Un deuxième mandat fort pour François Legault et son équipe

 

 3 octobre 2022

À la suite de l’annonce de la victoire de la Coalition Avenir Québec, François Legault, premier ministre du Québec et chef de la CAQ, a livré un discours rassembleur devant plusieurs centaines de militants. Il a réitéré son désir d’être le premier ministre de tous les Québécois ainsi que sa grande fierté d’être à la tête du parti ayant fait élire le plus grand nombre de femmes de l’histoire du Québec. Il en a profité pour remercier les électeurs de lui offrir un deuxième mandat majoritaire au cours duquel il souhaite mettre l’accent sur l’éducation, la lutte contre l’inflation, l’économie verte, la santé et la protection de la langue française. Voici sa déclaration intégrale (la version prononcée fait foi) :

« Ce soir, les Québécois nous ont envoyé un message fort. Ce soir, les Québécois nous ont dit : Continuons!

La victoire de ce soir est historique. Ce soir, on a fait élire le plus grand nombre de femmes de toute l’histoire du Québec!

On a maintenant beaucoup de travail devant nous. La priorité des priorités, ça doit rester l’Éducation. Moi, le petit gars de Sainte-Anne-de-Bellevue devenu premier ministre. Tout ce que j’ai, je le dois à mes parents et à l’Éducation. On doit permettre à chaque enfant d’aller au bout de son potentiel. On va continuer de valoriser la profession d’enseignant. On va continuer d’aider les enfants qui ont des difficultés. On va continuer de rénover nos écoles. On va continuer de construire des infrastructures sportives pour nos jeunes. On va continuer parce que l’avenir, c’est nos enfants!

Maintenant, à court terme, l’enjeu le plus pressant pour les Québécois, c’est la situation économique. L’inflation fait monter le coût de la vie. Les taux d’intérêt augmentent. Il y a des Québécois qui ont de la misère à arriver. Alors, oui, on va vous envoyer de l’aide dès le mois de décembre. On va tenir parole! 

À moyen terme, on doit continuer de créer de la richesse au Québec. Créer de la richesse, ce n’est pas une fin en soi. Mais on a besoin de la richesse pour mieux aider notre monde. On a besoin de la richesse pour avoir les moyens de nos ambitions. Et moi, j’ai de grandes ambitions pour le Québec.

Et on a une opportunité exceptionnelle de transformer notre économie pour faire du Québec un leader mondial de l’économie verte. On a une opportunité exceptionnelle de s’enrichir, tout en réduisant nos GES. Parce qu’on a le devoir de réduire nos GES. On a le devoir de contribuer à l’effort planétaire pour lutter contre les changements climatiques. On doit ça à nos enfants!

Et pour réussir cet immense projet économique ET écologique, on va avoir besoin de tous les bras, on va avoir besoin de tous les cerveaux. J’entends le message des jeunes. Je veux travailler avec toutes les générations pour réussir ce projet. Ce projet va marquer notre histoire!

Je souhaite aussi que cet immense projet contribue à rapprocher la nation québécoise et les nations autochtones. Continuons sur la voie de la vérité et de la réconciliation. On a besoin les uns des autres.

L’autre grande priorité, c’est notre réseau de la Santé. Avec les deux années de pandémie qu’on vient de vivre, les personnes qui nous soignent ont besoin, plus que jamais, de notre appui. On a besoin d’un réseau plus humain, mais aussi d’un réseau plus efficace. C’est le plus grand défi de gestion au Québec. Et on a la chance d’avoir le bon capitaine. Un capitaine qui a accepté d’y consacrer les prochaines années de sa vie. Merci Christian Dubé!

Le message qu’on a eu ce soir, c’est « Continuons ». Mais une élection, ça divise. Pourtant, je pense qu’il y a beaucoup plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous divisent.

Les Québécois forment un grand peuple. Et quand je dis que les Québécois forment un grand peuple, je parle de tous les Québécois, de toutes les régions, de tous les âges, de toutes les origines. Je vais être le premier ministre de tous les Québécois.

When I say that Quebecers form a great nation, I mean all Quebecers, from all regions, of all ages, of all origins. I’m going to be the Premier of all Quebecers.

Il y a une chose que je veux mettre au clair ce soir. Au Québec, tous les partis, tous les chefs sont en faveur de l’immigration. Contrairement à ce qu’on voit ailleurs, ici, il n’y a pas de parti qui rejette les nouveaux arrivants. Ici, tous les partis considèrent que l’immigration, c’est une richesse. Et l’intégration à notre belle nation, c’est un cadeau mutuel qu’on se fait.

Le plus grand devoir d’un premier ministre du Québec, c’est de s’assurer que la langue française garde toute sa place, toute sa vigueur. Le plus grand devoir d’un premier ministre du Québec, c’est de protéger notre langue. On ne doit pas seulement arrêter le déclin du français, on doit promouvoir la place du français au Québec! Et qu’on le veuille ou non, l’avenir du français, ça passe beaucoup par notre capacité d’intégrer en français ceux et celles qui ont choisi récemment de bâtir leur avenir au Québec.

