« Il faut que chacun prenne conscience du danger. »

 

 8 avril 2021

Compte tenu de la situation alarmante dans les régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches et de l’Outaouais, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé aujourd’hui le prolongement des mesures spéciales d’urgence jusqu’au 18 avril prochain inclusivement, soit pour une semaine supplémentaire. « Dans ces trois régions, le virus est présent partout, dans tous les milieux, et il touche toutes les générations. Il y a probablement des gens qui ont le virus dans votre quartier. Il faut absolument réduire les contacts pour protéger votre famille et pour protéger nos hôpitaux », a déclaré le premier ministre. 

Les mesures spéciales d’urgence sont ainsi prolongées dans la Communauté métropolitaine de Québec, la ville de Gatineau ainsi que dans les MRC des Collines-de-l’Outaouais, de Beauce-Sartigan, de Bellechasse, des Etchemins, de La Nouvelle-Beauce et de Robert-Cliche.

Ces mesures exceptionnelles devaient être en vigueur jusqu’au 12 avril. Toutefois, devant la croissance marquée du nombre de nouveaux cas et des éclosions au cours des derniers jours, combinée à une tendance à la hausse des hospitalisations, il n’est pas envisageable, à ce stade-ci, de lever les mesures en vigueur et de risquer que la situation s’aggrave encore davantage.

Devancement du couvre-feu à Montréal et à Laval

De plus, à partir du dimanche 11 avril, jusqu’à nouvel ordre, le couvre-feu sera devancé à 20 h sur le territoire des régions de Montréal et de Laval. Le couvre-feu est présentement en vigueur entre 21 h 30 et 5 h. Cette décision a été prise en fonction des dernières données afin de limiter les contacts dans ces deux régions sanitaires. « Malgré le travail remarquable de la Santé publique de Montréal et de Laval, on s’attend à une accélération de la contagion. Parce que ces régions sont densément peuplées, avec la présence des variants, le risque est plus élevé, il faut agir de manière préventive », a expliqué le premier ministre.

Déplacements en zones jaune et verte interdits

Rappelons enfin qu’il est interdit à une personne dont la résidence principale se situe dans les régions de paliers d’alerte rouge et orange de se trouver dans une zone jaune ou verte. Ces mesures visent à limiter la propagation de la COVID-19 dans les régions ou territoires où la situation est actuellement sous contrôle.

« Il faut que chacun prenne conscience du danger. Le virus rôde partout. Le variant est plus contagieux, plus dangereux. Je vous demande de réduire vos contacts. En fin de semaine, restez avec votre bulle familiale. C’est la seule façon d’arrêter cette troisième vague. »

François Legault, premier ministre du Québec

« Nous avions espoir que la situation s’améliore, mais force est de constater qu’avec les variants, le portrait épidémiologique peut évoluer très rapidement, et c’est ce qui est en train de se produire dans certaines régions. Nous arrivons à un moment charnière de notre opération de vaccination, notamment avec l’ouverture à de nouveaux groupes prioritaires, mais le virus continue de circuler. Tout le monde doit suivre les consignes pour en finir avec la pandémie. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux 

Faits saillants :

L’objectif des mesures spéciales d’urgence est de ralentir la transmission, de façon ciblée, dans un ou des secteurs où une augmentation importante des cas est observée, et de prévenir les hospitalisations et les décès. Ces mesures sont prévues pour une certaine période, mais peuvent être prolongées si aucune amélioration notable n’est observée ou si la situation continue de se dégrader.

Parmi ces mesures, mentionnons notamment :

·      le couvre-feu en vigueur entre 20 h et 5 h ;

·      l’apprentissage en ligne pour les élèves du primaire et du secondaire (fermeture des écoles) ;

·      la fermeture des cinémas, des salles de spectacle et des musées ;

·      la fermeture des restaurants (sauf pour livraison et comptoir pour emporter) ;

·      la fermeture des commerces non essentiels ;

·      l’interdiction pour les commerces de vendre des produits non essentiels ;

·      la limite de 25 personnes dans les lieux de culte ;

·      les activités extérieures de sport ou de loisirs permises uniquement avec les personnes résidant à la même adresse ou par un groupe de 8 personnes avec distanciation. Le port du couvre-visage est obligatoire pour les groupes de 3 personnes et plus qui ne résident pas à la même adresse, sauf si les personnes demeurent assises en respectant la distanciation. Une personne peut s’ajouter au groupe pour offrir un encadrement.

·      les piscines extérieures des établissements hôteliers demeurent fermées, ainsi que les spas ;

·      les activités intérieures de sports ou de loisirs sont interdites dans tous les lieux publics intérieurs, y compris les salles d’entraînement.

Rappelons également que, comme annoncé le 6 avril dernier, plusieurs ajustements aux paliers rouge et orange entrent en vigueur aujourd’hui.

Lien connexe :

Pour en savoir plus sur le coronavirus et l’ensemble des mesures mises en place : Québec.ca/coronavirus.

Resserrement des mesures en vigueur

 

 6 avril 2021

 Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé aujourd’hui un resserrement des consignes sanitaires en vigueur pour les paliers d’alerte rouge et orange, dans le contexte d’une progression rapide des variants au Québec. Par ailleurs, la Santé publique mènera désormais des interventions plus rapides pour fermer les lieux de transmission du virus ainsi que ceux où les règles sanitaires ne seraient pas respectées.

« On a donné la consigne aux directeurs de santé publique de chaque région de fermer rapidement les endroits où les règles n’étaient pas respectées. Il faut que les responsables des commerces et des entreprises comprennent que le variant est très dangereux. Si vous ne faites pas respecter les règles, vous risquez de vous faire fermer », a averti le premier ministre.

Parmi les principales mesures, notons en zone rouge le retour de l’alternance en 3e, 4e et 5e secondaire à compter du 12 avril et la mise sur pause des activités parascolaires. « C’est un compromis qui permet de réduire les risques, sans trop affecter la réussite scolaire et la vie des adolescents », a tenu à expliquer le premier ministre. Également, les activités sportives intérieures seront limitées aux sports individuels, en duo ou en « bulle familiale », et seuls les piscines, les patinoires et les lieux pour jouer au tennis et au badminton pourront demeurer ouverts.

L’expérience vécue dans certaines régions démontre à quel point la situation épidémiologique demeure fragile au Québec, particulièrement en présence de variants plus contagieux. Les cas et les éclosions sont en hausse, et les projections pour les prochaines semaines sont préoccupantes. La révision des mesures vise ainsi à contrôler davantage la propagation du virus.

Les nouveaux ajustements entreront en vigueur dès le jeudi 8 avril, à 00 h 01. 

