généreux, qui proclamait la fierté de ses origines partout dans le monde dès qu’il en avait l’occasion. Un Québécois qui faisait rayonner notre culture au-delà des frontières.

Tout le monde qui l’a connu peut en témoigner : il abordait les grands de ce monde comme le public avec la même simplicité, la même franchise. Il pouvait négocier durement avec les grands casinos de Las Vegas, et ne pas hésiter à redonner une partie de ce qu’il avait reçu à la Fondation de l’Hôpital Ste-Justine.

Il se montrait aussi disponible pour aider les artistes québécois en début de carrière. Cet entrepreneur qui pouvait se montrer dur en affaires avait un cœur en or. C’est ce qui le rendait si attachant. René Angélil n’était pas seulement admiré. Il était surtout aimé des Québécois.

En mon nom et en celui de ma formation politique, je tiens à transmettre nos plus sincères condoléances à la famille et aux proches, et, par cette motion de l’Assemblée nationale, à rendre à René Angélil un ultime hommage.