Dans les prochains mois, on va se parler de façon respectueuse, comme on est capable de le faire au Québec. Et on va arriver avec une vision pour rassembler tous les Québécois derrière notre langue commune.

En terminant, je veux féliciter les gagnants de ce soir, de tous les partis. Je veux aussi remercier toutes celles et tous ceux qui se sont présentés. Vous avez servi la démocratie.

J’ai parlé un peu plus tôt à Dominique, à Gabriel, à Paul et à Éric. Je les ai félicités pour leur campagne. Ils ont été coriaces et éloquents. Je leur ai dit que je voulais les rencontrer individuellement pour qu’on discute de ce qu’on peut faire ensemble pour les Québécois. Bien sûr, on va continuer d’avoir des désaccords. C’est normal. Mais je veux qu’on travaille sur ce qui nous unit.

Je veux remercier aussi tous les bénévoles et tous les travailleurs de tous les partis. Un merci spécial à toute mon équipe de candidats, de bénévoles, de travailleurs de la CAQ. Cette victoire, c’est beaucoup votre victoire!

Finalement, je veux dire merci aux Québécois qui nous ont accordé leur confiance. Un merci tout spécial aux électeurs de l’Assomption qui m’ont réélu.

J’aime le Québec. J’aime les Québécois. Vous me faites un grand honneur en me choisissant, une deuxième fois, pour être votre premier ministre. C’est une grande responsabilité. Je vais l’assumer avec tout mon cœur. Merci!

Bonne soirée, »

  • François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec

François Legault livre sa vision économique pour le Québec

 

 28 septembre 2022

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec, a profité de son passage devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain pour réitérer les priorités économiques de son parti. Il a également souligné l’importance d’investir en éducation et dans les secteurs d’avenir afin de créer un Québec plus vert et plus prospère pour les prochaines générations. Voici la version intégrale de son discours (la version prononcée fait foi) :

« Bonjour tout le monde,

Je suis content d’être à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Je suis un Montréalais. J’ai grandi ici, j’ai fait des affaires ici, j’ai élevé mes enfants ici et je paye mes taxes ici! J’aime Montréal.

On ne le dit pas assez, mais Montréal est une ville extraordinaire. Ville des festivals, des arts, de la culture. La plus grande ville francophone d’Amérique. Et le moteur économique du Québec.

J’ai de grands projets pour Montréal. En particulier pour l’est de Montréal. On a tous ces immenses terrains. On va les décontaminer. On va les développer. Ce sont des terrains sur l’île de Montréal. Quel potentiel extraordinaire! Et on a besoin d’un Montréal fort pour avoir un Québec fort.

Depuis quatre ans, depuis 2018, on s’est donné un bel élan au Québec. Vous le savez, mon obsession, c’est d’éliminer notre écart de richesse avec l’Ontario. De 2008 à 2018, pendant 10 ans, l’écart de richesse Québec-Ontario est resté à 16 %. Depuis quatre ans, on a réussi à réduire cet écart à 13 %. C’est tout un virage! Un virage qui s’explique par une augmentation de notre productivité. Et je ne veux pas qu’on s’arrête là.

Dans le dernier mandat, au cours des quatre dernières années, on a beaucoup investi dans les secteurs d’avenir. Je pense, entre autres, à la filière batterie. On a la chance d’avoir du lithium au Québec. C’est important qu’on exploite ces minéraux-là. Mais c’est important qu’on les transforme ici. C’est une opportunité exceptionnelle de créer des emplois mieux payés. C’est une opportunité pour attirer des grandes entreprises au Québec. On a déjà commencé avec GM et avec BASF.

Il y a aussi l’aluminium vert et l’acier vert. Avec notre hydroélectricité, on est capable de produire des métaux moins polluants.

On a aussi investi dans le secteur de l’aérospatiale. C’est une de nos grandes expertises. C’est une partie importante de nos exportations. Dans le dernier mandat, on a investi avec Pratt & Whitney, Bell Textron, CAE et dans le Airbus A220.

Il y a aussi le secteur de l’intelligence artificielle. On a beaucoup de professeurs et de chercheurs dans ce secteur. On a investi dans les premières zones d’innovation à Bromont et à Sherbrooke, pour créer des pôles d’expertise en science quantique et en technologies intelligentes. Disons qu’on n’est pas exactement resté dans les années 90, contrairement à ce qu’on entend parfois.

Depuis quatre ans, en plus de miser sur des secteurs d’avenir, on s’est donné des leviers pour aider nos entrepreneurs. On a réformé Investissement Québec. Le mandat chez Investissement Québec, c’est de faire exploser les investissements des entreprises.

On a aussi réorienté nos délégations du Québec à l’étranger. Maintenant, leur mission première, c’est d’aider nos entreprises à exporter.

Mais le grand enjeu des prochaines années, ce sont les changements climatiques. Il faut radicalement diminuer nos émissions de gaz à effet de serre. Mon objectif est que le Québec devienne le premier État carboneutre en Amérique du Nord, avant 2050.