Resserrement des mesures aux paliers rouge et orange

Les principaux changements au palier rouge sont :

·       Maximum de 25 personnes dans les lieux de culte ;

·       Cinémas et salles de spectacle :

o   Règle visant à assurer une distance de 2 mètres entre les personnes qui ne résident pas à la même adresse ;

·       Sports et loisirs :

o   Lors d’activités extérieures en groupe (maximum de 8 personnes), port du masque ou du couvre-visage obligatoire lorsque les personnes ne résident pas ensemble, sauf si elles sont assises à 2 mètres de distance ;

·       Lieux publics intérieurs fermés pour la pratique de loisirs et de sports :

o   Sauf les piscines, les patinoires et les lieux pour jouer au tennis et au badminton ;

§  Dans ces lieux, la pratique est permise seul, à deux ou entre occupants d’une même résidence privée. Des cours individuels ou aux occupants d’une même résidence privée peuvent être offerts ;

o   Le port d’un masque ou d’un couvre-visage est obligatoire dans les arénas ;

o   Les gyms sont fermés ;

·       Zones intérieures des spas fermées (sauf bassins d’eau et soins personnels) ;

·       Interdiction de se déplacer vers une région au palier jaune ;

·       Milieu scolaire :

o   Retour de l’école en alternance une journée sur deux pour les élèves de 3e, 4e, et 5e secondaire (à compter du 12 avril) ;

o   Pas d’activités parascolaires ;

o   Enseignement à distance seulement aux niveaux collégial et universitaire (à compter du 12 avril, sauf pour activités qui doivent absolument se tenir en présence).

Les principaux changements au palier orange sont :

·       Maximum de 100 personnes dans les lieux de culte (sauf pour funérailles et mariages, dont les cérémonies sont limitées à 25 personnes) ;

·       Dans les restaurants, en plus des mesures déjà en vigueur, ajout de l’interdiction de changer de table pour la durée de la présence dans l’établissement ;

·       Cinémas et salles de spectacle :

o   Règle visant à assurer une distance de 2 mètres entre les personnes qui ne résident pas à la même adresse ;

·       Sports et loisirs :

o   Lors d’activités extérieures en groupe (maximum de 12 personnes), port du masque ou du couvre-visage obligatoire lorsque les personnes ne résident pas ensemble, sauf si elles sont assises à 2 mètres de distance ;

o   Lors d’activités intérieures, seule la pratique individuelle, à deux ou entre les occupants d’une même résidence est permise. Les cours individuels ou aux occupants d’une même résidence privée peuvent être offerts ;

o   Registre et port du masque obligatoire, en tout temps, dans les salles d’entraînement (gyms).

·       Interdiction de se déplacer vers une région au palier jaune ;

·       Milieu scolaire :

o   Port du masque d’intervention obligatoire en classe à compter du 12 avril pour tous les niveaux (primaire et secondaire) ;

o   Activités parascolaires en groupes-classes seulement.

« Je vous demande de faire encore un effort et de ne pas recevoir de visites dans les maisons. Je sais qu’on a hâte de voir sa famille et ses amis. Profitez du beau temps, voyez-vous à l’extérieur et gardez vos distances. Le variant s’attaque à tout le monde, incluant les plus jeunes. Soyez prudents. »

François Legault, premier ministre du Québec

« Avec la progression des nouveaux variants, nous devons nous adapter afin de nous donner toutes les chances de ralentir la progression de la troisième vague. Les mesures en place jusqu’à maintenant ont prouvé leur efficacité, mais le paradigme a changé : les personnes atteintes sont plus jeunes et le virus se répand encore plus facilement dans plusieurs milieux. Il faut se rappeler que ce sont des mesures temporaires et que le rythme de vaccination continue de s’accélérer afin de protéger la population. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux 

Faits saillants :

  • En marge de ces mesures supplémentaires, des interventions rapides et ciblées seront faites envers les personnes et les entreprises qui ne respectent pas les mesures sanitaires.
  • En cas de non-respect des consignes sanitaires, les directions régionales de santé publique pourront procéder à la fermeture immédiate d’un lieu pour une durée minimale de sept jours, en vue de protéger la population. En cas de transmission, le milieu n’ayant pas respecté les consignes sera fermé pour une période de 21 jours afin que l’enquête épidémiologique soit réalisée et que l’isolement des personnes concernées soit assuré.

·       Notons que ces ajustements aux paliers sont distincts des mesures spéciales d’urgence annoncées la semaine dernière. Si une augmentation importante des cas est constatée dans un ou des secteurs précis, des mesures spéciales d’urgence seront mises en place, pour une période de 10 à 14 jours, afin de ralentir la transmission de façon ciblée.

  • Ajoutons qu’en ce début de troisième vague, le profil des personnes hospitalisées a changé significativement. Les patients sont plus jeunes et la proportion des cas hospitalisés qui passent aux soins intensifs est en hausse.

Lien connexe :

Pour en savoir plus sur le coronavirus et l’ensemble des mesures mises en place : Québec.ca/coronavirus.

« Cinq régions sont sous haute surveillance »

 

 30 mars 2021

 Le premier ministre du Québec, François Legault, a rappelé aujourd’hui que, dans le contexte d’une hausse du nombre de cas de COVID-19 et de la circulation accrue des variants au Québec, une vigilance accentuée et un respect rigoureux des consignes sont plus que jamais essentiels.

« Il faut se rappeler que les visites dans les maisons sont toujours interdites. C’est l’adhésion à cette mesure qui nous inquiète le plus. Et avec la longue fin de semaine de Pâques qui s’en vient, c’est encore plus inquiétant. Ce n’est pas le temps d’organiser des fêtes familiales ou des fêtes d’amis ! », a déclaré avec insistance le premier ministre, annonçant du même souffle que le ministère de la Sécurité publique s’assurera d’une présence policière accrue pendant la fin de semaine à venir.

Cinq régions sous haute surveillance

Le premier ministre a également tenu à lancer un avertissement à la population de cinq régions qui se retrouvent actuellement sous haute surveillance : Outaouais, Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches, Saguenay–Lac-Saint-Jean et Bas-Saint-Laurent.

« Les prochains jours vont être critiques. On suit la situation de très près, en particulier la situation dans les hôpitaux. Pour l’instant, on pense que le plus important, c’est de respecter les mesures qui sont déjà en place », a réitéré le premier ministre. Les autorités de la Santé publique suivent la situation de près. Si elle continue de se dégrader dans l’une ou l’autre des régions indiquées, le resserrement de certaines mesures pourrait se révéler nécessaire.

« Ce qui est risqué, ce n’est pas le vaccin, c’est de ne pas se faire vacciner. La troisième vague est là. Si on veut éviter qu’elle soit trop grosse et trop longue, si on veut éviter d’engorger nos hôpitaux, il faut s’abstenir de se rassembler dans les maisons. Je vous demande de ne pas tenir de rencontres familiales pour Pâques. Je comprends qu’on a hâte de se voir. Mais on doit le faire plus tard. Le vaccin est notre passeport pour la liberté. Mais on a besoin de temps pour vacciner tout le monde. Ce n’est pas le temps de lâcher. Je vous en supplie : pas de visites dans les maisons et, dès que vous pouvez, faites-vous vacciner ! »

François Legault, premier ministre du Québec

« Avec les variants qui se répandent de plus en plus, ce n’est vraiment pas le moment de relâcher nos efforts, alors qu’on est si près du but. Dans certaines régions, la hausse du nombre de nouveaux cas démontre sans équivoque que les mesures en place ne sont pas respectées. Avec les variants, le virus se transmet plus facilement. Nous avons besoin de tous pour contrôler la propagation, le plus longtemps possible, en attendant qu’une part importante de la population soit vaccinée. Nous avons fait plusieurs gains au cours des derniers mois. Personne ne veut revenir en arrière. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux 

Lien connexe :

Pour en savoir plus sur le coronavirus et les mesures mises en place : Québec.ca/coronavirus

Dépôt du budget 2021-2022

 

 26 mars 2021

Un peu plus d’un an après le début de la pandémie et au moment où la progression rapide de la campagne de vaccination laisse entrevoir une sortie de crise, le ministre des Finances, M. Eric Girard, a présenté aujourd’hui le Plan budgétaire du Québec – Mars 2021, qui prévoit des mesures totalisant près de 15,0 milliards de dollars d’ici cinq ans, dont 5,2 milliards dès cette année, pour :

  • renforcer notre système de santé;
  • appuyer la réussite scolaire et les jeunes;
  • accélérer la croissance et la transition vers la nouvelle économie du Québec;
  • soutenir les Québécois.