On a tous les outils pour y arriver. Ça passe par une électrification massive de notre économie. Il faut électrifier nos transports, nos industries, nos bâtiments, notre agriculture. Sauf que pour tout électrifier, ça va nous prendre du jus. En ce moment, Hydro-Québec produit environ 200 térawattheures par année. On estime que, pour atteindre notre objectif de zéro GES, on va avoir besoin de 100 térawattheures de plus. C’est l’équivalent d’ajouter une moitié d’Hydro-Québec. C’est énorme!

Pour créer toute cette électricité, on a trois stratégies. Premièrement, on va miser sur l’efficacité énergétique. C’est la manière la plus rapide et la moins coûteuse de dégager de l’électricité. En plus, c’est bon pour les Québécois : ça fait baisser la facture. Et c’est bon pour nos entreprises, qui vont être plus productives. Deuxièmement, on va produire plus d’énergie éolienne. Le coût a baissé au cours des dernières années et on peut en construire rapidement. Troisièmement, on a besoin d’une électricité qui n’est pas intermittente. Une électricité qu’on peut avoir en réserve pour les périodes de pointe. On ne peut pas y arriver seulement avec de l’efficacité énergétique et avec de l’éolien. C’est pour ça qu’on a demandé à Hydro-Québec de regarder la possibilité de construire de nouveaux barrages. Évidemment, on va faire ça en partenariat avec les nations autochtones. Il ne faut pas oublier que notre contrat avec Churchill Falls se termine en 2041. Je ne veux pas qu’on se retrouve en position de faiblesse pour cette négociation. Et quand on pense que ça prend à peu près 15 ans à négocier et construire un nouveau barrage, il faut donc le faire maintenant.

Notre plan vise à réduire nos GES de 37,5 % d’ici 2030. Avec cet objectif, on serait parmi les meilleurs en Amérique du Nord. Il ne faut pas oublier qu’on est déjà les premiers en Amérique du Nord, quand on regarde les GES par habitant. Sur 50 États américains et 10 provinces canadiennes, le Québec a le plus bas niveau de GES par habitant. On est premier sur 60 États et provinces.

Quand j’entends certaines personnes, on dirait qu’on est 60e sur 60. Et il y en a qui proposent d’aller plus loin que 37,5 % d’ici 2030. Il y en a qui parlent de 45 %. Il y en a même un qui parle de 55 %… Ils ont juste oublié de nous dire où ils vont prendre l’électricité.

Donc, la transition énergétique est une opportunité exceptionnelle pour le Québec. On a tous les atouts pour que le Québec devienne un leader mondial de l’économie verte.

Un autre grand chantier pour l’avenir du Québec, c’est l’économie numérique. On a livré la marchandise pendant le mandat en branchant tous les Québécois à Internet haute vitesse. Durant la campagne, on a annoncé que, si la CAQ est réélue, on va créer le Fonds ID Québec. ID, pour infrastructures et données. Un fonds de 3 milliards. Et on prévoit que ça va amener des investissements privés de 4,8 milliards. Donc, on vise des investissements de 7,8 milliards dans les infrastructures numériques du Québec.

Concrètement, ID Québec va permettre de faire trois choses. Premièrement, on va compléter le réseau cellulaire d’ici 2026. Pour les Québécois qui vivent en région, et pour nos PME, c’est incontournable. Deuxièmement, on va faire passer la majorité du réseau cellulaire à la 5G et au-delà d’ici 2030. Ça va nous permettre d’être compétitifs et ça va permettre d’attirer des investissements étrangers privés au Québec. Troisièmement, on va donner accès à un réseau de fibre optique partout au Québec. Grâce à ça, toutes les régions et toutes les entreprises vont avoir accès aux technologies de pointe. C’est important. Parce qu’avec l’automatisation et l’intelligence artificielle, nos entreprises vont avoir besoin de plus de capacité pour traiter des données. Le Canada a pris un certain retard sur l’Europe dans le numérique. Avec ID Québec, on va être en avant de la parade!

L’autre élément important dans notre vision pour l’économie du Québec, c’est l’achat québécois. On a d’abord revu nos politiques pour que l’État s’approvisionne autant que possible auprès d’entreprises québécoises. On a aussi dévoilé une nouvelle étiquette pour identifier facilement les produits du Québec. Et s’il y a eu une bonne nouvelle pendant la pandémie, c’est que beaucoup de Québécois ont pris l’habitude, par solidarité, d’acheter québécois. C’est bon pour l’économie et c’est bon pour la fierté!

Maintenant, je veux vous dire quelques mots sur la pénurie de main-d’œuvre. Je sais que c’est un enjeu important pour beaucoup d’entreprises.  C’est un problème dans toutes les sociétés industrialisées.

On va vivre, au cours des prochaines années, une transformation importante du marché du travail. Il y a des secteurs comme le commerce de détail qui vont perdre des emplois. Notre défi, c’est d’aider financièrement les personnes touchées à se requalifier dans d’autres secteurs. On a commencé à y travailler.

Je veux vous dire aussi que l’immigration n’est pas une panacée. L’immigration augmente l’offre de travail, mais elle augmente aussi la demande de services en santé, en éducation, en logement. Et il y a un enjeu d’intégration des nouveaux arrivants au français. On voit actuellement un déclin du français.

À Montréal, sur l’île, on a seulement 56 % des travailleurs qui travaillent en français. Le français va toujours être vulnérable en Amérique du Nord. Et, pour moi, c’est important qu’on continue de parler français. Cela dit, on travaille très fort en ce moment pour que la sélection des immigrants et des travailleurs temporaires soit mieux arrimée aux besoins du marché du travail. On veut aussi accueillir beaucoup d’étudiants étrangers qui viennent étudier dans nos cégeps et dans nos universités francophones. On doit aussi mieux cibler les études dans les secteurs où il y a pénurie. Déjà, on a mis des bonus importants pour les étudiants en Éducation, en Santé, en TI et en Ingénierie.

Durant la campagne, on a annoncé que, si la CAQ est réélue, on va faire une réforme majeure de la formation professionnelle. On vise à décerner 30 000 diplômes de plus dans des secteurs stratégiques. On va miser sur la formation à distance et on va créer des programmes courts rémunérés, dans les secteurs clés.

On veut aussi continuer de mettre des incitatifs pour que les travailleurs plus âgés restent ou reviennent au travail. On a annoncé que, si on est réélu, on va rendre optionnelle la cotisation au RRQ pour les travailleurs de 65 ans et plus.

Mais les entreprises, comme partout dans le monde, vont avoir un grand défi : augmenter leur productivité. On veut travailler avec vous, pour relever ce grand défi.

Par ailleurs, à court terme, on a un problème avec l’inflation. L’important c’est d’aider les Québécois. On va remettre un montant ponctuel de 400 à 600 $ en décembre prochain. On va augmenter le crédit d’impôt pour nos aînés jusqu’à 2 000 $. On va baisser les impôts. Et on va limiter les augmentations de tarifs du gouvernement à 3 %. D’ailleurs, je vous annonce que, si la CAQ est réélue, le premier projet de loi qu’on va déposer va porter sur l’inflation. C’est ça qui est le plus pressant. Et c’est ça qu’on va faire en partant dans un second mandat.

Donc, je termine en vous disant que, depuis quatre ans, on a prouvé que la CAQ, c’est LE parti de l’économie. On a une équipe économique solide, avec des gestionnaires d’expérience comme Éric Girard aux Finances, comme Sonia LeBel au Trésor et comme Pierre Fitzgibbon à l’Économie.

Mais on ne pourra pas éliminer notre écart de richesse sans vous. Et on ne pourra pas éliminer notre écart de richesse sans Montréal.

Je suis un entrepreneur, en affaires, mais aussi en politique. J’ai fondé un parti politique, une start-up qui a connu un certain succès.

J’aime les entrepreneurs. J’aime les dirigeants d’entreprises qui sont audacieux. J’ai le goût de travailler avec vous pour bâtir ensemble un Québec plus prospère, un Québec plus vert, un Québec plus fier!

Merci, »

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec

Mettre en valeur la pratique de la chasse et de la pêche au Québec

 

 27 septembre 2022

EN BREF :

  • Réduire de 50 % le prix des permis de pêche sportive et de chasse au petit gibier pour les 65 ans et plus.
  • Soutenir l’aménagement de sentiers pédestres pour un meilleur accès au territoire.
  • Créer la Vitrine Chasse et Pêche Québec.

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec, a profité de sa présence en Gaspésie pour annoncer son intention de financer trois mesures visant à mettre en valeur la pratique de la chasse et de la pêche au Québec si son parti est réélu, un investissement total de 26,8 millions de dollars.

Accompagné de Stéphane Sainte-Croix, candidat dans Gaspé, et de Catherine Blouin, candidate dans Bonaventure, le chef de la CAQ a rappelé l’importance d’appuyer la pratique de la chasse et de la pêche puisqu’elle permet de découvrir et de mieux connaître notre territoire. De plus, cette industrie génère près d’un milliard de dollars en retombées économiques chaque année.

Afin d’inciter davantage d’aînés à aller chasser et pêcher et à profiter des magnifiques lacs et forêts du Québec, François Legault a pris l’engagement de réduire de 50 % le prix des permis de pêche sportive et de chasse au petit gibier pour les 65 ans et plus. Avec le coût de la vie qui augmente, le chef de la CAQ est convaincu que ce rabais sera bienvenu pour les aînés.

Les sommes investies permettront aussi d’aménager des sentiers de chasse et de pêche partout sur le territoire québécois en créant un programme qui soutiendra les municipalités, les MRC et les ZEC. Ces circuits seront indiqués sur une carte interactive pour que les Québécois puissent les repérer facilement.

Finalement, un gouvernement de la CAQ réélu créera la Vitrine Chasse et Pêche Québec. Inspiré de la vitrine touristique Bonjour Québec, ce nouveau site Internet viendra moderniser les outils de promotion et de réservation pour faciliter la vie des chasseurs et des pêcheurs.