Renforcer notre système de santé
Le gouvernement a déployé des efforts importants pour soutenir le réseau de la santé durant les deux premières vagues de la pandémie, et il continue de le faire dans le budget 2021-2022 en annonçant des investissements de plus de 10,3 milliards de dollars d’ici cinq ans, dont 2,9 milliards de dollars dès cette année, afin de prolonger les mesures annoncées depuis mars 2020 pour gérer la crise sanitaire et de rehausser les soins et services en santé pour les Québécois.

Appuyer la réussite scolaire et les jeunes
Les jeunes Québécois ont été particulièrement touchés par la pandémie et ses effets. Plusieurs aspects importants de leur vie ont été affectés, et c’est pourquoi, dans le budget 2021-2022, le gouvernement les met au cœur de ses priorités en annonçant des initiatives totalisant 1,5 milliard de dollars d’ici cinq ans afin que chacun d’entre eux soit en mesure de développer son plein potentiel.

Le gouvernement souhaite accompagner les jeunes à partir de leur entrée à l’école jusqu’à leur intégration au marché du travail. Les initiatives annoncées aujourd’hui visent notamment à :

  • soutenir la réussite scolaire;
  • appuyer la persévérance et la diplomation en enseignement supérieur;
  • faciliter l’insertion professionnelle et sociale;
  • promouvoir la pratique du sport et du loisir.

Accélérer la croissance économique et la transition vers la nouvelle économie du Québec
Le gouvernement maintient ses objectifs en matière de création de richesse et d’accroissement du potentiel économique du Québec. En plus d’investissements majeurs en éducation et en enseignement supérieur, le budget 2021-2022 propose des initiatives totalisant 4,0 milliards de dollars d’ici cinq ans pour stimuler l’investissement des entreprises et améliorer la productivité dans toutes les régions afin d’accélérer la croissance et la transition vers la nouvelle économie du Québec.

Augmenter et accélérer les investissements en infrastructures
La relance de l’économie passe notamment par des investissements dans nos infrastructures publiques. À cet égard, le gouvernement augmente de 4,5 milliards de dollars les investissements du Plan québécois des infrastructures (PQI) 2021-2031, les faisant passer de 130,5 milliards de dollars à 135,0 milliards de dollars. Près de 60 % des investissements de ce plan sont prévus au cours des cinq prochaines années, afin d’accélérer la reprise économique.

Assurer l’intégrité et l’équité du régime fiscal
Le gouvernement poursuit ses actions visant à assurer l’intégrité et l’équité du régime fiscal. Il agira notamment afin de s’assurer que la TVQ est perçue à l’égard des biens en provenance de l’étranger par l’entremise d’entrepôts de distribution. Des revenus additionnels de 1,8 milliard de dollars sont ainsi prévus d’ici cinq ans.

L’économie du Québec retrouvera rapidement sa vitesse de croisière
L’économie a été considérablement ralentie en 2020, mais les perspectives pour 2021 et 2022 laissent entrevoir une reprise économique vigoureuse. Ainsi, après un recul sans précédent en 2020, le PIB réel devrait progresser respectivement de 4,2 % en 2021 et de 4,0 % en 2022.

La reprise de l’économie s’appuiera notamment sur la consommation des ménages et l’investissement résidentiel, sur l’investissement des entreprises et sur les plans de relance mis en œuvre par les gouvernements. Bien que la reprise soit déjà amorcée sur le marché du travail, le retour au plein emploi est prévu à la fin de 2022.

Un déficit structurel à résorber d’ici sept ans
La résilience de l’économie du Québec face à la crise et l’ampleur des mesures de soutien mises en œuvre par le gouvernement ont permis de limiter la détérioration des finances publiques et d’amorcer la relance. Pour 2020-2021, le déficit budgétaire est stable par rapport à la situation prévue en novembre 2020 et atteint 15,0 milliards de dollars avant utilisation de la réserve de stabilisation. Il diminuera à 12,3 milliards de dollars pour 2021-2022 et à 8,5 milliards de dollars pour 2022-2023.

Le gouvernement s’engage à ne mettre en œuvre aucune mesure de résorption du déficit budgétaire tant que le Québec n’aura pas retrouvé son niveau d’emploi d’avant pandémie, soit dans deux ans. Ainsi, le retour à l’équilibre budgétaire est maintenant prévu en 2027-2028. Le plan de retour à l’équilibre budgétaire s’appuiera sur l’engagement gouvernemental à ne pas alourdir le fardeau fiscal, sur une croissance des dépenses arrimée à celle des revenus, sur l’accélération de la croissance économique et sur une contribution fédérale accrue pour les dépenses de santé.

De plus, le gouvernement s’engage à maintenir les versements au Fonds des générations.

La dette demeure sous contrôle
La pandémie de la COVID-19 a mis un frein à la baisse du poids de la dette. Au 31 mars 2021, le ratio de la dette nette au PIB sera de 45,0 %, ce qui demeure inférieur à ce qu’il était au 31 mars 2017, soit 47,9 %. Il est prévu que le poids de la dette se stabilise au cours des prochaines années, pour redescendre à partir de 2024-2025 avec le retour graduel à l’équilibre budgétaire.

« Depuis un peu plus d’un an, le gouvernement a mobilisé des ressources considérables pour gérer la crise sanitaire et pour soutenir la population et les entreprises. Nous poursuivons nos efforts dans ce budget, qui propose plusieurs mesures qui ramèneront le Québec sur la trajectoire de la croissance qui le caractérisait jusqu’au début de 2020.

Nous allons rétablir l’équilibre budgétaire en sept ans, maintenir les versements au Fonds des générations, soutenir le système de santé et tout mettre en œuvre pour accroître le potentiel économique du Québec afin de sortir de cette crise encore plus forts. »

Eric Girard, ministre des Finances du Québec

Liens connexes :

150 000 foyers branchés à l’Internet haute vitesse

 

 25 mars 2021

Le gouvernement du Canada, le gouvernement du Québec ainsi que les fournisseurs de services Internet (FSI) Vidéotron, Cogeco, Bell, Xplornet, Sogetel et TELUS donnent ensemble le coup d’envoi à la vaste « Opération haute vitesse Canada-Québec », afin de brancher près de 150 000 foyers à l’Internet haute vitesse d’ici septembre 2022. Cette opération est rendue possible grâce à un investissement, à parts égales, de 826,3 millions de dollars des gouvernements du Canada et du Québec.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et le premier ministre du Québec, François Legault, en ont fait l’annonce aujourd’hui, en compagnie du ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne, ainsi que de l’adjoint parlementaire du premier ministre du Québec pour le volet Internet haute vitesse, Gilles Bélanger.

Dans le contexte de la pandémie mondiale de la COVID-19, alors que l’accès à un service Internet de qualité est devenu encore plus essentiel, il est impératif d’accélérer au maximum le déploiement de ce service et, pour ce faire, de sortir du cadre usuel. Le travail en collaboration avec les FSI, l’ajout d’une date butoir assortie de pénalités aux nouveaux contrats et la couverture de 100 % des foyers situés dans la région où se déploie le projet sont des éléments qui garantissent que l’opération se réalisera rapidement.

« Au cours de la dernière année, beaucoup de gens ont travaillé de la maison, suivi des cours à partir de leur table de cuisine, magasiné en ligne et accédé aux services du gouvernement à distance. Il est donc plus important que jamais que tous aient accès à l’Internet haute vitesse. Nous travaillons en étroite collaboration avec le gouvernement du Québec afin de bâtir des communautés fortes et un avenir plus résilient pour tous. »

Le très hon. Justin Trudeau, premier ministre du Canada

« Aujourd’hui, nous annonçons une entente sans précédent dans le dossier de l’Internet haute vitesse. Nous amorçons une grande accélération du branchement partout au Québec. C’est un pas de géant pour remplir notre engagement à brancher tous les Québécois d’ici l’automne 2022. Avec la pandémie, on a vu que l’Internet haute vitesse est un service essentiel ; pour faire l’école à distance, pour faire du télétravail et aussi pour rester connectés avec nos proches. C’est absolument essentiel quand on veut lancer et développer une entreprise. C’est un levier économique crucial pour le développement de toutes nos régions. »

François Legault, premier ministre du Québec

« Les gens des régions rurales du Québec ont absolument besoin d’une connectivité fiable. La crise de la COVID-19 a révélé à quel point il est important de pouvoir accéder à des services numériques à large bande. En investissant dans ces projets dans le cadre du programme Brancher pour innover et du Fonds pour la large bande universelle, nous pourrons aider à combler le fossé numérique, à stimuler la croissance économique et à créer des emplois. »

L’hon. François-Philippe Champagne, ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie

« Avec notre annonce d’aujourd’hui, le Québec devient vraiment le premier de classe, au Canada, en ce qui a trait au branchement de sa population à Internet haute vitesse. Pour en arriver là, nous avons dû changer nos façons de faire afin d’accélérer les choses. Je remercie nos partenaires qui ont aidé à concrétiser cette annonce. Nous avons été en mesure de surmonter des défis pour en arriver à une entente sans précédent. Ça prouve que nous sommes capables de nous battre contre l’inertie quand nous nous y mettons tous ensemble. Un accès à des services Internet fiables et performants est essentiel pour assurer la vitalité de nos régions. »

Gilles Bélanger, adjoint parlementaire du premier ministre du Québec (volet Internet haute vitesse)

« Nous saluons la volonté politique des gouvernements afin d’accélérer l’accès à Internet haute vitesse pour des milliers de Québécoises et de Québécois actuellement mal desservis dans leur région. Vidéotron, l’entreprise de télécommunications la plus admirée des Québécois depuis 15 ans, est prête à relever ce défi de taille. Nous comptons poursuivre notre engagement d’offrir une technologie et des produits de grande qualité, avec notre plateforme Helix, le meilleur service client et des prix concurrentiels. Le succès de ce plan ambitieux est tributaire de la collaboration de toutes les parties prenantes, et vous pouvez compter sur le savoir-faire et la volonté de Vidéotron pour y parvenir. »

Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction, Québecor

« Notre savoir-faire en matière de déploiement de l’Internet haute vitesse et notre engagement continu à servir les régions, conjugués à la décision des gouvernements d’accélérer les investissements dans la connectivité, contribueront à combler le fossé numérique qui existe entre les grandes villes et les régions. La connectivité est indispensable pour assurer l’inclusion numérique dans notre société et représente un puissant moteur du développement économique et social de nos communautés. Nous saluons la vision des gouvernements et la collaboration entre les paliers de gouvernement qui feront de ce grand projet stratégique un succès pour le Québec. Et nous sommes très fiers d’y contribuer. » 

Philippe Jetté, président et chef de la direction, Cogeco inc. et Cogeco Communications inc.

« Chez Bell, bâtir les meilleurs réseaux est au cœur de notre stratégie et nous sommes fiers de mettre à profit notre leadership afin de connecter le Québec. Que ce soit comme bâtisseur de réseaux ou comme propriétaire d’infrastructure, Bell est prête à contribuer à cet important chantier et déterminée à transformer la façon dont les Québécois communiquent entre eux et avec le reste du monde. La réussite de ce projet historique dépendra de la collaboration et de l’exécution rigoureuse de toutes les parties impliquées et Bell a mis en place les processus nécessaires pour que tous travaillent ensemble à sa réalisation. »

Karine Moses, présidente, direction du Québec, Bell

« En tant que précurseur dans le déploiement de l’Internet en région rurale, Xplornet est fier de soutenir le gouvernement du Québec dans sa détermination à connecter tous les Québécois à l’Internet haute vitesse d’ici 2022. C’est un moment historique pour le développement économique de nos régions et Xplornet répond présent pour brancher plus de 23 000 familles. »

Charles Beaudet, Xplornet Communications Inc. Vice-président Québec

« Nous sommes fiers de redoubler d’efforts pour brancher les Québécois le plus rapidement possible. Depuis 12 ans, Sogetel déploie massivement de la fibre optique dans les territoires mal desservis. Ce projet s’inscrit donc dans la vocation de notre entreprise, qui dessert les collectivités rurales depuis sa fondation, en 1892. Notre équipe est prête à relever le défi ! »

Richard Biron, vice-président développement d’entreprise, Sogetel

« Les 6 000 membres de l’équipe TELUS de la province souhaitent souligner la contribution active des gouvernements du Québec et du Canada à déployer les services haute vitesse. Au cours des 20 dernières années, nous avons investi près de 30 milliards de dollars dans nos infrastructures et opérations au Québec, dont 300 millions pour le déploiement de la fibre optique en région, permettant déjà à 99 pour cent des foyers des territoires que nous desservons d’avoir accès à Internet haute vitesse. Ces investissements conjoints nous permettront d’accélérer le déploiement de notre réseau PureFibre pour rejoindre la presque totalité des familles et entreprises. Plus que jamais, la connectivité est cruciale pour la reprise économique, pour améliorer l’accès aux soins de santé virtuels et pour connecter les Québécois aux ressources numériques essentielles. »

François Gratton, vice-président à la direction de TELUS et chef de la direction de TELUS Santé, TELUS Agriculture et TELUS Québec