CITATION 

« On pense que ces trois mesures vont permettre à plus de Québécois de profiter des plaisirs de la chasse et de la pêche. C’est beau le Québec. Je souhaite que plus de Québécois profitent de nos forêts et nos lacs. Continuons! »

  • François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec

Visite de François Legault aux Îles-de-la-Madeleine

 

 26 septembre 2022

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec, s’est rendu aujourd’hui aux Îles-de-la-Madeleine pour rencontrer les citoyens et constater les dégâts causés par la tempête post-tropicale Fiona. Accompagné de Jonathan Lapierre, candidat dans la circonscription Îles-de-la-Madeleine, il a pu s’entretenir avec plusieurs résidents dont les biens ont été endommagés par la tempête.

Le passage de Fiona a notamment rappelé l’importance de l’adaptation aux changements climatiques, dont la lutte contre l’érosion des berges. Cela concerne particulièrement les Îles-de-la-Madeleine où les côtes reculent bon an mal an de plusieurs centimètres. La Gaspésie, le Bas-Saint-Laurent et la Côte-Nord sont également affectés de façon importante par ce phénomène.

En point de presse, François Legault a annoncé qu’un prochain gouvernement de la CAQ aidera encore davantage les municipalités à lutter contre l’érosion des berges. 100 millions de dollars supplémentaires seront investis à cette fin au cours d’un prochain mandat. Un bureau de projet afin de faire face aux défis particuliers de l’érosion des berges sera également créé.

Rappelons que près d’un milliard de dollars sont déjà réservés dans différents ministères pour l’adaptation aux changements climatiques, dont 70,1 M$ afin de cartographier les zones à risques d’érosion et d’implanter des solutions d’adaptation.

CITATION 

« On avait prévu, même avant la tempête, de faire une annonce qui est très importante pour les Îles. Si la CAQ est réélue, on va investir 100 M de plus pour lutter contre l’érosion des berges. Et si les municipalités ont besoin de plus d’argent, on est ouverts à bonifier encore le budget du programme. On va protéger tout le territoire côtier au Québec de l’érosion des berges. »

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec

-30-

Des gestes importants pour créer de la richesse dans les régions du Québec

 

 23 septembre 2022

À l’occasion du Congrès annuel de la Fédération québécoise des municipalités, François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec, a réitéré l’importance et l’expertise des municipalités dans le développement économique régional et a rappelé les engagements qu’il a pris pour les soutenir.

Il a profité de l’occasion pour annoncer son intention d’investir 120 millions de dollars afin d’appuyer l’industrie forestière et d’assurer la pérennité de nos forêts au cours du prochain mandat, si son gouvernement est réélu. De plus, il s’est engagé à renouveler le Fonds régions et ruralité dans le prochain pacte fiscal. Voici la version intégrale de son discours (la version prononcée fait foi) :

« Bonjour tout le monde,

Je suis content d’être ici aujourd’hui. Content aussi d’avoir travaillé avec vous depuis quatre ans. Dans le quotidien, c’est vous qui connaissez les besoins de vos citoyens.

Depuis quatre ans, je pense qu’on a montré qu’on est capables de travailler ensemble, qu’on vous fait confiance. Depuis quatre ans, dans le pacte fiscal, on a donné plus de moyens que jamais aux municipalités.

On a transféré la croissance d’un point de TVQ. On a mis en place le Fonds régions et ruralité, qui permet aux municipalités de prévoir leurs investissements dans des projets régionaux à long terme. Et aujourd’hui, je prends l’engagement de renouveler le Fonds régions et ruralité dans le prochain pacte fiscal.

On a aussi bonifié le programme de financement de la voirie locale, qui est passé de 224 millions de dollars à 350 millions par année. Dans le dernier mandat, on a investi 1,6 milliard de dollars dans la voirie locale, plus du double du gouvernement précédent. On a commencé le transfert de 5 000 emplois dans les régions, comme vous l’aviez demandé. On a déposé aussi notre Politique nationale d’architecture et d’aménagement.

On a travaillé ça avec vous. On tient de plus en plus compte des particularités de chaque région, avec moins de mur-à-mur. La décentralisation, on y croit.

D’ailleurs, une de mes grandes fiertés, c’est d’avoir eu en 2021 la meilleure reprise économique au Canada. Pourquoi? Parce qu’on vous a demandé de gérer l’aide aux PME dans chaque MRC, en mettant de l’argent dans Accès Entreprise Québec. C’est vous qui connaissez le mieux les PME sur votre territoire.

Maintenant, le plus grand défi des prochaines années, c’est de faire face aux changements climatiques. On a un plan de lutte aux changements climatiques de 7 milliards de dollars. C’est important de comprendre que ces montants vont être utilisés pour les meilleurs projets. Que ce soit des projets du gouvernement, des projets des entreprises ou des projets des municipalités. L’important, c’est de faire le plus de chemin possible avec ce 7 milliards pour réduire nos GES.