Faits saillants

  • L’«Opération haute vitesse Canada-Québec » permettra au Québec d’afficher le plus haut taux de connectivité au Canada avec un score de 99 %.
  • Le branchement des 150 000 foyers annoncé aujourd’hui s’ajoute à celui des quelque 66 000 foyers déjà couverts par d’autres programmes des gouvernements du Canada et du Québec.
  • Le gouvernement du Canada a alloué des milliards de dollars à l’infrastructure Internet des régions rurales et éloignées, ce qui comprend une somme de 1,75 milliard de dollars au titre du Fonds pour la large bande universelle. Cette somme aidera à faire croître les entreprises, à créer des emplois et à s’assurer que 98 % des Canadiens auront un accès à Internet haute vitesse d’ici 2026, l’objectif étant d’atteindre l’ensemble de la population d’ici 2030.
  • À ce jour, le gouvernement du Québec a investi, à lui seul, plus d’un milliard de dollars afin d’accélérer le branchement à Internet haute vitesse pour tous les Québécois d’ici l’automne 2022.
  • Pour atteindre l’objectif de connectivité optimale sur l’ensemble du territoire en 2022, 36 000 foyers demeurent à desservir. Ces foyers sont situés dans des emplacements particulièrement difficiles d’accès et dans des régions très peu densément peuplées. Des solutions technologiques sont actuellement à l’étude et la stratégie retenue pour rejoindre ces foyers d’ici 2022 sera annoncée ultérieurement.

Liens connexes

Les élèves du secondaire de retour en classe à temps plein

 

 24 mars 2021

Lors de sa mise au point sur la situation de la pandémie au Québec, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé aujourd’hui que les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire en zone rouge reviendront en classe à temps plein dès le 29 mars. Rappelons que cet assouplissement est également en vigueur depuis le 22 mars dans les régions se trouvant au palier orange. Ainsi, ce sont tous les élèves du secondaire qui, dès lundi prochain, seront désormais en classe à temps plein. « C’est une excellente nouvelle qui me fait vraiment plaisir ! C’est important pour les jeunes d’être à l’école », s’est réjoui le premier ministre. 

Le Québec résiste à la troisième vague

La situation épidémiologique demeure stable au Québec, ce qui constitue une bonne nouvelle dans le contexte où la montée des variants se confirme à de nombreux endroits ailleurs dans le monde. « Le Québec résiste. Les mesures et le suivi des mesures ont fonctionné, mais la guerre n’est pas finie. On a encore quelques semaines difficiles devant nous. Il faut continuer d’être prudents pendant qu’on accélère la vaccination », a déclaré le premier ministre. M. Legault a annoncé par la même occasion que l’on devrait atteindre aujourd’hui le cap du million de Québécois vaccinés.

Un important appel à la vigilance a également été lancé. La situation dans les régions de l’Outaouais, du Saguenay–Lac-Saint-Jean et du Bas-Saint-Laurent est particulièrement suivie de près, alors que le nombre quotidien de cas est en hausse depuis quelques jours. Le respect des consignes sanitaires et des mesures en vigueur est essentiel afin de contenir la propagation, notamment dans le contexte de l’augmentation du nombre de cas liés aux variants.

Salles à manger des RPA rouvertes en zone rouge

Dès maintenant, dans toutes les résidences privées pour aînés (RPA), où 75 % des résidents ont été vaccinés depuis trois semaines, les salles à manger pourront rouvrir. Plus précisément, les RPA situées dans des régions au palier d’alerte maximale (rouge) et dont les résidents ont été vaccinés depuis plus de 21 jours seront autorisées à rouvrir leur salle à manger. Les exploitants devront s’assurer que toutes les mesures indiquées soient en place. Les mesures de prévention et de contrôle des infections (PCI) devront être rigoureusement appliquées tant à l’intérieur de la salle à manger qu’aux abords de celle-ci.

Le premier ministre vacciné vendredi

Puisque l’opération vaccination à Montréal s’adresse désormais aux 60 ans et plus, le premier ministre a annoncé qu’il sera vacciné ce vendredi, 26 mars. « Je vais donc enfin pouvoir montrer l’exemple. Et je suis prêt à recevoir n’importe lequel des vaccins que l’on va me donner ! », a-t-il annoncé avec enthousiasme.

« Personne ne veut revenir en arrière. Personne ne veut reconfiner. Pour les gens en Outaouais et au Saguenay–Lac-Saint-Jean, il faut reconnaître que le nombre de cas a beaucoup augmenté. Les citoyens de ces régions-là doivent réduire leurs contacts. On a besoin de votre collaboration. Je demande à tous les Québécois un dernier effort. J’ai besoin de vous pour continuer de résister à la troisième vague. On est bien partis. Je compte sur vous pour le dernier droit. »

François Legault, premier ministre du Québec

« Malgré les assouplissements des dernières semaines et le printemps qui s’amorce, il faut continuer de respecter les consignes et les mesures en place si on veut éviter une troisième vague. La vaccination s’accélère, et c’est une excellente nouvelle, mais on observe également une accélération de la propagation des variants. La situation demeurera précaire pour quelques semaines encore. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux 

Lien connexe :

Pour en savoir plus sur le coronavirus et les mesures mises en place : Québec.ca/coronavirus

Investissement majeur à Lion Électrique

 

 15 mars 2021

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et le premier ministre du Québec, François Legault, ont annoncé lundi un investissement de près de 100 millions de dollars, à parts égales, à Lion Électrique, pour l’établissement d’une usine d’assemblage de blocs-batteries hautement automatisée à Saint-Jérôme, dans les Laurentides. Ce projet, évalué à près de 185 millions de dollars, créera 135 emplois lorsque la construction de l’usine sera terminée, en 2023. Il est aussi prévu que 150 emplois supplémentaires soient créés à plus long terme.

Pour l’annonce, MM. Trudeau et Legault étaient accompagnés du ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne, du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, et de Marc Bédard, le président fondateur de Lion Électrique.

Les blocs-batteries assemblés à la nouvelle usine seront destinés aux véhicules de Lion Électrique. Cet investissement stratégique lui permettra d’améliorer sa structure de coûts et de mieux contrôler le design et la forme de ses batteries, ce qui la rendra plus compétitive sur le marché des véhicules lourds électriques. À terme, l’entreprise pourrait ainsi augmenter le volume de sa production de véhicules. Lion Électrique sera le premier constructeur canadien de véhicules moyens et lourds à se doter d’installations de fabrication de blocs-batteries automatisés, à la fine pointe de la technologie.

L’entreprise établira aussi un centre d’innovation axé sur la recherche et le développement au sein de son usine de fabrication, ce qui lui permettra de mettre à l’essai et de perfectionner des produits en vue d’utilisations futures, comme des batteries pour des véhicules d’urgence tels que des ambulances. L’entreprise y testera des innovations issues de la recherche et du développement, notamment la capacité d’entreposage d’énergie et le rendement des batteries. Les résultats rendront ces produits plus compétitifs sur le marché nord-américain.