On pense qu’avec notre plan, on va réduire nos GES de 37,5 % d’ici 2030. On pense qu’avec l’électricité qu’on peut développer d’ici 2030, c’est le maximum qu’on peut atteindre. Mais il va falloir continuer à développer plus d’énergies renouvelables. On n’aura pas le choix, pour atteindre notre objectif de zéro GES en 2050.

Les experts nous disent qu’on va avoir besoin de l’équivalent d’un demi-Hydro-Québec de plus pour électrifier notre économie. La décarbonation du Québec va aller aussi vite qu’on est capable de produire de l’électricité propre. On va s’y prendre de trois manières. Premièrement, il y a l’efficacité énergétique. Deuxièmement, il y a des projets d’énergie renouvelable comme l’éolien qu’on va continuer d’accélérer. Troisièmement, on va regarder pour bâtir de nouveaux barrages.

Depuis quatre ans, on a lancé autant d’appels d’offres dans le secteur des énergies renouvelables que dans les vingt années précédentes. Et ça va continuer!

On a annoncé aussi que, si la CAQ est réélue, on va investir 150 millions de dollars pour l’accès à la nature dans nos municipalités. On va donner les moyens aux municipalités pour transformer de grands terrains, comme des terrains de golf, en parcs. Pour créer des plages, pour faciliter l’accès aux berges. Et pour bâtir des infrastructures d’accueil comme des pavillons, des quais, des chalets, des vestiaires.

L’autre dossier important quand on parle d’environnement, c’est l’eau. L’eau du Québec, c’est notre or bleu. Il faut en prendre soin. On a annoncé un Fonds bleu de 650 millions de dollars pour le prochain mandat : pour lutter contre les plantes envahissantes dans nos lacs et rivières; pour aider nos agriculteurs à agrandir les bandes riveraines qui protègent nos cours d’eau; pour nettoyer les berges de nos rivières; et aussi, pour accélérer la mise aux normes des fosses septiques des résidences isolées, une demande de longue date de la FQM.

L’autre grand défi, c’est le logement. Pas facile de trouver des travailleurs de la construction. Mais l’argent est disponible. On a investi 2,6 milliards de dollars pour 15 000 logements abordables et sociaux qui sont en train d’être construits. Et si la CAQ est réélue, on s’engage à ajouter 1,8 milliard pour 11 700 logements abordables et sociaux de plus. Ça répond aux prévisions du ministère de l’Habitation et du ministère des Finances.

On veut aussi donner plus de pouvoir aux municipalités pour l’aménagement de leur territoire, incluant les terrains pour les logements. On a modifié la loi pour vous donner un droit de préemption et on s’engage à modifier la loi sur l’expropriation.

Un autre dossier qu’on a réglé et dont je suis très fier, c’est l’accès à internet haute vitesse dans toutes les régions du Québec. C’était une grosse demande de la FQM. Et il y avait beaucoup de sceptiques parce que les gouvernements précédents n’avaient pas livré la marchandise. Nous, on a livré! Et ce n’est pas fini.

On a annoncé le Fonds ID Québec. ID, comme infrastructures et données. On va investir dans le cellulaire et dans la fibre optique, pour que toutes les régions aient accès à des infrastructures numériques à la fine pointe. C’est ça l’économie de demain.

On a aussi annoncé que si on est élus, on va déployer un service de soins héliportés en région. Pour déplacer rapidement les patients qui en ont besoin vers les centres spécialisés.

Il y a quelques jours, on a annoncé qu’on va investir 470 millions de dollars pour aider les petites municipalités à assurer les services de base aux citoyens, comme les épiceries. Et les modalités vont être établies avec la FQM.

On a aussi annoncé qu’on va investir 120 millions de dollars pour maintenir nos églises en bon état.

J’ai aussi annoncé il y a quelques jours, le plus grand chantier de l’histoire du Québec pour construire des infrastructures sportives et récréatives. On va investir 1,5 milliard de dollars. Les municipalités vont pouvoir nous proposer leurs projets. Et on va contribuer à la hauteur de 66 % pour les projets retenus. On va construire et rénover des arénas, des piscines, des terrains de soccer, des gymnases, des parcs de planche à roulettes et toutes sortes d’installations sportives et récréatives.

L’autre secteur qui a beaucoup de potentiel pour réduire les GES, c’est le secteur forestier. Je vous annonce aujourd’hui que, si la CAQ est réélue, on va investir 120 millions de dollars dans le prochain mandat pour appuyer le secteur forestier. On va ajouter 60 millions pour doubler le financement du programme Innovation bois, pour des produits, des technologies et des procédés innovants dans l’industrie forestière. Et 60 millions de plus en sylviculture, pour planter des arbres.

En terminant, je pense que les quatre dernières années ont démontré que la CAQ, c’est le parti des régions. Moi, j’ai le goût de continuer avec vous pour un autre quatre ans. Continuons!

Merci, »

  • François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec

Rénover et construire des infrastructures sportives pour faire bouger les Québécois

 

 20 septembre 2022

EN BREF :

  • Le plus grand chantier de l’histoire du Québec pour rénover et construire des installations sportives.
  • Investir 1,5 milliard de dollars sur 10 ans
  • Le gouvernement financera jusqu’à 66 % des projets à concurrence de 10 millions de dollars par projet.