« Avec l’annonce d’aujourd’hui, nous continuons de prendre des mesures pour soutenir nos entreprises canadiennes, investir dans l’innovation et protéger l’environnement. C’est grâce à des entreprises comme Lion Électrique que nous accélérons notre transition vers une économie résiliente, compétitive et axée sur la croissance propre. »

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

« Avec Lion, et plusieurs autres entreprises, le Québec est en train de se bâtir une expertise en transport électrique. C’est une preuve de plus qu’on a le savoir-faire pour produire des batteries. Notre gouvernement est prêt à investir pour positionner le Québec du bon côté de l’histoire en économie. Nous sommes prêts à prendre des risques pour que nos entreprises deviennent des champions dans des secteurs porteurs. Nous sommes en train de bâtir une nouvelle économie encore plus performante; une nouvelle économie où le Québec sera un leader. L’économie d’un Québec plus vert, plus prospère et surtout, plus fier. »

François Legault, premier ministre du Québec

« Synonyme d’innovation et d’audace entrepreneuriale, Lion est un acteur essentiel dans le cheminement du Canada vers un avenir axé sur la croissance verte et durable. Les investissements comme celui d’aujourd’hui favorisent non seulement la création de bons emplois et notre prospérité à long terme, mais positionnent aussi le Canada comme chef de file en matière de transports électriques. L’électrification des transports est un levier majeur pour atteindre à la fois nos objectifs économiques et climatiques. C’est pourquoi nous sommes fiers d’appuyer et d’accompagner Lion dans cette importante étape de sa croissance. »

François-Philippe Champagne, ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie

« Avec sa nouvelle usine d’assemblage de batteries, Lion prend le virage de l’automatisation et mise sur l’innovation pour être encore plus compétitif à l’international. Ce projet représente une étape majeure dans le développement de notre filière québécoise des batteries. Avec nos minéraux critiques, notre recherche de calibre mondial, nos technologies prometteuses et surtout, notre électricité propre et renouvelable, le Québec a tout ce qu’il faut pour devenir un leader du virage électrique mondial. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec

« Lion est un joueur important de l’écosystème québécois et canadien en électrification des transports. Cette usine permettra à Lion d’intégrer un élément fondamental de la chaîne d’approvisionnement de nos véhicules électriques. Grâce aux prêts des gouvernements fédéral et provincial, nous pourrons désormais fabriquer au Canada ce que nous importions auparavant. Lion, le Québec et le Canada y gagneront, tant sur le plan économique qu’environnemental, au grand bénéfice des générations à venir. »

Marc Bédard, président fondateur de Lion électrique

Faits saillants

  • Lion Électrique est une entreprise québécoise qui conçoit et fabrique des autobus scolaires et des camions électriques à 100 %. Elle emploie présentement plus de 465 personnes à son usine de Saint-Jérôme, dans les Laurentides, au Québec.
  • Au terme du projet annoncé aujourd’hui, la compagnie produira 2 500 véhicules par année.
  • L’investissement de près de 50 millions de dollars du gouvernement du Canada provient du Fonds stratégique pour l’innovation, alors que celui de 50 millions de dollars du gouvernement du Québec, accordé par l’entremise d’Investissement Québec, est issu du Fonds du développement économique.
  • Le projet de l’entreprise répond à deux axes de la Stratégie québécoise du développement de la filière batterie du gouvernement du Québec, soit de fabriquer des composants de batterie et de produire des véhicules commerciaux électriques au Québec.
  • Le projet favorisera l’adoption de véhicules électriques commerciaux, au Canada et au Québec, ce qui réduira les émissions de gaz à effet de serre.

Liens connexes

Fonds stratégique pour l’innovation
Stratégie québécoise du développement de la filière batterie

La ministre Isabelle Charest annonce le retour du sport organisé

 

 12 mars 2021

Le gouvernement du Québec confirme aujourd’hui une reprise progressive des activités de loisir et de sport pour toutes les régions du Québec à compter du 26 mars. La ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Mme Isabelle Charest, en a fait l’annonce aujourd’hui. L’ensemble de la population pourra désormais participer à des activités organisées en respectant les directives de la Direction générale de la santé publique propres au palier d’alerte de sa région. « Ce qui me réjouit dans l’annonce d’aujourd’hui, c’est de pouvoir annoncer aux enfants et à nos jeunes qu’ils vont pouvoir retrouver leurs coéquipiers à partir du 26 mars », a déclaré la ministre déléguée.

En zone rouge

En zone rouge, l’ensemble des installations intérieures seront ouvertes, dont les centres de conditionnement physique. Les entraînements pratiqués seul, en dyade ou entre occupants d’une même résidence privée seront permis à compter du 26 mars.

Les personnes résidant en zone rouge pourront également poursuivre la pratique d’une activité sportive ou de loisir extérieure avec un groupe d’un maximum de huit personnes ou entre occupants d’une même résidence privée, comme actuellement. Dans les centres d’entraînement, la tenue d’un registre d’entraînement sera obligatoire.

Les activités parascolaires seront permises en groupe-classe stable dès le 15 mars.

En zone orange

En zone orange, la limite du nombre de personnes pouvant participer à une même activité sportive extérieure est augmentée à douze.

Également, un maximum de huit personnes pourra désormais participer à une activité organisée à l’intérieur. Rappelons qu’en zone orange, les salles d’entraînement et les autres plateaux sportifs intérieurs sont ouverts. Dès le 26 mars, il sera possible de fréquenter ces installations en groupe de huit personnes dans le contexte d’un cours ou d’une activité encadrée. Il est à souligner que la distanciation physique de deux mètres devra être respectée en tout temps, peu importe le type d’activité et la région dans laquelle elle est pratiquée.

Dès le 15 mars, les activités parascolaires de même que les sorties scolaires seront permises en groupe-classe stable. Un allègement supplémentaire entrera en vigueur le 26 mars alors que les élèves de groupes-classes stables différents pourront participer à des activités parascolaires intraécole, sans contact. Les règles s’appliquant pour les activités parascolaires seront les mêmes que pour les autres activités, soit un maximum de douze élèves pour les activités extérieures et de huit élèves pour les activités pratiquées à l’intérieur. Encore une fois, une distanciation physique de deux mètres devra être respectée en tout temps.

Encadrement et respect des mesures sanitaires

Il est à noter que la pratique de toute activité de loisir et de sport de groupe à l’intérieur doit être obligatoirement encadrée par une personne responsable du respect des mesures sanitaires en vigueur. Si l’activité est organisée par une association ou un club, les mesures appliquées doivent respecter le protocole de reprise des activités de la fédération ou de l’organisme concerné.

Pour le moment, aucun match interéquipes ou interécoles ni compétition ne sont permis. De plus, les activités, qu’elles soient extérieures ou intérieures, doivent se dérouler sans spectateurs. Enfin, l’ensemble des activités devront se dérouler sans contact physique.

Formations et clientèle vulnérable

Par ailleurs, que ce soit en zone rouge ou en zone orange, les formations d’intervenants responsables d’assurer la sécurité des participants, comme les sauveteurs en natation et les patrouilleurs de ski, seront permises. Le déroulement de ces formations doit permettre l’application stricte des mesures de distanciation et l’absence de contacts entre les participants.

Les personnes ayant besoin d’un accompagnement, telles que celles ayant un handicap ou les enfants de moins de 10 ans, peuvent être accompagnées au besoin par une personne habitant à la même adresse pour pratiquer une activité. Si ce n’est pas possible, la personne handicapée qui détient la Carte accompagnement loisir pourra l’utiliser comme preuve du besoin d’accompagnement. Dans ce cas, si la distanciation ne peut être respectée, l’accompagnateur doit porter un équipement de protection.