Accompagné de François Jacques, candidat dans Mégantic et d’Isabelle Charest, candidate dans Brome-Missisquoi et ministre déléguée à l’Éducation, François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec, a annoncé que si son gouvernement est réélu, il lancera le plus grand chantier de l’histoire du Québec pour rénover et construire des arénas, des piscines ou autres installations sportives et récréatives dans toutes les régions.

Un gouvernement de la CAQ investira 1,5 milliard de dollars pour doter les Québécois d’installations sportives modernes qui leur permettront de pratiquer leurs sports et activités récréatives préférées.

Ces projets seront financés jusqu’à 66 % à concurrence de 10 millions de dollars par projet. Les villes et municipalités, les établissements d’enseignements et les OSBL pourront bénéficier de ce nouveau programme.

CITATION 

« Le sport, c’est important pour la santé physique et pour la santé mentale. Avec ce programme, on va augmenter l’accès au sport des jeunes et des moins jeunes dans toutes les régions du Québec. »

  • François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec

Création de Clic École pour simplifier la vie des parents

 

 20 septembre 2022

EN BREF :

  • Création du nouvel outil Clic École.
  • Une interface simple et facile avec toutes les informations qui concernent la vie scolaire de votre enfant.

Orford, 20 septembre 2022 – Le chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec, François Legault, a profité de son passage à Orford pour annoncer la création de Clic École, un nouvel outil pour simplifier la vie des parents, si son parti est reconduit au pouvoir.

En compagnie de Gilles Bélanger, candidat dans Orford, et d’Isabelle Charest, candidate dans Brome-Missisquoi et ministre déléguée à l’Éducation, François Legault a soulevé le défi qu’entraîne la multiplication des outils technologiques en éducation, notamment depuis le début de la pandémie. Ces nombreux outils et logiciels viennent parfois semer la confusion auprès des parents et des élèves en raison de leur trop grand volume et de leurs fonctionnalités diverses. Afin de répondre à cette préoccupation, François Legault propose, dans un second mandat, la création d’une nouvelle interface numérique pour nos écoles : Clic École. Cet outil sera accessible facilement et adapté à la navigation mobile.

La Coalition Avenir Québec souhaite s’inspirer du modèle de Clic Santé afin de mettre en commun les services numériques en éducation et ainsi, simplifier la vie des parents, élèves et enseignants. Un gouvernement de la CAQ investira 4 millions de dollars pour créer ce portail qui servira aux établissements scolaires primaires et secondaires, publics et privés. À un seul endroit, peu importe l’école, il sera notamment possible de déclarer les absences et les retards de ses enfants, de consulter le calendrier scolaire, d’accéder aux documents officiels tels que les bulletins et de communiquer avec l’école.

Ce nouvel engagement s’ajoute aux nombreuses solutions proposées par la Coalition Avenir Québec afin de renforcer le système d’éducation dans un prochain mandat. Depuis le début de la campagne, la Coalition Avenir Québec est le parti qui a pris le plus d’engagements en Éducation. Le chef de la CAQ a tenu à rappeler ces annonces porteuses.

Pour stimuler la réussite et pour lutter contre le décrochage scolaire :

  • Créer une plateforme virtuelle pour les élèves en difficulté. Celle-ci permettra d’optimiser le travail des professionnels du réseau scolaire tout en offrant plus de services aux élèves. En outre, le programme de tutorat sera rendu permanent.
  • Favoriser le goût de la lecture chez les jeunes en offrant 300 $ annuellement à chaque enseignant du préscolaire et du primaire pour l’achat de livres et en lançant une vaste campagne de promotion de la lecture.
  • Mettre l’accent sur l’enseignement du français aux jeunes en entreprenant une révision de l’ensemble des programmes d’enseignement du français.
  • Rendre disponible aux écoles primaires qui le désirent, le programme L’Agroalimentaire s’invite à l’école de l’organisme AgrÉcole pour initier les élèves à l’agriculture.

Pour les infrastructures scolaires :

  • Ajouter 2 milliards de dollars aux investissements prévus pour la rénovation des écoles, atteignant ainsi un total de 9 milliards, afin de rendre ces milieux de vie attrayants et stimulants, en plus de continuer le déploiement des nouvelles belles écoles.

Pour la pénurie de main-d’œuvre :

  • Moderniser et valoriser la formation professionnelle en investissant 348 M$ au cours du prochain mandat afin de former 30 000 diplômés supplémentaires en formation professionnelle dans les secteurs névralgiques de l’économie.

Le chef de la CAQ a également tenu à rappeler ce que son gouvernement a fait dans le précédent mandat pour contrer la pénurie de main-d’œuvre en éducation :

  • Concrétiser des hausses salariales historiques pour le personnel enseignant.
  • Ajouter 2 000 ressources de plus en soutien à la réussite.
  • Augmenter de 9 % le nombre d’étudiants inscrits dans les facultés d’éducation.
  • Attirer plus de 700 retraités grâce à un incitatif financier, pour qu’ils reprennent du service et prêtent main-forte.
  • Embaucher près de 600 candidats grâce à la campagne de recrutement « Répondez présent » de juin dernier. 
  • Ajouter trois nouveaux programmes de maîtrise qualifiante avec un potentiel de plus de 800 enseignants supplémentaires par année.
  • Créer des postes d’aide à la classe dans 100 écoles à travers le Québec.