« Je suis très heureuse de l’étape que nous franchissons aujourd’hui pour la reprise progressive des activités de loisir et de sport. Je suis consciente que plusieurs l’attendaient avec impatience. Les mesures annoncées permettront à l’ensemble des Québécoises et Québécois de renouer avec les sports organisés. Les jeunes pourront pratiquer à nouveau leurs activités favorites et surtout retrouver leurs coéquipiers! Notre gouvernement sait à quel point la pratique régulière de diverses activités physiques, de sport, de loisir et de plein air est importante pour la santé physique et mentale. L’annonce d’aujourd’hui, c’est le résultat d’un travail d’équipe avec les partenaires du sport et du loisir et j’ai confiance que les sportives et sportifs seront exemplaires dans le respect des règles sanitaires. Cela nous permettra de cheminer vers un retour à la normale dans les prochains mois. D’ici là, jouons en équipe et bougeons de façon sécuritaire. »

Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine

« Le sport et les loisirs permettent aux jeunes de s’intéresser encore davantage à l’école. Nous entrons dans la dernière ligne droite avant la fin de l’année scolaire et c’est d’autant plus important que les élèves puissent bouger et socialiser pour réussir. C’est une source de motivation importante pour plusieurs élèves. J’espère que cette annonce viendra mettre un baume sur cette année qui a été difficile pour plusieurs. Il ne faut surtout pas lâcher. »

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation

« Notre gouvernement a récemment mis en place, avec l’accord de la Direction générale de la santé publique, des mesures pour que la communauté étudiante retourne sur les campus. Je suis convaincue que la reprise graduelle des activités sportives donnera une nouvelle bouffée d’air aux étudiantes et étudiants qui, rappelons-le, ont fait preuve d’un dévouement et d’une détermination de fer depuis le début de la pandémie. Il faut tenir bon; le retour vers la vie normale se fait tranquillement mais sûrement. »

Danielle McCann, ministre de l’Enseignement supérieur

Faits saillants :

En toutes circonstances, une personne responsable, par exemple un entraîneur, peut s’ajouter à un groupe et tous pourront accéder aux installations permettant de se préparer à l’activité dans le respect strict des règles sanitaires en vigueur.
En zone orange et en zone rouge, seuls les vestiaires utilisés dans le cadre des activités aquatiques seront accessibles.
La pratique de loisirs et de sports dans un contexte collégial et universitaire devra se dérouler dans le respect des directives propres au palier d’alerte de la région dans lequel l’établissement d’enseignement supérieur est situé.

Liens connexes :

Le Québec rend hommage aux victimes de la COVID-19

 

 11 mars 2021

C’est aujourd’hui que s’est tenue au Québec la Journée de commémoration nationale en mémoire des victimes de la COVID-19, un an jour pour jour après que l’Organisation mondiale de la Santé ait annoncé que l’épidémie de coronavirus était devenue une pandémie mondiale.

Pour souligner la mémoire des victimes et en témoignage de solidarité envers leurs familles, une cérémonie s’est déroulée sur le parvis de l’hôtel du Parlement en présence de familles endeuillées et de représentants des services prioritaires.

Ont également pris part à cette commémoration : le premier ministre du Québec, François Legault, le lieutenant-gouverneur du Québec, J. Michel Doyon, le président de l’Assemblée nationale, François Paradis, la cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade, les deux co-porte-parole de la deuxième opposition, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, la sous-ministre de la Santé et des Services sociaux, Dominique Savoie, le directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, et l’ancien sous-ministre de la Santé et des Services sociaux, Yvan Gendron.

Plusieurs gestes symboliques ont été posés à l’occasion de cette journée de commémoration nationale.

Mise en berne nationale et dépôt d’une motion à l’Assemblée nationale

La journée s’est amorcée avec une mise en berne du drapeau du Québec de la tour centrale de l’hôtel du Parlement, des édifices publics du gouvernement du Québec, des municipalités ainsi que des représentations du Québec à l’étranger et des bureaux du Québec au Canada pour souligner la cérémonie de commémoration nationale.

Le premier ministre du Québec a ensuite déposé une motion au Salon bleu, conjointement avec les chefs de l’opposition et les députées et députés indépendants. Celle-ci a été adoptée à l’unanimité. Elle se lit comme suit :

« Que l’Assemblée nationale souligne la Journée de commémoration nationale en mémoire des victimes de la COVID-19 ;
Qu’elle rende hommage aux personnes décédées de la Covid-19 et se souvienne de leur précieuse contribution pour le Québec ;
Qu’elle offre ses plus sincères condoléances aux familles et aux proches des personnes disparues ;
Qu’elle offre son soutien à toutes les personnes qui ont souffert et souffrent encore du virus, notamment celles vivant avec des conséquences à long terme sur leur santé ;
Qu’elle salue l’apport inestimable des femmes et des hommes du réseau de la santé qui ont travaillé sans relâche afin de protéger la santé des Québécois ;
Qu’elle salue également les efforts des travailleuses et travailleurs qui ont offert des services essentiels dans des circonstances difficiles ;
Qu’enfin, tous les députés de l’Assemblée nationale observent une minute de silence à 13 h aujourd’hui en mémoire des victimes de la Covid-19. »

Cérémonie commémorative nationale

Garde d’honneur

Une haie d’honneur, composée d’agents de la Sûreté du Québec et de constables spéciaux de l’Assemblée nationale du Québec, a été formée pour les dignitaires et membres de la société invités. La garde a également retiré son couvre-chef lors de la minute de silence nationale, dans un geste de profond respect, de recueillement et de reconnaissance.

Moment de recueillement

Des représentants des familles endeuillées, du réseau de la santé et des services prioritaires se sont recueillis près d’un mémorial temporaire, en y déposant une rose blanche, symbole de sincérité des sentiments exprimés en hommage aux victimes de la COVID-19 et d’unité du peuple québécois.

Prestations musicales

Deux prestations musicales préenregistrées ont été diffusées sur le parvis de l’hôtel du Parlement. Une prestation musicale classique de Clair de lune, de Claude Debussy, ainsi qu’un arrangement musical de Les gens de mon pays, de Gilles Vigneault, ont été interprétés par l’Orchestre symphonique de Montréal. Les Petits Chanteurs de Beauport, « un chœur pour le plaisir du cœur » composé de 27 jeunes choristes de la région de la Capitale-Nationale, ont ensuite interprété À la claire fontaine.

Minute de silence et volée des cloches

Les Québécoises et les Québécois ont été invités à respecter une minute de silence nationale afin d’honorer la mémoire des plus de 10 000 défuntes et défunts de la COVID-19 au Québec dans la dernière année.

L’ensemble des clochers québécois ont également sonné à l’unisson pour donner suite à la minute de silence nationale. Cette volée de cloches, entendue partout au Québec, se veut une touche d’espérance et un signal fort sur la résilience des Québécoises et des Québécois.

Notons que plusieurs municipalités ont été invitées à s’inscrire dans la dynamique de la cérémonie de commémoration nationale et poser des gestes sur leur territoire respectif.

Soirée de prières religieuses

Partenaire de la Journée de commémoration nationale, la Table interreligieuse de concertation organisera une soirée de prière regroupant les différentes grandes confessions religieuses au Québec. L’événement aura lieu en ligne, à partir de 20 heures, aujourd’hui le 11 mars 2021. Cette activité sera ouverte à toutes et à tous.

La rose blanche comme emblème

Les organisations ainsi que les citoyennes et citoyens sont invités à s’approprier cette journée solennelle en affichant les symboles de la commémoration, qui peuvent être téléchargés à Québec.ca/11 mars.

« Il y a un an, le monde entier retenait son souffle. Personne ne savait pas quelle ampleur aurait cette pandémie. Dès que les Québécois ont pris conscience de la gravité de la situation, ils ont agi de façon admirable. La nation québécoise a été absolument admirable. Parmi cette nation, il y a celles et ceux qui ont soigné nos malades, qui se sont conduits comme des héros. Les travailleurs de la santé ont toute la reconnaissance de la nation québécoise. Toutes les femmes et tous les hommes qui ont œuvré dans les services prioritaires, qui ont accompagné les Québécois, méritent aussi notre reconnaissance. Malheureusement, le virus a frappé les plus vulnérables, en particulier nos aînés, qui ont bâti le Québec. On a perdu des mères, des pères, des grands-mères, des grands-pères, des frères, des sœurs, des amis. Aujourd’hui, le Québec se souvient. Cette journée est consacrée aux personnes qui nous ont quittés trop tôt, et à leurs proches, leur famille, leurs amis. »

François Legault, premier ministre du Québec

« En mars 2020, nous étions loin de nous imaginer que cette mise sur pause durerait encore, un an plus tard, et qu’elle serait si lourde de conséquences. Nous avons un devoir de mémoire pour les Québécois décédés de la COVID-19, ils sont plus de 10 500. Ce nombre peut sembler abstrait, mais il ne l’est pas. Au contraire : 10 500 morts, 10 500 vécus, 10 500 histoires et des dizaines de milliers de deuils. Aux familles et aux proches, nous comprenons et partageons votre douleur. Parce que cette pandémie continue de nous dérober des pans de vies qui ne seront d’aucune façon retrouvés. Aujourd’hui, le Québec se recueille. »

Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle

« Aujourd’hui, nous honorons la mémoire des victimes de la COVID-19, décédées dans des circonstances très difficiles, en l’absence de leurs proches. Nous offrons nos condoléances aux milliers de familles plongées dans le deuil depuis un an. Les aînés du Québec ont particulièrement souffert de la maladie : nous leur devons de ne pas oublier ni leurs sacrifices, ni leur contribution immense à la nation québécoise. Au milieu de la pire crise de santé publique de notre histoire, les membres du personnel soignant se sont battus jusqu’au bout pour les victimes et ont risqué leur vie pour en sauver des milliers d’autres. Commémorer cette bataille inachevée, c’est soutenir les femmes et les hommes qui sont encore au front. Un an plus tard, nous sommes toujours solidaires. »

Manon Massé, cheffe de la deuxième opposition

« Toutes nos pensées vont aux gens qui ont souffert et à leur famille. Ce sont 10 500 morts qu’on aurait voulu éviter. Nous devons à ces victimes et à leur entourage de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour prévenir de telles souffrances à l’avenir. »

Paul St-Pierre Plamondon, chef du Parti québécois

Pour revoir la cérémonie, rendez-vous sur les sites Internet des grands réseaux de télévision ou sur la page Facebook du premier ministre du Québec.

Le premier ministre fait le point sur la pandémie de COVID-19

 

 9 mars 2021

Alors que le triste anniversaire de l’état d’urgence sanitaire approche, le premier ministre du Québec, François Legault, est revenu sur certains événements marquants de la dernière année ainsi que sur le travail colossal accompli par le gouvernement et par l’ensemble des Québécois pour contrôler la propagation du virus et bientôt le vaincre.

Le premier ministre a notamment exprimé un sentiment de fierté en se remémorant la réaction initiale de la population du Québec à la suite de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire. Il a souligné l’impressionnante solidarité du peuple québécois et l’appui très fort aux travailleurs essentiels du réseau de la santé et d’ailleurs.

« Quand on a eu besoin d’eux, les Québécois ont répondu à l’appel. On a ouvert le site Jecontribue. Et j’ai demandé aux Québécois de venir nous aider. On a eu 21 000 personnes qui sont venues aider dans les CHSLD. Quelle solidarité! Les Québécois ont été vraiment formidables et je vais m’en souvenir toute ma vie », s’est remémoré le premier ministre. M. Legault a aussi tenu à rappeler que la discipline des Québécoises et des Québécois a contribué à un aplatissement rapide de la courbe de contagion.

Le premier ministre a souligné que le Québec a été l’un des endroits où les citoyens ont le plus suivi les consignes sanitaires. Voilà qui démontre la très grande solidarité du peuple québécois, en particulier envers nos aînés. « Les Québécois, même les plus jeunes, ont suivi les consignes pour sauver leurs parents, leurs grands-parents. Tout le monde s’est rassemblé dans un esprit d’unité nationale. J’en suis tellement fier », a félicité François Legault.

Les victimes ne seront pas oubliées

Le premier ministre a rappelé qu’une cérémonie à la mémoire de celles et ceux qui ont perdu la vie et en hommage aux travailleuses et aux travailleurs de la santé aura lieu ce jeudi 11 mars, en plus d’un deuil national en solidarité avec les proches des défunts. Une minute de silence en mémoire des victimes de la COVID sera observée à 13 h, partout au Québec.

« Ensemble, on va faire un deuil national », a assuré M. Legault.

Un dernier effort à fournir avant l’été

Le premier ministre a de nouveau reconnu l’ampleur des sacrifices réalisés par les Québécoises et Québécois durant la pandémie, particulièrement en ce qui concerne l’impossibilité de pratiquer certaines activités sportives. À cet effet, un plan de réouverture des sports sera annoncé vendredi par la ministre Isabelle Charest.

Alors que le niveau de transmission continue à être élevé et que le variant britannique est de plus en plus présent au Québec, M. Legault a réitéré l’importance de se protéger et de respecter les consignes de santé publique. Toutefois, la vaccination va bon train et le rythme auquel la population accède au vaccin augmente constamment. Il faut donc continuer d’être prudents pendant quelques semaines avant de pouvoir profiter des beaux jours.

En terminant, le premier ministre a encouragé les gens de 75 ans et plus de partout au Québec à aller s’inscrire sur la plateforme d’inscription sur Québec.ca. Les personnes de 70 ans et plus qui résident à Montréal et Laval sont invitées à s’inscrire dès maintenant.

« On doit, au cours des prochaines semaines, continuer de faire très attention. Le niveau de transmission continue d’être encore très élevé. Le variant britannique est de plus en plus présent. C’est important aussi, dès qu’on a des symptômes, comme ceux de la grippe, d’aller se faire tester. Faites-le pour vous, mais faites-le aussi pour vos proches. On a commencé à vacciner nos aînés et on est prêts à augmenter la cadence. Ça fait un an qu’on résiste, on est capables de continuer quelques semaines. »

François Legault, premier ministre du Québec

Liens connexes :

Pour en savoir davantage sur le système d’alertes régionales et d’intervention graduelle : msss.gouv.qc.ca/presse.

Pour en savoir plus sur le coronavirus et les mesures mises en place : Québec.ca/coronavirus.