CITATION

« Les parents ont un rôle important à jouer dans la réussite scolaire de leur enfant. Avec Clic École, on vient faciliter la vie des parents. Depuis quatre ans, on a montré que le gouvernement de la CAQ, c’est le gouvernement de l’éducation. Continuons! »

  • François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec

20 nouvelles chaires de recherche pour étudier le Québec

 

 19 septembre 2022

EN BREF :

  • Créer 20 nouvelles chaires de recherche pour étudier le Québec.

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec, a annoncé que si les Québécois reportent sa formation politique au pouvoir, son gouvernement créera 20 nouvelles chaires de recherches en études québécoises.

Accompagné de Shirley Dorismond, candidate dans Marie-Victorin, et de Simon Jolin-Barrette, candidat dans Borduas et ministre de la Justice et de la Langue française, le chef de la CAQ a exprimé son intention de mettre fin au déclin des études sur le Québec observé depuis les années 1990.

François Legault considère que ces 20 nouvelles chaires viendront soutenir la recherche sur la réalité et les ambitions québécoises, que ce soit en matière de langue, de culture, d’histoire, de géographie, de politique, de développement économique ou social. Ceci permettra de mieux connaître, de promouvoir et de défendre les particularités de l’approche québécoise.

Chaque chaire obtiendra un maximum de 1,5 million de dollars sur 3 ans, avec une possibilité de renouvellement. L’attribution du financement se fera par appels de projets qui seront évalués par un comité indépendant.

CITATION 

« Il est grand temps d’encourager nos plus grands esprits à nous aider à mieux nous comprendre, pour qu’on puisse continuer d’avancer en tant que nation. Notre trajectoire, notre histoire, notre culture, notre territoire et notre langue sont uniques au monde. Il faut les étudier, les comprendre. »

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec

Donner une seconde vie aux églises québécoises

 

 18 septembre 2022

EN BREF :

  • Investir 40 millions de dollars supplémentaires au cours du mandat pour mettre en valeur, restaurer et requalifier les bâtiments patrimoniaux religieux.

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec, a annoncé son intention, si son parti est reporté au pouvoir, d’accroître les sommes servant à donner une seconde vie aux églises du Québec pour freiner la destruction de ces bâtiments importants de notre patrimoine collectif.

Dans son précédent mandat, le gouvernement de la CAQ a honoré sa promesse de bonifier le financement de la restauration des églises. Accompagné de Vincent Caron, candidat dans Portneuf, et de Sonia LeBel, candidate dans Champlain et présidente du Conseil du trésor, le chef de la CAQ a proposé d’augmenter de 10 millions de dollars par année au cours d’un prochain mandat le budget de deux programmes servant à la sauvegarde de bâtiments patrimoniaux religieux.

Ceux-ci servent à protéger et à valoriser le patrimoine culturel en soutenant la restauration d’églises ou en les requalifiant pour de nouveaux usages répondant aux besoins des communautés. La bonification de ces deux programmes permettra de préserver l’héritage patrimonial que constituent ces églises et de les maintenir en bon état.

CITATION 

« Nos églises font partie du paysage québécois. Elles sont une partie importante de notre patrimoine bâti. Encore aujourd’hui, on retrouve des églises au cœur de nos villes et de nos villages. Même si le Québec est laïque, nos églises font partie de notre histoire. C’est un héritage précieux. Ça fait partie de la beauté du Québec. Et on a le devoir de protéger ce patrimoine-là. »

  • François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec

Un important investissement pour les services de proximité dans nos villages

 

 18 septembre 2022

EN BREF :

  • Investissement de 470 millions de dollars pour aider les villages du Québec à assurer les services de proximité.

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec, a profité de son passage dans Lotbinière pour annoncer, aux côtés d’Isabelle Lecours, candidate dans Lotbinière-Frontenac et de Caroline Proulx, candidate dans Berthier et ministre du Tourisme, son intention d’investir 470 millions de dollars en vue d’aider les villages du Québec à assurer les services de proximité à leurs citoyens.

L’achat dans les cœurs de villages du Québec est en déclin depuis plusieurs années, au profit des géants du web et des grandes surfaces. Un prochain gouvernement de la CAQ consacrera donc 470 millions afin de soutenir et de relancer l’économie locale dans nos villages et ainsi, d’assurer des services de proximité.

CITATION 

« Le Québec, c’est grand. Et on veut que nos régions soient habitées. On veut protéger l’histoire de nos villages. On veut protéger ce sentiment d’appartenance à sa communauté. Depuis quatre ans, on a prouvé que la CAQ, c’est le parti des régions. On le prouve encore aujourd’hui avec cette annonce. Continuons! »

  • François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec